Questions-santé 2020 - septembre

Infection urinaire

Question

Sensible douleur urinaire le matin. ECBU leucocytes 88 000/ml ; Hématies 15 000/ml Prendre un antibio mais retour dans 1 mois à nouveau infection que faire ? Soigner par les phages ? Merci


Réponse

Bonjour,

Sensible aux infections urinaires, vous vous demandez si vous devez prendre un traitement antibiotique dès l’apparition des premiers symptômes. Vous vous interrogez aussi sur l’intérêt des phages.

Nous vous rappelons que Questions-santé est un service de documentation et ne peut donner d’avis médical. Le choix thérapeutique doit être fait en concertation avec votre médecin traitant qui connaissant votre dossier médical est le plus à même de vous proposer la solution adaptée.

A titre d’information générale, nous vous proposons un dossier de l’Assurance maladie intitulé Prévenir l'infection urinaire et les récidives de cystite.
https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/cystite/prevention-recidives

Concernant les traitements par les phages, nous vous proposons la lecture de 2 articles à ce propos. Le premier décrit notamment la non mise à disposition de ce traitement pour des raisons juridiques et le second expose les mécanismes d’actions des phages et les perspectives thérapeutiques :

- Infections : peut-on être soigné par phagothérapie en France ? / Marie-Céline Ray
08/12/18

En France, les phages peuvent être utilisés dans le cadre d'un traitement dit «compassionnel», c'est-à-dire quand un patient risque de mourir ou d'être amputé à cause d'une infection résistante, et qu'il se trouve dans une impasse thérapeutique. En 2017, deux patients des Hospices civils de Lyon (HCL) ont ainsi été traités par phagothérapie pour des infections ostéo-articulaires. Dans ces cas-là, les médecins font un prélèvement des souches des patients, les envoient à une entreprise de biotechnologie qui cherche, dans ses banques, des phages actifs contre les bactéries des patients. Il s'agit donc d'une médecine personnalisée.
[…]
Infections – le traitement de la dernière chance
Marie-Céline Ray est l'auteur du livre Infections – le traitement de la dernière chance. Futura a souhaité en savoir plus.
[…]
Qu'est-ce qui bloque le retour de la phagothérapie en France ?
Il y a des freins réglementaires et le problème de la production des phages. La façon dont on les produit en Géorgie ne serait pas acceptable en France. C'est pour cela que l'entreprise française Pherecydes met en place un mode de fabrication qui respecte la réglementation européenne. Je pense aussi qu'on manque de recherches dans ce domaine en France et que, pour l'instant, il n'y a pas assez d'études cliniques qui ont donné des résultats convaincants alors que les agences sanitaires veulent des preuves de leur efficacité.

https://www.futura-sciences.com/sante/questions-reponses/medecine-infections-peut-on-etre-soigne-phagotherapie-france-10127/

- La phagothérapie : Une arme crédible face à l’antibiorésistance / Nicolas Dufour, Laurent Debarbieux. -  (Médecine Science, 2017 ; 33-4, pp.410-416)

Une spécificité d’hôte étroite : une qualité qui a son défaut
Les phages présentent une spécificité étroite vis-à-vis de leur cible bactérienne. Par exemple, un phage ciblant Staphylococcus aureus ne sera pas en mesure d’infecter E. coli. Cette spécificité se décline également au sein de l’espèce : un phage infectant E. coli n’infectera en général qu’un nombre restreint de souches d’E. coli. On distingue néanmoins des phages à « large spectre », particulièrement intéressants en thérapeutique car ils sont capables d’infecter un grand nombre de souches au sein d’une espèce de bactérie. Cette spécificité, conférant globalement un spectre d’action bien plus réduit que celui exercé par un antibiotique à spectre étroit, est à la fois un avantage et un inconvénient. Le principal avantage, lié au mode d’action des phages et à leur spécificité étroite, est celui d’un impact négligeable sur le microbiote intestinal du patient et l’absence de pression de sélection susceptible d’augmenter la résistance aux antibiotiques. Le revers de la médaille est la faible probabilité, pour un phage unique, de pouvoir circonscrire une infection « X » sans avoir vérifié au préalable la sensibilité de la bactérie causale. Cette faiblesse peut être compensée par l’association de plusieurs phages (cocktail de phages), permettant une addition des spectres et, in fine, un élargissement du nombre de souches de bactéries ciblées. En pratique clinique, l’avènement de méthodes diagnostiques de plus en plus rapides pourrait à terme aider au choix des phages à utiliser.
[…]
Des bactériophages pour quelles infections ?
[…]
En revanche, le traitement des infections « banales » telles que les pneumonies, les infections urinaires hautes ou basses, les infections ostéo-articulaires ainsi que les suppurations superficielles (brûlures infectées, furonculoses) ou profondes (empyèmes pleuraux, collections intra-abdominales localisées, abcès, etc.) ne posent pas de problème conceptuel quant à une prise en charge par phagothérapie.

http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/9179/MS_2017_04_410.html?sequence=16&isAllowed=y

Nous espérons que ces informations vous seront utiles et restons à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Question-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)



Retour à la liste des questions