Questions-santé 2020 - février

Danger des gaz rejetés par les climatiseurs à compresseur externes et du bruit engendré par 2 appareils, en milieu très calme

Question

Membre du conseil syndical de mon immeuble, des copropriétaires me demandent de les informer : Quels sont les dangers pour nous et nos enfants, des gaz rejetés par 2 climatiseurs installés sur une terrasse voisine, lorsque nous sommes sur notre terrasse, voisine et/ou terrasse à l'étage inférieur ou supérieur, sachant que les vents dominants pousseront les rejets à l'intérieur de nos appartements quand nos fenêtres seront ouvertes. (Immeuble est en L) Même question pour le bruit des 2 appareils qui vont s'additionner, alors que nous sommes dans un milieu très calme et que certains copropriétaires dorment sur leur terrasse.


Réponse

Bonjour,

Votre copropriété est équipée de climatiseurs à compresseur externes à proximité des terrasses. Vous souhaitez savoir si les gaz qu’ils rejettent à l’extérieur présentent un risque pour la santé. Vous souhaitez également des informations sur le bruit qu’ils peuvent générer.

A titre d’information générale, nous vous proposons tout d’abord des articles sur le fonctionnement général des climatiseurs.

Le site Futura Sciences précise ainsi :

Comment ça marche ?
Un climatiseur est une machine thermodynamique à faire du froid. Son principe est calqué sur celui d'un réfrigérateur. Schématiquement, il se compose de deux échangeurs (un évaporateur et un condenseur) associés à un compresseur, qui pompe. Le tout fonctionne en circuit fermé et étanche, où circule un fluide frigorigène rendu alternativement liquide ou gazeux. […]
L'air chaud ambiant est puisé et refroidi dans l'évaporateur, au contact du fluide rendu gazeux, avant d'être rediffusé dans la pièce. Le fluide poursuit son chemin sous forme de vapeur jusqu'au compresseur, qui le comprime en l'échauffant (haute pression) puis l'envoie au condenseur. Ce dernier extrait les calories dues à l'échauffement et les évacue hors du local. Dans le même temps, il redirige vers l'évaporateur le fluide redevenu liquide (basse pression) en passant par un détendeur. Cette alternance de phases se répète en boucle jusqu'à l'obtention de la température désirée. Les échanges thermiques sont accélérés par un dispositif de ventilation et régulés électroniquement.

https://www.futura-sciences.com/maison/dossiers/maison-climatisation-fraicheur-demande-880/page/3/

Dans un autre dossier, toujours sur ce site, on apprend :

Rappelons d'abord qu'un système de climatisation est une pompe à chaleur qui prélève de l'air chaud à l'intérieur pour le rejeter à l'extérieur au risque de créer des îlots de chaleur urbains. Certaines études se sont intéressées au phénomène de réchauffement de l'air induit par l'utilisation de climatiseur. Ainsi en 2012, des chercheurs du CNRS et de Météo France ont pu déterminer que la température des rues parisiennes était augmentée de 0,5 °C. Quelques années plus tard et avec la généralisation de l'installation des systèmes de climatisation, la situation n'a pas dû aller en s'arrangeant.
Fluides frigorigènes et consommation d’énergie
Autre point faible des climatiseurs : les fluides frigorigènes qu'ils contiennent. Ces fluides en effet sont soit encore de puissants gaz à effet de serre - certains présentent un pouvoir réchauffant plus de mille de fois supérieur à celui du dioxyde de carbone (CO2) - soit polluants pour l'eau et les sols. Car malheureusement, les spécialistes l'affirment, ces fluides qui en théorie devraient rester confinés à l'intérieur du système, finissent immanquablement par fuir, que ce soit lors de la fabrication, de la maintenance ou de pannes. Dans le meilleur des cas, et malgré les mesures de prévention et de collecte imaginées, l'Ademe prévoit une émission de plus de 5 millions de tonnes équivalent CO2 de fluides frigorigènes en 2025, la climatisation automobile étant responsable à hauteur de plus de 30 %.

https://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/environnement-climatisation-elle-mauvaise-environnement-9527/

Concernant les nuisances sonores et les risques sur la santé, nous vous proposons la lecture de deux extraits d’un dossier réalisé par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) :

[…] 7.3.1- La nuisance sonore :
La nuisance sonore est souvent très fortement ressentie par les habitants et le voisinage. Dans ces équipements, les sources de bruit sont :
-à l’intérieur : le ventilateur à plusieurs vitesses de rotation et le flux d’air, lors de son passage à travers la grille et les ailettes
-à l’extérieur : le ventilateur hélicoïde et le compresseur frigorifique, bien qu’ils soient hermétiques pour réduire l’émission de bruit et montés sur plots antivibratiles pour diminuer la transmission des vibrations. (Voir au chapitre Réglementation du présent document les éléments réglementaires à prendre en compte. […]
LES EFFETS SUR LA SANTE
- Il convient d’éviter en permanence l’impact d’un écart trop important de température avec l’extérieur entraînant une sensation de froid avec le développement possible de pathologies infectieuses respiratoires, virales ou bactériennes, au besoin en couvrant les personnes avant de pénétrer dans une pièce rafraîchie.
- Il faut éviter, par une surveillance et un entretien permanent des installations, les phénomènes d’irritation de la peau et des muqueuses oculaires et respiratoires, ou plus rarement des manifestations de nature allergique, liés à l’émission de poussières, de bactéries ou de moisissures par des systèmes ou appareils mal entretenus notamment au niveau des filtres à poussière.
- Il faut veiller à éviter une exposition prolongée à un air trop rafraîchi et trop sec en cas d’utilisation de climatiseurs individuels sans maîtrise de l’hygrométrie, le refroidissement de l’air ayant tendance à dessécher l’atmosphère. Il convient de maintenir en permanence une hygrométrie comprise entre 30 et 60 % afin de prévenir d’un côté le dessèchement de muqueuses et de l’autre une limitation des phénomènes d’évapotranspiration nécessaires à la régulation thermique.
- Le risque de légionellose ne concerne pas, en principe, les climatiseurs individuels, mais les climatisations centralisées. Il est lié à une maintenance insuffisante des tours de refroidissement ou tours aéroréfrigérantes, qui font l’objet d’une réglementation particulière.

https://www.anses.fr/fr/system/files/AP2003et3907Ra-2.pdf

Nos recherches ne nous ont pas permis d’obtenir d’informations plus précises. Peut-être pourriez-vous contacter le fabricant des appareils en question afin d’obtenir des informations plus précises ?

Nous espérons que ces éléments d’information répondent néanmoins à vos attentes et restons à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Question-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)



Retour à la liste des questions