SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Biologie & Santé Innovation & Technologie

Un capteur pour une meilleure sécurité alimentaire

Comestible, ce steak, ou non ? Pour s’assurer de la fraîcheur d’un produit, et donc de son innocuité, des chercheurs canadiens ont conçu un petit dispositif à intégrer directement dans l’emballage, capable de signaler la présence éventuelle d’un pathogène.

Les chercheurs Hanie Yousefi et Thid Didar en train d'examiner le dispositif de détection des pathogènes alimentaires© Université McMaster

Conçu par une équipe transdisciplinaire de l'université McMaster, au Canada, incluant des ingénieurs en mécanique et en biochimie, ce petit senseur flexible et transparent est capable de surveiller la contamination bactérienne des aliments en temps réel. Il émet un signal fluorescent lorsqu’il est placé en présence d’une bactérie donnée, par exemple une salmonelle ou une Escherichia coli. 

Présenté dans la revue ACS Nano du 6 avril, ce petit capteur peut être placé à l’intérieur de l’emballage : pas besoin de prélever un échantillon pour l’analyser en laboratoire, donc, soulignent les auteurs de l'article. Il se compose de gouttelettes de molécules d’ADN sensibles à la bactérie E. coli (et potentiellement à d'autres pathogènes). Ces gouttelettes, de seulement quelques picolitres (10-12 litre), sont imprimées sur un film de polymère.

Ce capteur peut rester stable durant 14 jours au moins dans diverses conditions d’acidité. Il est capable de détecter des concentrations bactériennes très faibles. Pour les chercheurs, il pourrait utilement remplacer la traditionnelle indication de date limite de consommation. Ce serait même, selon eux, assez simple, car les molécules d’ADN qui détectent les pathogènes alimentaires peuvent être imprimées directement sur le dispositif.

Retour en haut