SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Brèves
Biologie & Santé Nature & Environnement

L’orifice surprise du cténophore

Contre toute attente, cet animal proche des méduses semble doté d'un anus.

Mnemiopsis leidyi© Erickson Smith

Estimez-vous heureux : votre système digestif bénéficie de deux orifices. Ce n’est pas le cas de certains êtres primitifs et leurs descendants, tels que les méduses, les éponges et anémones de mer qui mangent et excrètent par la bouche. Parmi ces malchanceux, une espèce semble touchée par la grâce de l’évolution : les cténophores. Selon William Browne, biologiste à l’université de Miami – dont les propos sont rapportés dans Science –, ces animaux marins proches des méduses auraient développé ce qui ressemble aux prémices d’un anus. Le scientifique a étudié la digestion de deux espèces de cténophores : Pleurobrachia bachei et Mnemiopsis leidyi. Et, oh surprise ! Grâce à des aliments génétiquement modifiés pour être visibles au travers des organismes transparents, il a pu observer les rejets sortir, non pas par la bouche, comme les chercheurs l’ont toujours cru, mais par des pores situés à l’arrière de l’organisme. La découverte fait surgir un paradoxe : l’anus est considéré comme une avancée évolutive ; or les cténophores sont apparus avant leurs cousins à orifice unique. Ces semblants de sphincters perturbent les connaissances évolutives et remettent en question les étapes du passage d’un à deux orifices digestifs. À noter que les travaux de Browne ne sont pas encore parus sous forme d’article scientifique. Des analyses génétiques sont en cours afin d’en savoir plus.

Retour en haut