SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Nature & Environnement

L’huile de palme controversée

Déforestation, pollution, « malbouffe »… 
la culture du palmier à huile et la consommation 
d’huile de palme auraient de graves répercussions 
sur l’état de la planète et sur la santé publique. 
Pour certains, la menace impose l’adoption 
de mesures urgentes, pour d’autres 
elle est largement exagérée. Reportage en Indonésie et en Malaisie.

L’huile de palme représente aujourd’hui plus d’un tiers des huiles végétales produites dans le monde. Elle est aussi la plus consommée. Le palmier à huile ne pousse que dans la zone intertropicale, là où la biodiversité est la plus grande. L’Indonésie et la Malaisie assurent à elles seules près de 90 % de la production mondiale. Sa culture est très rentable, aussi de nombreux pays du Sud se ruent-ils sur cet « or rouge ». Mais, depuis une décennie, l’huile de palme est vivement critiquée au Nord, en particulier en France, par diverses ONG : on l’accuse de détruire l’environnement, en favorisant l’abattage des forêts primaires et la perte de biodiversité ; de ne profiter qu’aux multinationales occidentales au détriment des petits agriculteurs locaux et des populations indigènes ; d’être mauvaise pour la santé à cause de ses acides gras saturés. Qu’en est-il vraiment ? Est-il possible de faire évoluer cette filière très mondialisée vers plus de durabilité ? 

Retour en haut