Questions-santé 2020 - mars

Précautions à prendre

Question

Bonjour, Suite à de multiples crises d'asthme et admissions, je prends une piqûre de Nucala tous les mois depuis novembre 2018. Depuis je n'ai plus aucun souci ni effet secondaire. Je prends une bouffée de Symbicort 400 le matin et une bouffée le soir. Je ne prends plus de Ventoline non plus depuis novembre 2018. En cette période de corona dois-je m'attendre à des dispositions particulières en plus du confinement? Merci pour votre réponse.


Réponse

Bonjour,

Vous êtes asthmatique et souhaitez savoir si des dispositions particulières sont à prendre dans votre cas.

Tout d’abord, voici ce qu’indique le site du Ministère des solidarités et de la santé sur les personnes à risque de développer une forme sévère de la maladie :

 Le Haut Comité de Santé Publique considère que les personnes à risque de développer une forme grave d’infection à SARS-CoV-2 sont les suivantes :

 

  •  les personnes âgées de 70 ans et plus ;
  • les patients aux antécédents cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée, antécédents d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
  • les diabétiques insulinodépendants non équilibrés ou présentant des complications secondaires à leur pathologie ;
  • les personnes présentant une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale ;
  • les patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée ;
  • les malades atteints de cancer sous traitement.
  • les personnes avec une immunodépression congénitale ou acquise :
  • les patients aux antécédents cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée, antécédents d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
  • les diabétiques insulinodépendants non équilibrés ou présentant des complications secondaires à leur pathologie ;
  • les personnes présentant une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale 
  • les patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée ;
  • les malades atteints de cancer sous traitement.
  • les personnes avec une immunodépression congénitale ou acquise :

                 - médicamenteuse : chimiothérapie anti cancéreuse, immunosuppresseur, biothérapie et/ou une corticothérapie à dose immunosuppressive,
                 - infection à VIH non contrôlé ou avec des CD4 <200/mm3,
                 - consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques,               
                 - liée à une hémopathie maligne en cours de traitement,

 

  • les malades atteints de cirrhose au stade B ou C de la classification de Child-Pugh ;
  • les personnes présentant une obésité morbide (indice de masse corporelle > 40 kg/m2)
  • les femmes enceintes à partir du troisième trimestre de la grossesse. 
  • les personnes présentant une obésité morbide (indice de masse corporelle > 40 kg/m2)
  • les femmes enceintes à partir du troisième trimestre de la grossesse. 

https://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/actualites-du-ministere/article/coronavirus-qui-sont-les-personnes-fragiles

Concernant la conduite à tenir face à l’épidémie de Covid-19 pour les personnes à risque, un courrier du Haut Conseil de la Santé Publique, donne les recommandations suivantes : Mesures barrières » ou mesures de distanciation sociale spécifiques aux personnes fragiles :

Lors du stade 3 d’une épidémie les mesures prises doivent servir à en atténuer ses effets. Si les « mesures barrières » permettent de limiter la diffusion de l’infection dans la population, Il est impératif de rappeler que ces dispositions de base mais aussi des dispositions particulières doivent être impérativement suivies en présence des personnes à risque de développer une forme grave de la maladie pouvant entraîner le décès ou de lourdes séquelles. Des mesures spécifiques sont citées dans le « plan pandémie grippale-2011 ».

Le HCSP propose de : 

Restreindre drastiquement voire interdire les visites dans les établissements d’hébergements collectifs dans lesquels des personnes à risque sont hébergées et remplacer ces visites par des moyens de communication alternatifs évitant les conséquences psychologiques de ces mesures d’exclusion.

Interdire toute sortie aux personnes à risque résidant en hébergement collectif à l’extérieur de ces établissements.

Contre-indiquer aux personnes à risque l’utilisation des moyens de transport collectifs pour privilégier les moyens de transports individuels.

Demander à ces personnes de limiter les déplacements individuels aux seuls déplacements essentiels.

Contre-indiquer pendant la période épidémique toute activité collective : spectacles, rencontres sportives, foires et salons, grands rassemblements.

Limiter les contacts avec les enfants âgés de moins de 10 ans.

• Limiter les activités, professionnelles, sociales, cultuelles éducatives et associatives non essentielles.

Veiller à l’application de mesures barrières renforcées par l’entourage de ces personnes : lavage des mains toutes les heures, port d’un masque chirurgical dès le début de symptômes et éventuellement exclusion de personnes de l’entourage de personnes potentiellement malades.

• Mettre en oeuvre systématiquement pour ces personnes des moyens de communication alternatifs dans le cadre de leurs activités d’apprentissage ou professionnelles : e-learning, travail à distance, téléconférences ……

Ces mesures pourront être levées lorsque le pic épidémique sera passé et que l’entourage de ces personnes aura acquis une immunité permettant de faire une barrière autour d’eux. Ce point devra être réévalué en fonction de l’évolution des connaissances. 

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/new_hcsp-sars-cov-2_patients_fragiles_v3-2.pdf

Si vous souhaitez plus d’informations sur le coronavirus, nous vous invitons à consulter le focus que nous avons élaboré :
<link fr au-programme lieux-ressources cite-de-la-sante chercher-de-la-documentation selections-documentaires focus-sur-le-coronavirus>

www.cite-sciences.fr/fr/au-programme/lieux-ressources/cite-de-la-sante/chercher-de-la-documentation/selections-documentaires/focus-sur-le-coronavirus/

Enfin, sachez que le Ministère des Solidarités et de la Santé a activé depuis le 1er février la plateforme téléphonique d’information "Nouveau coronavirus". Cette plateforme téléphonique est accessible au 0800 130 000 (appel gratuit depuis un poste fixe en France, 7 jours sur 7, 24h sur 24). La plateforme n’est cependant pas habilitée à donner de conseils médicaux.

En tant que documentalistes, nous ne pouvons aller plus loin dans notre réponse. Seul votre médecin, connaissant vos antécédents médicaux, sera en mesure de vous apporter une réponse adaptée à votre situation. Nous vous conseillons donc de lui poser vos questions par téléphone.

Nous espérons que ces éléments d’information vous aideront à enrichir le dialogue que vous aurez avec votre médecin et restons à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.
Service Question-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé http://www.universcience.fr/fr/cite-de-la-sante/ (les questions-réponses sont classées par dates)

Réponse du 24/03/20



Retour à la liste des questions