SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Biologie & Santé

Des cellules au service du coeur

En juin 2000, une équipe de médecins français réalisait pour la première fois une greffe de cellules dans le cœur d’un patient atteint d’une insuffisance cardiaque grave. Ces cellules avaient été prélevées dans la cuisse du malade. Fin 2002, un partenariat entre l'AP-HP de Paris et l'entreprise Genzyme prévoit des essais cliniques de phase II sur 300 personnes.

La cuisse pour soigner le coeur

Parmi les 10 000 nouveaux cas d’insuffisance cardiaque grave qui se déclarent chaque année en France, seuls 300 peuvent bénéficier d’une transplantation du fait de la pénurie de greffons. D’où la recherche, depuis quelques années, de solutions alternatives.

Image comparative d'un cœur endommagé par un infarctus (zone rouge) et d'un cœur normal. © J.B. Michel / Inserm

À la différence des autres muscles striés, le muscle cardiaque est incapable de se régénérer pour compenser la perte des cellules détruites car il est dépourvu de myoblastes, des cellules indifférenciées qui peuvent donner naissance à de nouveaux tissus musculaires, si besoin est. D’où l’idée d’aller chercher ces cellules dans la cuisse du malade et de les introduire dans la partie détruite de son cœur. Le premier patient à subir une telle opération était âgé de 72 ans. Son cœur avait été en partie détruit par plusieurs infarctus.

Les étapes de la greffe de cellules dans le cœur

Les médecins ont tout d’abord prélevé, sous anesthésie locale, un petit fragment de muscle dans la cuisse du patient. Puis la biopsie a été soumise à un traitement enzymatique qui a permis d’extraire les myoblastes. Ces cellules ont alors été mises en culture de manière à obtenir les huit cent millions nécessaires à la transplantation. Puis elles ont été injectées directement dans le cœur du patient (dans et autour des zones d’infarctus), à l’aide d’une micro-aiguille.

Quelques mois après l’intervention, le patient se portait bien et tous les examens témoignaient d’une reprise d’activité cardiaque dans la partie endommagée du myocarde. Depuis, neuf autres malades ont été opérés. Un essai clinique du même type, sauf que les cellules sont prélevées dans le biceps et non dans la cuisse, a également démarré aux États-Unis.

Retour en haut