SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Enquêtes
Nature & Environnement

Ivan, Jeanne, Charley... de plus en plus de cyclones ?

Cet été 2004 aura été marqué par l'exceptionnelle activité cyclonique qui a frappé les Caraïbes et la côte sud-est des Etats-Unis. En moins de deux mois, six cyclones ont en effet atteint les terres de cette région de l'Atlantique ouest, laissant sur leur passage des milliers de victimes et d'importants dégâts matériel. A l'heure du bilan, on peut s'interroger sur le lien éventuel entre la multiplication de ces fléaux climatiques et le réchauffement planétaire.

Dix cyclones et tempêtes en moins de deux mois

La saison des cyclones, qui commence habituellement au mois de juin et s’achève au début du mois de novembre dans l’Atlantique ouest, a débuté, cette année, très tardivement avec le cyclone Alex (de catégorie 3 sur l’échelle de Saffir-Simpson) apparu le 31 juillet au large des côtes de Caroline du sud (Etats-Unis).

Par la suite cinq cyclones se sont succédés durant les mois d’août et de septembre : Charley (catégorie 4), Danielle (catégorie 2), Frances (catégorie 4), Ivan (catégorie 5) et Jeanne (tempête tropicale lors de son passage sur Haïti, devenue un cyclone de catégorie 3 au large de la Floride).

Nombre de cyclone dans l'Atlantique de 1966 à 1999 © Météo France

En moins de deux mois, dix cyclones et tempêtes tropicales (vitesse des vents comprise entre 62 km/h et 118 km/h) ont dévasté cette région de l’Atlantique. En moyenne, sur les trente dernières années, le nombre de cyclones et de tempêtes tropicales qui s’abattent sur la mer des Antilles et le golfe du Mexique est d’environ dix par an. Mais ce chiffre est très variable d’une année sur l’autre. En 2003, le US national hurricane center, a recensé seize cyclones et tempêtes tropicales, en 1995 l’activité cyclonique a été la plus intense des vingt dernières années avec un record de 19 cyclones et tempêtes tropicales, tandis qu’en 1983 on n’en dénombrait que quatre.

L’échelle de Saffir-Simpson

De la même manière que l’échelle de Richter permet de classer les séismes selon leur intensité, l’échelle de Saffir-Simpson permet de classer les cyclones en fonction de la puissance des vents. Cette échelle est graduée de 1 à 5. Les cyclones de catégorie 1 ne causent que des dégâts modérés (quelques inondations, panneaux arrachés…), la vitesse des vents est comprise entre 119 Km/h et 153 Km/h. Les cyclones de catégorie 5 ont des conséquences catastrophiques humainement et matériellement ; les habitations, les routes et la végétation sont détruites par les inondations et par le vent qui dépasse 250 Km/h.

Des cyclones plus puissants

Retour en haut