SCIENCE ACTUALITÉS.fr

Le magazine qui se visite aussi à la Cité des Sciences

Actualités
Nature & Environnement

Un « El Niño » d’exception

Responsable d’une grande partie des événements météorologiques extrêmes observés ces dernières semaines, le phénomène El Niño, actuellement à l’œuvre dans le Pacifique, pourrait dépasser en ampleur celui de 1997-1998.

Si la météo mondiale a été particulièrement bouleversée ces dernières semaines, il faut en rechercher les causes dans l’exceptionnel phénomène « El Niño » qui se déroule actuellement.

El Niño, c’est cette perturbation que l’on observe tous les 3 à 7 ans dans l’Océan Pacifique. Il consiste en l’apparition de températures anormalement élevées dans les eaux situées au large du Pérou et de l’Équateur.

Plus fort qu'en 1997 ?

Or l’épisode actuel ne fléchit pas. Avec des anomalies de températures dépassant les 4 °C, il pourrait égaler, voire dépasser, l’épisode historique qui avait été observé en 1997 et 1998. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer les récentes images réalisées par le satellite Jason-2 avec celles produites il y a 18 ans par Topex/Poseidon.

Étroitement lié à la circulation atmosphérique, El Niño s’accompagne de nombreuses perturbations météorologiques à l’échelle de la planète. Responable d'un excédent de pluie sur la côte ouest de l’Amérique du Sud ou en Afrique de l’Est, il est également la cause majeure des intempéries que viennent de connaître les États-Unis. Il s’accompagne également d’un déficit de pluie en Australie orientale, en Indonésie, en Inde, dans le sud-est de l’Afrique, dans les Caraïbes et au nord-est du Brésil.

L’Europe peu impactée

Pour autant, El Niño n’explique pas tout. Dans les régions éloignées de l'océan Pacifique, comme l’Europe, la péninsule arabique ou la Russie, les liens avec El Niño sont moins directs et plus complexes. Reste que, selon Météo France, dans un contexte général favorable aux anomalies chaudes, les prévisions pour l'hiver convergent également vers un scénario plus chaud que la normale sur le vieux continent.

À noter que le phénomène ne devrait pas diminuer avant quelques semaines. 

Retour en haut