SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Innovation & Technologie

Ondes italiennes au-dessus de Venise

Des Italiens ont donné la forme de pâtes fusilli à des ondes radio. Un résultat aux allures de blague mais qui, à terme, pourrait résoudre les problèmes de saturation des réseaux de communication sans fil.

Des pâtes fusilli © DR

Si vous avez déjà essayé d’envoyer un SMS un jour de l’an, vous savez que les réseaux de télécommunication peuvent arriver à saturation. Et avec le développement des smartphones et des communications sans fil, cette réalité pourrait passer d’exceptionnelle à courante... ou pas.

Car Fabrizio Tamburini et son équipe italienne ont peut-être trouvé une solution bien de chez eux. Dans un article paru début mars (F. Tamburini et al., New Journal of Physics, mars 2012), ils se proposent de faire avec les ondes ce que leurs ancêtres italiens ont fait, il y a des siècles, avec les pâtes : leur offrir la troisième dimension en leur donnant une forme de tire-bouchon… de « fusilli » en somme.

Pour obtenir une onde torsadée, il faut une antenne hélicoïdale... © DR

Les chercheurs ont en effet trouvé le moyen de torsader les ondes électromagnétiques, que ce soit dans le sens des aiguilles d’une montre, ou dans le sens contraire. Mieux, en modifiant la vitesse de rotation de l’onde, ils sont parvenus à créer des « fusilli » plus ou moins compacts. Du coup, pour une seule fréquence, il devient possible de générer plusieurs torsades, autrement dit plusieurs signaux qui peuvent être superposés les uns aux autres.

De la théorie à la pratique, il n’y a qu’un pas, ou plutôt un bras de mer. Le 24 juin 2011, les chercheurs ont mis leurs calculs en application et fait passer, au-dessus de la lagune de Venise, deux signaux torsadés partageant la même fréquence. Un essai concluant et très encourageant. Car si les résultats italiens se confirment, c’est au moins cinquante canaux différents que l’on pourrait faire transiter sur chaque fréquence. De quoi régler pour un moment les problèmes d’encombrement des télécommunications.

Retour en haut