SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Espace & Astronomie

Bientôt un astéroïde autour de la Lune ?

La Nasa vient de revoir son projet ARM. Objectif : aller chercher un rocher à la surface d'un astéroïde pour le placer en orbite autour de la Lune où des astronautes pourront l'étudier plus facilement.

Il y a trois ans, dans le cadre du projet ARM (Asteroid Redirect Mission), la Nasa envisageait de capturer un astéroïde pour le rapporter dans la banlieue de la Terre, c'est-à-dire le placer en orbite sur un point de Lagrange. Crise oblige, l’agence spatiale américaine n’a pas abandonné son projet, mais l’a revu à la baisse. Cela étant, la mission reste très ambitieuse.

L’idée est désormais d'aller chercher un rocher à la surface d’un astéroïde grâce à une sonde automatique et de l’envoyer en orbite autour de la Lune afin de l’étudier en toute tranquillité. Trois astéroïdes candidats ont d’ores et déjà été sélectionnés : Itokawa, Bennu et 2008 EV5. Pour l’heure, c’est plutôt cet astéroïde de 400 mètres de long qui serait retenu en raison de sa facilité d’accès et de sa rotation plutôt faible. Mais d’autres candidats pourront éventuellement être sélectionnés au cours des prochains mois.

La sonde, lancée en 2020, restera quelque 400 jours au voisinage de l’astéroïde pour l’étudier et choisir un rocher qui ne devra pas dépasser quatre mètres. Grâce à un bras robotisé, ce dernier sera arraché puis tracté et envoyé sur une orbite lunaire. Vers 2025, des astronautes, à bord d’une capsule Orion, rejoindront alors le nouveau mini satellite de la Lune pour en prélever des échantillons et les rapporter sur Terre.

La mission ARM, dont le coût est estimé à 1,25 milliard de dollars, se veut avant tout une démonstration technologique. Elle devrait notamment permettre d’éprouver certaines des techniques qui seront mises en œuvre lors des futures missions habitées à destination de la planète Mars. Reste à savoir si un projet aussi atypique et coûteux saura convaincre le Congrès américain. En ces temps de restrictions budgétaires, rien n'est moins sûr.

Retour en haut