Questions-Santé Un service de la Cité de la santé

Toutes les questions

Questions-santé vous apporte une réponse documentaire dans le domaine de la santé dans un délai de 72h (du mardi au samedi)
Nous vous invitons à interroger l’ensemble des réponses que nous avons déjà rédigées ou l’un des dossiers thématiques que nous avons élaborés. Si vous n’avez pas trouvé de réponse adaptée à votre demande, n’hésitez pas à poser votre question sur notre formulaire (en bas de page)

 

Gel hydroalcoolique

Question

Bonjour, Une question que je me pose depuis le début de la crise : Sauf erreur de ma part, tout contact avec l'alcool est risqué, sous quelque forme que ce soit (ingéré ou simplement en contact avec la peau qui l'absorbe), surtout pour les anciens alcooliques qui peuvent rechuter, mais aussi pour les enfants, mais certainement également pour tout individu je suppose ? Avec un risque de dépendances, surtout aux doses où on nous demande de l'utiliser aujourd'hui. Or, depuis le début de l'épidémie, on ne cesse de répéter à longueur de journée qu'il faut utiliser du gel hydroalcoolique. Aujourd'hui, on y est exposé un peu partout. Et on nous annonce même, en disposer dans les écoles où les enfants et ados vont certainement, pour certains, en faire un jeu, ou l'utiliser à d'autres fins. C'est certainement très efficace contre le virus, encore que moi-même je n'en sois pas convaincu, comparé à un vrai lavage de mains, sérieux et fréquent, lequel ne présente a priori aucun risque. Mais je constate qu'à ce jour, je n'ai pas entendu un médecin, pas un expert, nous parler de ces risques d'exposition à l'alcool. Alors le gel hydro-alcoolique est-il composé d'un alcool totalement inoffensif, ou veut-on nous cacher cette réalité (pour une raison évidente bénéfice-risque), au risque d'avoir des conséquences, peut-être graves, une fois l'épidémie passée? Sans compter le nombre de fabrications artisanales, parfois sauvages qui augmentent encore les risques. Merci de vos informations

Réponse

Bonjour,

Vous vous étonnez de l’utilisation du gel hydroalcoolique en remplacement d’un lavage des mains à l’eau et au savon, et des éventuelles conséquences que cette solution contenant de l’alcool pourrait avoir sur d’anciens alcooliques et sur les enfants.

Nous vous rappelons tout d’abord que le gel hydroalcoolique est préconisé dans les situations où un lavage à l’eau et au savon n’est pas possible (dans les magasins, dans la rue, dans les transports…) comme nous l’indique Olivier Schwartz, responsable de l'unité Virus et Immunité à l'Institut Pasteur dans une interview pour le magazine Que Choisir : Le gel hydroalcoolique est-il plus efficace que le lavage des mains à l’eau et au savon ?

La réponse est non. « Il n’y a aucun intérêt à utiliser du gel si l’on dispose d’un accès à un point d’eau et à du savon, précise Olivier Schwartz, responsable de l'unité Virus et Immunité à l'Institut Pasteur. Se laver les mains soigneusement est aussi efficace et moins cher. De plus, le gel ne lave pas. » De ce fait, des saletés diverses, même microscopiques, peuvent rester à la surface des mains après utilisation et si l’on est en contact par la suite avec des virus, ils y trouveront un terrain propice à leur survie.

https://www.quechoisir.org/actualite-gels-hydroalcooliques-leur-interet-et-leurs-limites-n76559/

Concernant les conséquences médicales que cette utilisation pourrait occasionner, voici les informations données à la suite de la crise sanitaire occasionnée par la grippe A (H1N1).

Cependant, nous avons repéré un Rapport de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé relatif à l’innocuité des produits hydro-alcooliques (PHA) à base d’éthanol utilisés pour la désinfection des mains à peau saine par le grand public dans le cadre de  l’épidémie de la grippe A (H1N1) (mars 2011), dans lequel on peut lire :

[…]
Néanmoins, le danger de l’éthanol est inhérent à ses propriétés intrinsèques alors que le risque est fonction de la dose d’exposition. Cette analyse du risque est en conséquence fondée sur l’exposition à l’éthanol contenu dans les PHA appliqués par voie cutanée. L’éthanol est rapidement absorbé par voie orale et par inhalation, mais peu par voie cutanée. Il est ensuite distribué dans tous les organes et tissus. De nombreuses études de la littérature ont montré que l’absorption par voie cutanée ou inhalée de l’éthanol, survenant lors des frictions des mains de manière «intensive» avec des PHA, est extrêmement faible, voire quasi nulle. En effet, et à titre d’exemple, des utilisations «intensives», c’est à dire 20 frictions de trois PHA à 95%, 85% ou 55% d’éthanol, chez 12 volontaires (6 hommes et 6 femmes) rapportées dans l’étude de Kramer et al. (2007) ont montré que la quantité d’éthanol absorbée est de 2,3%, 1,1% et 0,9% respectivement. De même, les études de la littérature n’ont pas permis de mettre en évidence des alcoolémies décelables par voie inhalée. Les estimations des simulations fondées sur un modèle toxicocinétique à base physiologique, menées par l’Afsset en milieu professionnel chez une infirmière montrent que l’éthanolémie maximale engendrée par 42 frictions simples des mains en 8 h est très faible, de l’ordre de 1,28 mg/L. Quel que soit la voie d’exposition, cutanée ou inhalée, les concentrations observées se situent dans l’intervalle de variation des valeurs d’éthanolémie endogène (0 à 35,2 mg/L) mesurée par Al-Awadhi et al. (2004).

https://archiveansm.integra.fr/var/ansm_site/storage/original/application/3c6cccea290f8d00e649160cd5d4a9aa.pdf

Un document plus récent en date du 5 octobre 2016, de l’Agence nationale  de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), s’est intéressé à l’Evaluation des risques liés à l’éthanol : Evaluation des risques liés à une exposition par inhalation de vapeur d’éthanol et/ou par contact avec la peau.

[…]
Conclusions
[…]
Évaluation des risques pour la population générale
Parmi les activités courantes les plus exposantes, à court terme, les experts ont identifié en premier lieu l’utilisation de produits hydro-alcooliques et de produits cosmétiques. Elles conduisent à des valeurs maximales d'exposition estimées respectivement à 758 et 230 mg.m-3.
L'utilisation de produits ménagers, d'une cheminée à l'éthanol ou le remplissage d'un réservoir automobile d'agrocarburant, entrainent des expositions plus faibles à l'éthanol.
Le cumul de l’ensemble de ces expositions entrainerait une éthanolémie maximale de près de 0,9 mg.L-1 (soit près de 50 fois moins que le seuil fixé par le code de la route).
[…]
L’ensemble des valeurs d’éthanolémie présentées ci-dessus sont inférieures aux éthanolémies rapportées pour les premiers effets aigus connus de l'éthanol (effets neurotoxiques), observés entre 100 et 200 mg.L-1. 

https://www.anses.fr/fr/content/evaluation-des-risques-li%C3%A9s-%C3%A0-l%E2%80%99%C3%A9thanol

Enfin le Centre de référence sur les agents tératogènes (CRAT) indique dans un document du 12 mars 2020, qu’aucun élément inquiétant n’a été identifié concernant l’utilisation du gel hydroalcoolique par des femmes enceintes :

ETAT DES CONNAISSANCES
Il n’y a pas de donnée publiée chez des femmes enceintes exposées aux solutions hydro-alcooliques en cours de grossesse.
Cependant, aucun élément inquiétant n’a été signalé à ce jour malgré un recul d’usage très important.

https://www.lecrat.fr/spip.php?page=article&id_article=917

Nous vous suggérons d’interroger le service Alcool info service sur d’éventuelles conséquences de cette solution sur d’anciens malades alcooliques, car des professionnels des addictions pourront vous répondre. Vous pouvez les contacter par téléphone, mail ou chat.
https://www.alcool-info-service.fr/contact/form/webmaster

Nous espérons que ces éléments d’information vous seront utiles et restons à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé      

www.cite-sciences.fr/fr/au-programme/lieux-ressources/cite-de-la-sante/

Réponse du 29/04/20

Avez-vous trouvé cette réponse utile ? /
Avez-vous trouvé cette réponse utile ? Remplissez le formulaire de satisfaction !

Vous n'avez toujours pas trouvé votre réponse ?

N’hésitez pas à nous poser votre question. Nous vous apporterons une réponse documentaire dans les 72h (du mardi au samedi)

Posez votre question