Toutes les questions-santé - mai

Protection après avoir été testé positif Covid

Question

Sommes-nous protégés efficacement ainsi que nos proches après avoir été contaminés par Covid-19. Les 2 vaccinations empêchent-elles d'être contaminés et contaminants.


Réponse

Bonjour,

Vous souhaitez savoir si l’immunité post-infection Covid-19 vous protège efficacement. Vous souhaitez également savoir si la vaccination contre la Covid-19 vous évite d’être contaminée et contaminante.

Concernant la protection après avoir déclaré une première fois la Covid-19, nous vous invitons à lire le dossier du site Mesvaccins.net (plateforme d'information, de communication et d'expertise sur les vaccins et les voyages) intitulé : Covid 19 : de plus en plus d'arguments en faveur d'une immunité de longue durée, mais très variable selon les individus :
 

Depuis le début de l'épidémie de covid 19, on s'interroge sur la durée de l'immunité qui se développe à l'occasion de l'infection, censée nous protéger contre une deuxième infection ou ses effets. Cette immunité acquise, spécifique du microorganisme responsable et qu'on cherche à obtenir par la vaccination, est généralement durable et nous évite les récidives de la plupart des maladies infectieuses. Mais alors qu'elle nous protège pendant plusieurs années et parfois à vie contre certaines maladies, les observations faites sur les infections par les coronavirus font craindre qu'elle ne soit que de très courte durée dans ce type d'infection. En effet, les coronavirus responsables de rhumes banals sont capables de nous réinfecter tous les hivers, et les données dont on dispose pour deux coronavirus apparus avant le SARS-CoV-2 et associés à des syndromes respiratoires sévères, le SARS-CoV-1 (2002) et le MERS-CoV (2012), sont encore insuffisantes et parfois discordantes (1). […]
Il semble donc qu'une infection par le SARS-CoV-2 puisse laisser, au moins chez certaines personnes, une immunité durable, susceptible de constituer une protection en cas de nouvelle rencontre avec le virus. Une vaste étude menée chez des professionnels de santé au Royaume-Uni (SIREN) (3) montre que la première infection réduirait de 83 % le risque d'être infecté une deuxième fois. Auparavant, d'autres études ont montré que l'immunité contre les coronavirus pouvait même être croisée : développée à l'occasion d'une infection par un coronavirus du rhume, elle peut être active secondairement contre le SARS-CoV-2 (actualité du 11/10/2020).
La persistance d'une immunité est la règle, mais on observe une grande variabilité dans ses composantes. Ces variations doivent être corrélées avec l'existence, ou non, d'une protection effective contre une réinfection, ou au moins contre une forme clinique grave de covid 19. Une immunité acquise peut également se traduire parfois par une "facilitation" rendant la 2ème infection plus agressive. […]
Les études qui s'intéressent aux quelques cas où la réalité d'une deuxième infection a bien été établie commencent à donner des informations. Dans l'étude SIREN, des réinfections ont été identifiées chez moins de 1 % de 6 600 participants ; il a été montré que chez beaucoup d'entre eux, même lorsqu'ils ne présentaient que des infections asymptomatiques, le virus était très abondant au niveau de la gorge et du nez et pouvait donc être transmis. L'étude doit encore déterminer si les réinfections sont globalement plus ou moins graves que les infections initiales, et quels sont les facteurs qui les rendent possibles. Il apparait en effet dans toutes ces études que les individus réagissent de façon très variable à l'infection par le SARS-CoV-2, présentant une grande hétérogénéité dans la nature et le niveau des composantes de l'immunité mises en jeu.
Malgré les progrès réalisés, les connaissances sur l'immunité anti-covid 19 restent incomplètes, mais certaines ne seront acquises qu'avec le temps et un recul suffisant. […]

https://www.mesvaccins.net/web/news/16916-covid-19-de-plus-en-plus-d-arguments-en-faveur-d-une-immunite-de-longue-duree-mais-tres-variable-selon-les-individus

Par ailleurs, un article du Vidal intitulé COVID-19 : le point sur la question des réinfections complète ces propos :

La fréquence des réinfections par SARS-CoV-2 est, depuis le début de la pandémie, un sujet à la fois d’inquiétude et de controverses. Difficiles à caractériser de manière certaine, ces réinfections ont néanmoins fait l’objet d’une multitude de publications plus ou moins crédibles. En dépit de ces difficultés méthodologiques, le consensus était qu’elles restaient exceptionnelles.

L’apparition de nouveaux variants et, en particulier, de variants partiellement  immunorésistants portant la mutation E484K, a modifié la donne. Désormais, les cas de réinfection suspectés sont plus nombreux et leur caractérisation plus facile chez les personnes dont le premier épisode de COVID-19 prédate l’apparition de ces nouveaux variants.

Les données obtenues dans le groupe placebo de l’étude sud-africaine du vaccin NOVAVAX ont montré qu’une immunité contre un variant « historique » (Wuhan ou D614G) ne protège pas contre les formes légères à modérées d’une infection par le variant « sud-africain » B.1.351 : 5 % des personnes ayant un antécédent de COVID-19 se sont réinfectés, le même pourcentage que chez celles n’ayant jamais été infectées auparavant. Néanmoins, aucune forme sévère n’a été signalée chez les sujets réinfectés.

Ces nouvelles données indiquent clairement que le risque de réinfection est davantage lié à la dérive antigénique de SARS-CoV-2 vers un profil immunorésistant, plutôt qu’à une immunité acquise déclinante (une diminution des anticorps obtenus après le premier épisode).
Elles renforcent l’idée qu’il est indispensable, pour prévenir ces réinfections, d’actualiser la réponse immunitaire (par des rappels de vaccin, adaptés aux nouveaux variants), dans une optique de protection individuelle et aussi de protection collective, en diminuant le risque d’apparition de nouveaux variants immunorésistants (favorisée par une immunité insuffisamment neutralisante). […]

https://www.vidal.fr/actualites/26810-covid-19-le-point-sur-la-question-des-reinfections.html

Concernant vos interrogations quant à la vaccination contre la Covid-19, nous vous conseillons la lecture de la foire aux questions réalisées sur le site du Ministère des solidarités et de la santé (maj du 26/04/21).
Nous attirons notamment votre attention sur les 2 questions suivantes :

Le vaccin empêche-t-il la transmission du virus ?
En l’état des connaissances, les vaccins aujourd’hui disponibles ou en cours de développement réduisent la sévérité des symptômes
. Néanmoins, nous ne possédons pas encore à ce stade l’ensemble des données relatives à l’effet des vaccins sur la contagiosité.
Il est donc impératif de continuer à maintenir à ce stade les gestes barrières (port du masque, distanciation, etc.) même lorsque l’on a été vacciné, quel que soit le vaccin.

J’ai été vacciné au vaccin AstraZeneca il y a un mois. Est-ce que je risque de contaminer les autres ?
À l’heure actuelle, la vaccination est notre meilleur espoir de combattre le virus. Les vaccins permettent de prévenir, lors d’une contamination, le développement d’une forme grave de la maladie, et donc de protéger celles et ceux qui sont les plus à risque d’être hospitalisés ou de décéder. Les résultats des études cliniques des vaccins autorisés convergent pour démontrer que la vaccination permet de réduire massivement la mortalité due au virus et à ses formes graves. Pour rappel, selon les chiffres retenus par la Haute autorité de Santé, le vaccin AstraZeneca est efficace à 94% pour se protéger des formes graves de Covid-19.Néanmoins, nous ne possédons pas encore à ce stade l’ensemble des données relatives à l’effet des vaccins sur la contagiosité. Il est donc impératif de continuer à maintenir à ce stade les gestes barrières (port du masque, distanciation, etc.), même lorsque l’on a été vacciné, quel que soit le vaccin.

https://solidarites-sante.gouv.fr/grands-dossiers/vaccin-covid-19/je-suis-un-particulier/article/foire-aux-questions-la-conduite-a-tenir

En tant que documentalistes, nous ne pouvons aller plus loin dans notre réponse et vous rappelons que votre médecin traitant, connaissant votre dossier médical, est l’interlocuteur à privilégier pour toutes questions médicales.

Nous espérons que ces éléments d’information vous aideront à enrichir le dialogue que vous aurez avec votre médecin et restons à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Réponse du 06/05/21



Retour à la liste des questions