SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Espace & Astronomie Maths, Physique & Chimie

A-t-on enfin mis en évidence l’existence des ondes gravitationnelles ?

Rumeur dans la communauté scientifique... Le cosmologiste Lawrence M. Krauss soutient que des ondes gravitationnelles ont pour la première fois été détectées par l'interféromètre aLIGO. Si l'information était confirmée, elle constituerait une grande avancée scientifique et conforterait la relativité générale d'Einstein.

Aurait-on enfin mis la main sur les ondes gravitationnelles ? Ces ondes de l’espace-temps, envisagées par la relativité générale d’Einstein, sont censées être produites par des objets massifs en mouvement, comme des paires d’étoiles à neutrons orbitant l’une autour de l’autre, ou encore par la fusion de deux trous noirs. Or, jusqu’à présent, elles n’ont pu être observées.

Modélisation d'une onde gravitationnelle produite par deux étoiles à neutrons en orbite l'une autour de l'autre© LISA/JPL/NASA

Depuis moins d’une quinzaine d’années, plusieurs programmes tentent de mettre en évidence leur existence. Sans succès pour l’interféromètre LIGO (Laser Interferometer Gravitational-Wave Observatory), installé dans le sud des États-Unis, qui s’est arrêté en 2010 après 8 années de bons et loyaux services. Son successeur Advanced LIGO – ou aLIGO –, qui a commencé à recueillir des données dès le 18 septembre 2015, aura-t-il plus de chance ?

aLIGO est un interféromètre laser situé aux États-Unis. Il comprend deux détecteurs géants, l'un situé dans l'État de Washington (ci-dessus), l'autre dans l'État de Louisiane.

Le 25 septembre dernier, le cosmologiste Lawrence M. Krauss laissait entendre sur Twitter qu’un signal avait été capté… Dans un nouveau tweet, le chercheur vient d’affirmer que ce signal aurait été confirmé par « des sources indépendantes ».

Pour l’heure, les équipes d’aLIGO n’ont pas attesté ces résultats. « Il faut du temps pour analyser, interpréter et examiner les résultats », souligne Gabriela González, le porte-parole de l’Université d’État de Louisiane. Il se pourrait malgré tout qu’une déclaration soit faite dans les jours à venir. Encore un peu de patience…

Retour en haut