SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Enquêtes
Nature & Environnement

Marées noires : une goutte de fioul dans un océan d'hydrocarbures ?

Le 19 novembre 2002 au large des côtes de la Galice (Espagne), le “Prestige“ a sombré alors qu’il transportait 77 000 tonnes de pétrole. Soit plus de la moitié des 150 000 tonnes de pétrole rejetées accidentellement chaque année. Une goutte d’eau comparée au 1,5 million de tonnes d’hydrocarbures relarguées – a minima – lors d’opérations sauvages de dégazage ou de déballastage.

Dégazage en Méditerranée : dix “Prestige“ par an

Le 5 novembre 2002, le pétrolier “Prestige“ quitte le port de Ventspill (Lituanie)... Le 5 novembre 2002, le pétrolier “Prestige“ quitte le port de Ventspill (Lituanie) avec 77 000 tonnes de pétrole à son bord.
Le 19 novembre 2002, le “Prestige“ se brise en deux et sombre par 3 600 mètres de fond.
© AFP

Il est très difficile de donner une estimation mondiale du dégazage car les mers ne sont pas surveillées en permanence. En France, cette surveillance est assurée par les avions Polmar, qui volent quelque 500 heures par an. A partir des données qu’ils recueillent, on extrapole pour savoir quelle serait la pollution si la surveillance était continue. Ces chiffres sont donc des estimations par extrapolation, d’où des différences selon les sources.

Selon le WWF, qui a fourni l’étude la plus récente, la quantité de rejets par dégazage représenterait 3 à 4 millions de tonnes par an dont 0,7 à 1,3 million en Méditerranée (rapport WWF sur la pollution marine par hydrocarbures et les dégazages sauvages en Méditerranée, 2003).

Retour en haut