Questions-santé 2020 - juin

Taux de réussite intervention DCR

Question

Un parent (femme de 79 ans) présente une obstruction de ses canaux lacrymaux. L'ophtalmologue consulté parle d'une intervention (DCR = Dacrycytorhinostomie) qui se ferait par chirurgie endoscopique transnasale mais dont le taux de réussite ne dépasserait pas 30 % . Qu'en est-il exactement ? Ce taux me semble bien faible.


Réponse

Bonjour,

Vous souhaitez avoir des informations sur les taux de réussite d’une dacryo-cysto-rhinostomie (DCR) par chirurgie endoscopique.

Nous vous proposons de parcourir un extrait d’un article du Traité d’Ophtalmologie de l’Encyclopédie médico-chirurgicale : Dacryocystorhinostomie par voie endonasale / B. Fayet, E. Racy. (2019;37(1):1-13 [Article 21-175-A-35]).

La dacryo-cysto-rhinostomie (DCR) est l'intervention chirurgicale qui supprime la gouttière lacrymale pour pouvoir marsupialiser le sac lacrymal dans la fosse nasale. Elle est indiquée principalement comme traitement des sténoses lacrymonasales.
[…]
Taux de succès

Le taux de succès des DCR par VEN [voie endonasale] est maintenant identique à celui des VEX [voie externe].
L'efficacité de la VEN est excellente dans la prévention des coliques lacrymales ou des dacryocystites aiguës (99 %). Pour faire disparaître l'épiphora, l'efficacité de la DCR est de 90 % en cas de dacryocystite chronique isolée, que le sac lacrymal soit dilaté ou non. L'efficacité chute lorsque la sténose lacrymonasale est associée à une pathologie inflammatoire chronique palpébrale (trachome, rosacée, blépharite, etc.) ou nasale (sarcoïdose, trisomie 21, etc.).
Dans l'expérience des auteurs [58], les résultats fonctionnels après DCR endonasale unciformienne sont meilleurs que ceux obtenus après VEX ou après VEN maxillaire
[12].
L'examen endoscopique des échecs de DCR distingue trois catégories :
• la synéchie interpariétale englobant l'ostium et une paroi en regard, que ce soit le septum nasal ou le cornet moyen. C'est l'apanage des fosses nasales étroites qui n'ont pas été assez élargies. La synéchie interpariétale en dehors de l'ostium n'affecte pas le drainage lacrymal ;
• le sump syndrome . La persistance d'un SAS muqueux se démasque lorsque l'on exerce une pression sur la région médio-canthale. Sur le plan osseux, il persiste la partie basse de la gouttière lacrymale ;
• la cicatrisation totale de la muqueuse nasale : aucun ostium n'est visible (Figure 13). L'imagerie révèle le plus souvent la persistance d'une partie de gouttière lacrymale. Une part de néo-ostéogenèse pour expliquer les échecs secondaires d'une DCR, bien que controversée, semble possible aux auteurs.
Dans la majorité des cas, la prévention des échecs se fait au niveau de l'étape osseuse : élargissement rationnel du méat moyen ; ostéotomie de toute la gouttière lacrymale libérant largement le canalicule commun. Les échecs de DCR endonasale sans décalage osseux sont souvent associés à une fibrose muqueuse et/ou canaliculaire. Le pronostic d'une reprise est alors très mauvais.
Les échecs d'origine canaliculaire ne sont pas imputables à la DCR. Ils relèvent d'autres causes. 

Voie endonasale ou voie externe
Les études comparant les VEN et VEX sont rares [26, 28, 58, 60, 61, 62] et leur méthodologie critiquable, soit pour des raisons de techniques chirurgicales, soit pour des décalages chronologiques d'inclusion des cas.
Il n'existe aucune preuve irréfutable que la VEN soit supérieure à la VEX. Chaque opérateur a parfaitement le droit d'avoir sa préférence, car il n'existe aucune perte de chance pour le patient.
La VEN paraît plus confortable dans les reprises de DCR, lorsque qu'il faut associer un geste complémentaire (polypose, aspergillose, etc.) et dans le traitement d'abcès du sac lacrymal incontrôlable médicalement. La VEN se discute chaque fois qu'une incision canthale externe est imposée (dissection d'un diverticule du sac lacrymal, abord sanglant du canalicule commun, canthopexie nasale par plaque ou fil d'acier) et lorsque la fosse nasale est trop filiforme et non élargissable.[…] 

https://www.em-consulte.com/article/1305469/dacryocystorhinostomie-par-voie-endonasale

En complément, sur le site de l’Institut de la Macula, «centre de référence nationale et internationale, spécialisé dans le traitement de la pathologie médicale et chirurgicale de la macula, de la rétine et du vitré » voici  les explications du Dr. José Nieto, ophtalmologiste et spécialiste en chirurgie oculoplastique :

Traitement des obstructions des voies lacrymales
L’obstruction du conduit lacrymonasal a un seul traitement chirurgical, appelé dacryocystorhinostomie (DCR). Cette intervention consiste à créer une nouvelle voie pour les larmes, qui va du sac lacrymal jusqu’au nez, en évitant le conduit lacrymonasal obstrué. Il s’agit d’une chirurgie ambulatoire qui se déroule, dans la plupart des cas, sous anesthésie locale et sédation.
La forme la moins invasive de DCR est la chirurgie endoscopique transnasale. Cette technique obtient des résultats similaires à la chirurgie externe classique, or elle présente l’avantage d’être plus courte, sans cicatrice et son temps de rétablissement est plus court.

http://www.institutmacula.com/fr/patologia/ojo-lloroso/

Chaque cas étant particulier, les techniques utilisées ou pouvant être utilisées ont parfois des résultats différents selon les personnes. Le chirurgien qui suit votre proche est le plus à même de lui apporter une réponse adaptée à son cas.

Nous restons à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.
<link fr au-programme lieux-ressources cite-de-la-sante questions-sante _blank>
Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)



Retour à la liste des questions