SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Nature & Environnement

Espèces protégées : quelles mesures nouvelles ?

Lors de la 12e conférence Cites* qui s’est tenue à Santiago, au Chili, cent nouvelles espèces animales ou végétales ont été ajoutées à la liste des espèces déjà protégées, et ce en dépit de fortes pressions politiques. La prochaine session de cette conférence aura lieu à Bangkok, en Thaïlande, en octobre 2004.##* La Cites, ou convention de Washington, régit le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction.

L’acajou enfin protégé

Acajou d'Amérique L'acajou d'Amérique, ou “Caoba“ dans le langage local, dans le parc national Manu au Pérou. © WWF-Canon / André BRTSCHI

Malgré l’opposition du Brésil (premier exportateur du monde) et du Nicaragua, l’acajou d’Amérique, Swietenia macrophylla, qui joue un rôle essentiel dans l’écosystème des forêts tropicales, vient d’être ajouté à la liste des espèces encourant un sérieux risque d’extinction et dont le commerce doit être contrôlé (Annexe II de la réglementation commerciale internationale).

Il aura fallu attendre 1992 pour que la Cites (Convention on International Trade of Endangered Species of World Fauna and Flora) commence à examiner la situation des bois menacés par une exploitation intensive. Plusieurs pays, en général les gros producteurs de bois, ont toujours été farouchement opposés à l’exploitation « durable » de certaines espèces. Ainsi, en 1994, la Malaisie, soutenue par l’Indonésie, avait-elle rejeté une proposition néerlandaise de protection du ramin, Gonystylus bancanus, un bois exotique. Ces deux pays s’étaient en effet déjà engagés dans la coupe intensive du ramin pour récupérer des terres cultivables.

En savoir plus sur la Cites...

Cites

Le commerce illicite d’animaux et de plantes sauvages fait partie du deuxième groupe de fraude mondiale – avec les contrefaçons, la fausse monnaie et les cigarettes, juste après la drogue et les armes. Il est réglementé par la Cites (Convention on International Trade of Endangered Species of World Fauna and Flora) ou Convention de Washington, qui réunit tous les deux ou trois ans ses pays membres (au nombre de 163 depuis le 27 juin 2003, le plus récent adhérent étant l’Albanie) pour examiner de nouvelles propositions destinées à gérer un marché lucratif, allant des baleines aux orchidées en passant par les pandas, les éléphants, les hippocampes , les reptiles ou encore l’acajou. Une régulation impérative puisque selon les experts de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), « le taux d'extinction des espèces est 1 000 à 10 000 fois supérieur à ce qu'il serait naturellement ».

Réglementation commerciale


La Cites ou convention de Washington signée en 1973 est un outil de réglementation commerciale qui classe les différents animaux ou végétaux en fonction du danger que leur vente ferait peser sur leur survie. L’annexe I concerne les espèces menacées d’extinction. Leur commerce est interdit, sauf en cas de dérogation pour la recherche scientifique, par exemple. Il s’agit notamment des grands singes, des pandas géants, des rhinocéros, des grandes baleines, des grands félins, de nombreux rapaces, des grues, des faisans, des perroquets, des tortues marines, certaines espèces de crocodiles, des tortues, des lézards, des salamandres géantes, des cœlacanthes, des coquillages, des cactus, des orchidées… soit 890 espèces dont 511 espèces animales. L’annexe II concerne les espèces encourant un sérieux risque d’extinction. Leur commerce est contrôlé : un permis est établi pour la vente de chaque spécimen. Il s’agit de tous les primates, félins, cétacés, loutres, rapaces, tortues, crocodiles ne figurant pas à l’annexe I et cigognes noires, ours bruns, flamants, certaines espèces de papillons, coraux, bénitiers… soit 29 111 espèces dont 25 000 espèces végétales. L'annexe III est la liste des espèces inscrites à la demande d'une Partie qui en réglemente déjà le commerce et qui a besoin de la coopération des autres Parties pour en empêcher l'exploitation illégale ou non durable. Le commerce international des spécimens des espèces inscrites à cette annexe (241 espèces dont 224 espèces animales) n'est autorisé que sur présentation des permis ou certificats appropriés.

Retour en haut