Questions-santé 2020 - mars

Cuivre anti-viral

Question

En quoi le cuivre est-il antiviral, pourquoi a-t-on supprimé les poignées en cuivre des hôpitaux ?


Réponse

Bonjour,

Vous souhaitez comprendre pourquoi le cuivre a des propriétés anti-microbiennes et la raison pour laquelle il a été supprimé dans les hôpitaux.

A titre d’information générale, sur le site du Figaro santé, nous vous proposons un article concernant l’efficacité du cuivre à l’hôpital de Rambouillet (2011):

Robinets, rampes, tablettes, prises électriques ou poignées de porte : le cuivre a fait une entrée remarquée dans les services pédiatrie et réanimation de l'hôpital de Rambouillet. Il s'agit là d'une expérimentation pionnière en France qui vise à étudier l'impact de ces équipements antibactériens sur le nombre d'infections contractées à l'hôpital.
Plusieurs études anglo-saxonnes ont déjà montré ces dernières années que les bactéries les plus résistantes placées sur des surfaces en cuivre sont rapidement détruites. Une expérience diffusée en direct en avril montrait par exemple la disparition en moins de huit minutes de la quasi-totalité des 10 millions de staphylocoques dorés résistants à la méticilline (un antibiotique usuel) déposés sur un petit bout de cuivre d'un cm2.
Le microbiologiste Bill Keevil, pionnier britannique de ce domaine de recherche, expliquait alors au figaro.fr que «les ions cuivres en surface sont intégrés dans le métabolisme des microbes et conduisent à la formation de molécules qui viennent perturber leur respiration». Le mécanisme présente par ailleurs l'avantage de n'induire aucune résistance supplémentaire aux antibiotiques chez les microorganismes.

https://sante.lefigaro.fr/actualite/2011/10/07/11324-hopital-teste-cuivre-pour-lutter-contre-infections

Un article de Sciences et Avenir précise à propos des virus: « Bactéries et virus meurent rapidement

A température ambiante, plus de 99% des bactéries meurent sur une surface de cuivre au bout de deux heures d'exposition, annonce l'IEC [Institut européen du cuivre]. Y compris des bactéries qui posent de graves problèmes de santé publique, comme le staphylocoque doré résistant à la méticilline (SARM). Idem pour le virus de la grippe A, d'après les travaux du Pr William Keevil : il perdure longtemps sur l'acier inoxydable (qui ne revendique aucune propriété antimicrobienne) mais meurt rapidement sur le cuivre.
Des mécanismes méconnus
Curieusement, cette propriété antimicrobienne du cuivre est connue depuis Mathusalem –comme pour l'argent- mais n'est pas encore totalement expliquée. Des hypothèses sont formulées : le cuivre parviendrait à faire des trous dans la membrane des bactéries, puis à submerger la cellule d'ions cuivre. Indispensable à la vie, ces ions de cuivre deviennent toxiques à hautes doses. "Il semblerait que les ions cuivre envahissent les cellules, les saturent et bloquent leurs mécanismes vitaux", explique Olivier Tissot, chimiste et directeur du Centre d'information du cuivre.
N'importe quelle enzyme de la bactérie est la cible de l'action du cuivre, ce qui expliquerait sa rapidité d'action. Dans le cas du virus du sida, le cuivre aurait la capacité de se lier avec une enzyme nécessaire à sa réplication et de l'inactiver.
Quoi qu'il en soit, même sans connaître encore tous les mécanismes antimicrobiens du cuivre, il pourrait être utilisé dans la lutte contre les infections nosocomiales, explique Olivier Tissot. En installant des poignées, des robinets ou des plaques de cuivre sur les portes des hôpitaux, afin de réduire la quantité de microbes dans l'environnement. Des études sont en cours dans différents hôpitaux pour essayer de quantifier son action sur le nombre d'infections nosocomiales.

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/contre-les-microbes-le-retour-du-cuivre_25529

Sur le site Hospitalia, « magazine d’innovation hospitalière », 2 études françaises confirment « l’efficacité du cuivre contre les bactéries à l’hôpital » (2014):

En parallèle, les résultats de l’étude conduite en 2012 dans deux services pédiatriques (néo-natalité et réanimation pédiatrique polyvalente) du CHU d’Amiens Picardie sont publiés dans la revue Hygiènes (1). Là aussi, les conclusions sont positives. Durant 5 mois, 14 poignées de porte témoin en inox et 14 poignées en laiton, un alliage de cuivre spécialement développé par la société Favi, ont été testées régulièrement.
L’efficacité de l’alliage de cuivre est apparue à travers la différence de charge microbienne entre les deux matériaux : les poignées en laiton réduisent significativement la présence des bactéries par rapport à l’inox.
Les poignées de portes ont été installées dans les locaux où les problématiques infectieuses sont les plus importantes : consultation, toilettes, chambre de pédiatrie médicale, bureau des internes, box de soins intensifs, box de réanimation...
Cette étude a été co-pilotée par le laboratoire PériTox-INERIS, l’UFR de médecine de l’Université de Picardie Jules Verne et le CHU Picardie Amiens.  

https://www.hospitalia.fr/L-efficacite-du-cuivre-contre-les-bacteries-confirmee-2-hopitaux-francais-publient-les-resultats-de-leurs-tests_a339.html

Quant à votre interrogation sur l’absence de cuivre à l’hôpital, il semble que ce soit principalement un problème de coût comme l’indique cet article de la Fédération hospitalière de France : L'ANSM et le HCSP vont expertiser l'intérêt de généraliser le cuivre à l'hôpital
Publié le 01 mars 2013

[Hospimedia] Intervenant ce 28 février à l'occasion des questions orales sans débat à l'Assemblée nationale, Marisol Touraine a annoncé que l'Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé (ANSM) et le Haut conseil de la santé publique (HCSP) vont expertiser cette année les deux expériences lancées en 2011 d'utilisation de cuivre antibactérien dans la lutte contre les infections nosocomiales : le Centre intergénérationnel multi-accueil (CIGMA) de Laval (Mayenne) et le CH de Rambouillet (Yvelines).

De cet avis sur le "gain coût/efficacité" découlera le choix d'une possible généralisation du cuivre dans les établissements de santé, a souligné la ministre des Affaires sociales et de la Santé (lire notre enquête du 20/07/2011 et notre sujet du 07/10/2011).
Marisol Touraine était interrogée par le député Socialiste radical et citoyen (SRC) de Meurthe-et-Moselle, Hervé Féron, lequel a réclamé le lancement d'"une expérimentation raisonnée" sur trois ans dans dix hôpitaux notamment en pédiatrie et soins intensifs : main courante, poignée de porte, armature de lits et brancard, embout de stéthoscope, plaque de propreté... Selon le parlementaire, une généralisation du cuivre permettrait à l'assurance maladie d'économiser annuellement de 960 millions à 2,4 milliards d'euros. En outre, Hervé Féron a rappelé les 4 000 décès liés chaque année aux infections nosocomiales, estimant que cet "impératif de santé publique" affiche un "coût d'investissement annuel (...) inférieur dès la première année aux économies générées".
Thomas Quéguiner

https://www.fhf.fr/Offre-de-soins-Qualite/GDR-infections-associees-aux-soins/L-ANSM-et-le-HCSP-vont-expertiser-l-interet-de-generaliser-le-cuivre-a-l-hopital

Nous restons bien entendu à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.
<link fr au-programme lieux-ressources cite-de-la-sante questions-sante>Service Questions-santé
<link fr au-programme lieux-ressources cite-de-la-sante>

www.cite-sciences.fr/fr/au-programme/lieux-ressources/cite-de-la-sante/



Retour à la liste des questions