Toutes les questions-santé - janvier

Parotidectomie

Question

Bonjour, Ma femme a une tumeur de la parotide d’environ 3,5cm. Quel est selon vos lectures, le spécialiste incontesté de cette opération en France. L’enjeu étant la paralysie du visage. Elle a consulté un médecin qui lui a dit qu’il fallait enlever totalement la glande pour éviter toute récidive et un autre qui lui a dit qu’on prenait trop de risque pour le nerf si on enlevait toute la glande ... Avis contradictoire... que dit la science à ce sujet ? On enlève En totalité ? Ou on préserve un bout de glande ? Merci


Réponse

Bonjour,

Votre femme a une tumeur de la glande parotide et vous souhaitez connaitre le meilleur spécialiste de cette pathologie. Vous souhaitez également savoir quelle intervention doit être pratiquée.

Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez à notre service mais nous vous rappelons que Questions-santé est un service de documentation animé par des documentalistes. Nous ne sommes donc pas en mesure de vous donner un nom de chirurgien ni de service.

Quant à la thérapeutique devant être utilisée, chaque cas étant particulier, seul un médecin peut, après l’étude des comptes-rendus médicaux et un examen clinique, indiquer la meilleure solution thérapeutique.

A titre d’information générale nous vous proposons deux extraits d’articles médicaux publiés par l’éditeur scientifique Elsevier Masson :

- Parotidectomies / L. Nokovitch a, F. Crampon b, S. Deneuve b, ⁎
a Département de chirurgie oncologique, Centre de lutte contre le cancer Léon-Bérard, 28, rue Laennec, 69008 Lyon, France
b Service d'oto-rhino-laryngologie, CHU Charles-Nicolle, 37, boulevard Gambetta, 76000 Rouen, France
In Traité de l’EMC Techniques chirurgicales. Tête et cou [46-537], 2021

Introduction
La région parotidienne peut être le siège de malformations, de tumeurs bénignes ou malignes primitives de la glande, ou d'adénopathies secondaires d'un cancer des téguments de la face ou du rhinopharynx.
La stratégie chirurgicale étant fonction du type histologique et de la topographie de la tumeur, le bilan réalisé en préopératoire a un double objectif : anatomique et étiologique.La fonction faciale doit par ailleurs être préservée à chaque fois que cela est possible par la dissection soigneuse du nerf facial dans la glande. La paralysie faciale, complication majeure de cette chirurgie, doit en effet être prévenue tout en respectant les principes carcinologiques.
La voie de lifting et le comblement de la perte de substance par un lambeau de système musculoaponévrotique superficiel (SMAS) permettent de diminuer les séquelles esthétiques associées à cette intervention.
Bilan préopératoire          
Clinique
La tuméfaction siège classiquement sous le lobule de l'oreille, en arrière de la branche montante mandibulaire. Le diagnostic de tumeur parotidienne doit également être évoqué en cas de tuméfaction au niveau des prolongements anatomiques de la glande (région mastoïdienne, pôle postérieur de la région sous-mandibulaire, partie médiane de la joue, oropharynx).
L'examen clinique précise le siège de la tumeur, et recherche les signes spécifiques évocateurs de malignité : douleur, adhérence à la peau et/ou aux plans profonds, trismus, croissance rapide, présence d'adénopathies cervicales et paralysie faciale périphérique [1].      
Imagerie
L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est l'examen de référence : non invasif, sa résolution anatomique permet une information fiable sur la nature tumorale bénigne ou maligne par l'étude des courbes apparent diffusion coefficient (ADC) (Figure 1)
La réalisation d'une tomodensitométrie (TDM) cervicofaciale permet d'analyser l'envahissement osseux (os pétreux, mandibule), ou ganglionnaire cervical [3]. Une TDM thoracique complète le bilan en cas de lésion maligne.   
Cytologie
La réalisation d'une cytologie n'est pas obligatoire, la valeur diagnostique de malignité ou de bénignité de l'IRM étant similaire à celle de la cytoponction, avec une sensibilité et une spécificité de l'ordre de 80 à 95 % [4].
Le cytodiagnostic guidé par l'échographie peut cependant permettre d'étayer une décision chirurgicale et d'en prévoir les modalités. La concordance diagnostique cytoponction/examen histologique est de l'ordre de 78 % [5]. […]

https://www.em-consulte.com/article/1479277/parotidectomies

- Tumeurs de la glande parotide / Bonfils P, Laccourreye O, Giraud P, Halimi P
Affiliations : 1Université Paris V, Faculté de médecine Paris Descartes, 12, rue de l’Ecole de Médecine, 75006 Paris, France
 Service d'oto-rhino-laryngologie et de chirurgie cervicofaciale, Hôpital européen Georges-Pompidou, 20, rue Leblanc, 75015 Paris, France
b Service d'oncologie-radiothérapie, Hôpital européen Georges-Pompidou, 20, rue Leblanc, 75015 Paris, France
c Service de radiologie, Hôpital européen Georges-Pompidou, 20, rue Leblanc, 75015 Paris, France
d Université Paris V, Faculté de médecine Paris Descartes, 12, rue de l'École-de-Médecine, 75006 Paris, France
In Traité EMC - Oto-rhino-laryngologie [20-629-A-10] (Février 2017, Vol 12, Num 1, pp 1-16)
Résumé

Les tumeurs de la glande parotide représentent 70 à 80 % des tumeurs des glandes salivaires. Près de 80 % des tumeurs de la glande parotide sont bénignes et la plupart affectent l'adulte. Ces tumeurs sont caractérisées par une extrême diversité de leur nature anatomopathologique ; la classification anatomopathologique de l'Organisation mondiale de la santé de ces tumeurs décrit près de dix formes différentes d'adénomes, dominées par l'adénome pléomorphe et la tumeur de Warthin, mais également près d'une vingtaine de formes de carcinomes, des tumeurs non épithéliales, des lymphomes et des tumeurs secondaires. La clinique varie en fonction du type de tumeur, en particulier selon sa nature bénigne ou maligne. Les examens complémentaires sont dominés par l'imagerie par résonance magnétique et la cytoponction à l'aiguille fine souvent guidée sous échographie. L'examen tomodensitométrique n'a pas une grande place dans l'expertise de ces tumeurs parotidiennes. Le traitement des tumeurs bénignes de la glande parotide est basé sur la chirurgie dont le type d'exérèse est discuté dans la littérature entre des gestes d'exérèse large comme une parotidectomie totale conservatrice du nerf facial, et des gestes plus ou moins limités comme la dissection extracapsulaire. Le traitement des tumeurs malignes repose sur la chirurgie et la radiothérapie ; les indications sont discutées en fonction du stade de la tumeur.

https://www.em-consulte.com/article/1090507/tumeurs-de-la-glande-parotide

Ces 2 articles sont consultables dans leur intégralité à la Cité de la santé, située dans la Bibliothèque des sciences et de l’industrie de la Cité des sciences et de l’industrie. Voici les informations pratiques pour nous rejoindre :
https://www.cite-sciences.fr/fr/au-programme/lieux-ressources/bibliotheque/informations-pratiques/

Nous espérons que ces éléments d’information vous permettront d’enrichir le dialogue avec les médecins de votre épouse et restons à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)



Retour à la liste des questions