SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Espace & Astronomie

ExoMars : l’Europe en route pour Mars

Départ réussi pour la mission ExoMars 2016. La sonde européenne embarquée à bord d'une fusée russe Proton a décollé le 14 mars depuis Baïkonour, au Kazakhstan, direction la Planète rouge.

Satellite de la mission ExoMars orbitant autour de la Planète rouge
© ESA

Le but de la mission est double : analyser l’atmosphère de la planète et tester un système d’atterrissage pour la future mission ExoMars 2018, qui prévoit l’envoi d’un rover à la surface. Si tout se passe bien, la sonde devrait atteindre l’orbite de Mars en octobre prochain après avoir parcouru 496 millions de kilomètres. 

Des traces de vie sur Mars ? 

Pour remplir les deux missions, deux parties bien distinctes ont été embarquées à bord de la sonde. La première est un orbiteur conçu pour étudier en détail la composition de l’atmosphère martienne grâce à un instrument de détection et d’analyse de gaz, qualifié de « grand nez dans l’espace ». Nommé TGO pour Trace Gas Orbiter, cette sonde aura notamment pour mission de nous éclairer sur la présence de méthane, gaz à la durée de vie très limitée, et marqueur éventuel d’une activité biologique récente sur Mars.

 

Mission « amarsissage »

Un atterrisseur-test a également été embarqué à bord de la sonde. Appelé Schiaparelli du nom d’un astronome du 19e siècle, ce module de la taille d’une petite voiture a pour but de paver la voie pour « l’amarsissage » du véritable rover de l’ESA en 2018.

Simulation de l'atterrissage de Schiaparelli
Protégé par un bouclier thermique pour la descente dans l'atmosphère, l'atterrisseur sera ensuite ralenti par un parachute avant de freiner à proximité du sol grâce à des rétrofusées.© ESA
Retour en haut