Changer l’histoire : bienvenue en uchronie !

Jeudi 13 janvier 2022, à 19h

L'uchronie est un récit fictif, une histoire alternative, c'est une façon de raconter ce qui aurait pu se passer si.... 

En littérature, l'uchronie raconte souvent la grande histoire si un élément de celle-ci eut été différent. En science-fiction, les uchronies racontent comment serait notre monde si certaines découvertes n'avaient pas eu lieu ou pas au même moment, si certaines technologies n'avaient pas été développées ou avaient été laissées de côté (électricité, vapeur, continent américains, nucléaire...). Que nous raconte ce type de récit ? Des mondes désirés, des mondes revisités ?  Ou nous permettent-ils de nous rassurer sur nos choix ? Ou simplement de mieux les comprendre ? Ces récits racontent-ils une part du monde de demain ?

Natacha Vas Deyres, chercheuse associée au Laboratoire pluridisciplinaire de recherches sur l'imaginaire appliquées à la littérature et Catherine Dufour, autrice.

Modération : (à venir)

 

Se faire peur pour éviter le pire : le pouvoir des dystopies

Jeudi 20 janvier 2022, à 19h

La fiction et l’imaginaire sont de formidables instruments qui peuvent nous aider à éclairer nos choix politiques et à mieux comprendre les changements sociétaux. En nous projetant dans des avenirs sombres ou radieux qui agissent comme des miroirs déformants du présent, les récits d’anticipation redessinent les contours du possible et du souhaitable. De son côté, la prospective et ses outils d’intelligence collective construisent des scénarios qui permettent d’identifier les tendances lourdes, signaux faibles et moteurs de changement, pour mieux comprendre les chemins empruntés et les possibles points de bifurcation à venir.

Plus que jamais, l’imagination du futur semble aujourd’hui tiraillée entre promesses et menaces technologiques, utopies techno-optimistes ou prophéties d’effondrement global. Entre ces deux extrêmes, la transition énergétique et ses thèmes privilégiés (digitalisation, économie circulaire), peut-il faire office de nouveau grand récit ? Comment renouveler notre imaginaire socio-technique ? Ce pouvoir du récit ne devrait-il pas également susciter la méfiance ? Quel rôle les dystopies peuvent-elles jouer dans notre appréhension de l’avenir ?

Frédéric Claisse, sociologue, attaché scientifique à l’Institut Wallon de l’Evaluation, de la Prospective et de la Statistique et à l’ULiège.

 

Au pays des merveilles : quand l’impossible fait rêver

Jeudi 27 janvier 2022, à 19h

Au début du 20ème siècle, parallèlement à la découverte de la radioactivité ou des rayons X, alors que des savants exaltés tentent d’entrer en communication avec Mars ou de photographier les pensées, une nouvelle école littéraire voit le jour : le merveilleux-scientifique. Maurice Renard, Gustave Le Rouge ou André Couvreur imaginent que devenir invisible ou traverser la matière, est rendu possible dans l’espace du roman par une découverte certes imaginaire, mais parfaitement rationnelle. Se démarquant de Jules Verne, les auteurs souhaitent faire de leurs récits un laboratoire, non pas tant pour deviner le futur mais aider à mieux penser le présent. En approchant ses relations au roman expérimental, au merveilleux moderne et à l’occultisme ambiant, il s’agira de comprendre ce que nous dit le mouvement merveilleux-scientifique de la science et des pseudosciences dans les années 1900-1930.

 Fleur Hopkins-Loféron, postdoctorante CNRS/UMR 7172 THALIM (Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernités)

 

Avec le soutien du magazine