SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Nature & Environnement

Est-ce l’Homme qui fait l’outil ou l’outil qui fait l’Homme ? On ne le sait pas, mais la question se complique avec l’observation de singes capucins du Brésil...

En savoir plus

Vue plongeante sur le pont arrière et les remous turquoise encerclant le bateau qui frappe l’océan maussade. On pourrait nous suivre à la trace, mais aucun équipage ne se trouve dans le sillage de notre groupe de scientifiques amateurs d’eaux froides et agitées. Nous sommes seuls, à des milles à la ronde.

En savoir plus

Les primates seraient capables d'anticiper les réactions d'êtres humains en se mettant à leur place, y compris lorsque ces réactions reposent sur des informations erronées. C'est ce que montre une étude récente.

En savoir plus

La création de deux immenses aires marines protégées fait à nouveau cette année l’objet d’âpres négociations dans le cadre de la commission pour la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique (CCAMLR), qui se déroule du 17 au 21 octobre en Australie.  

 

En savoir plus

Le Marion Dufresne vient de rejoindre les îles Kerguelen. Suite de l’expédition SOCLIM dans l’océan Austral, avec nos deux reporters Yseult Berger et Julien Boulanger.

En savoir plus

Une société australienne parvient à faire pousser des légumes dans le désert en utilisant... de l’eau de mer et du soleil !

En savoir plus

D’ici un an, toute la flotte maritime mondiale devra s’équiper pour traiter ses eaux de ballast avant leur rejet en mer. Un coût élevé pour les armateurs, mais une décision salutaire pour la biodiversité.

En savoir plus

Durant tout le mois d’octobre, nos deux reporters Yseult Berger et Julien Boulanger ont pris place à bord du Marion Dufresne pour suivre la mission SOCLIM dans l'océan Austral. Premier billet de leur journal de bord.

En savoir plus

Les efforts déployés lors de la dernière Cites pour faire stopper le commerce international de l’ivoire a échoué. Seul un accord non contraignant qui va dans ce sens subsiste.

En savoir plus

Pour entrer en vigueur, l’accord de Paris sur le climat adopté en décembre 2015 doit être ratifié par au moins 55 pays représentant 55 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES). Lors d’une rencontre organisée au siège des Nations unies, à New York, le 21 septembre, le premier de ces deux seuils était franchi, avec la ratification par 31 États supplémentaires, dont le Brésil (2,48 % des émissions de GES) et le Mexique (1,70 %).

Au total, à ce jour, 60 pays ont entériné l’accord, représentant près de 48 % des émissions de GES. D’autres pays, parmi lesquels la Corée du Sud, l’Australie, le Canada et l’Allemagne, se sont engagés à le faire avant la fin de l’année. À l’origine de près de 38 % des émissions de GES, la Chine et les États-Unis ont ratifié l’accord de Paris début septembre. La France, quant à elle, l’avait fait à la mi-juin. L’accord de Paris vise à limiter à 2 °C d’ici 2050 la hausse de la température (par rapport à son niveau préindustriel). 

En savoir plus
Retour en haut