Questions-santé 2017 - décembre

Rectocèle

Question

Opérée depuis un an d'une cystocèle, une rectocèle s'en est suivie, non corrigée par le chirurgien, car ma vie intime serait finie!!! J'ai des doutes quant à cette réponse qui me prédit un avenir pas très rose. Merci d'éclaircir mon avenir.


Réponse

Bonjour,

Vous souffrez d’une rectocèle survenue après une intervention chirurgicale pour une cystocèle (vessie qui glisse et fait saillie contre la paroi antérieure du vagin).  Votre médecin n’a pas souhaité faire une autre opération car cela pourrait fortement perturber votre vie intime. Vous vous interrogez sur la possibilité d’une alternative thérapeutique.

A titre d’information générale, nous vous proposons de consulter la fiche patient élaborée par le Dr Rémi Houdart du Groupe hospitalier Diaconesses Saint Simon sur la Rectocèle (juillet 2015) :
« Qu’est qu’une rectocèle ?
Le suffixe – cèle signifie hernie. Une rectocèle est donc une hernie du rectum, un bombement du rectum.
[…]
Quels sont les traitements ?
Le premier traitement à envisager, et souvent le seul nécessaire, ne recourt pas à la chirurgie mais à l’amélioration de la vidange rectale. Par des modifications du régime alimentaire (fibres, boissons..), l’adjonction de mucilages, l’usage de suppositoires non irritants. Souvent une rééducation est utile et efficace. Parfois (gêne importante, difficultés croissantes d’exonération, lésions associées) une intervention chirurgicale est nécessaire.
De multiples techniques ont été proposées et sont encore pratiquées. Cela signifie à la fois qu’aucune d’entre elles n’a fait la preuve d’une supériorité absolue sur les autres, et à la fois qu’à différents types de rectocèle correspondent différents types de corrections chirurgicales.
Schématiquement, la correction peut être réalisée :

- Par voie endo-anale (gestes réalisés sur la paroi rectale, en « travaillant » à travers l’anus dilaté pour ce faire, soit en plicaturant le rectum faisant hernie, soit en retirant un fragment de paroi rectale distendue).
- Par voie vaginale, en incisant le vagin, par résection du vagin excédentaire et plicature du rectum.
Par voie périnéale, en incisant le court espace situé entre vulve et anus, en plicaturant le rectum et retendant les tissus qui l’entourent.
- Par voie abdominale, en disséquant l’espace situé entre rectum et vagin, et en suspendant ces organes que l’on amarre par l’intermédiaire d’une sorte de hamac de tissu synthétique, sur un point fixe, la colonne vertébrale (à la jonction des vertèbres lombaires et sacrées).
Chaque voie a, bien entendu, avantages et inconvénients.
Les voies « basses » (endo-anale, vaginale, périnéale) ont pour intérêt d’être « locales », sans ouverture de l’abdomen, donc théoriquement plus « légères » pour l’organisme. Les inconvénients en sont divers : pour la voie anale, risque d’aggravation d’une incontinence par la dilatation anale nécessaire ; néanmoins la technique dite STARR, qui consiste à réséquer (à enlever) la paroi rectale excédentaire par un agrafage mécanique, ne nécessite qu’une dilatation modeste. Pour la voie vaginale et périnéale, le principal inconvénient est la survenue, dans certains cas, de douleurs lors des rapports sexuels (=dyspareunie).
Surtout, pour toutes ces interventions le taux d’échec par récidive à cinq ans semble conséquent, de l’ordre de 30 à 50%. La voie abdominale, nécessitant des gestes complexes de dissection et de suture, a vu ses inconvénients (lourdeur du geste, durée d’hospitalisation) nettement diminuer depuis qu’à une ouverture classique s’est substituée la coelioscopie (ou laparoscopie).
Aussi, actuellement, au risque d’être trop schématique, simpliste, on peut résumer les indications que nous portons de la sorte :
- Personne âgée, sans lésion associée notable, n’ayant plus de rapport sexuel : voie vaginale ou périnéale.
- Rectocèle basse, isolée ; technique de STARR, par voie anale.
- Rectocèle volumineuse, haute, lésions associées : fixation du rectum et du vagin par voie coelioscopique. »
http://www.hopital-dcss.org/soins-services-hopital/informations-medicales/item/152-rectoc%C3%A8le.html

Nous espérons que ces informations vous permettront d’enrichir le dialogue avec votre médecin, qui par la connaissance de votre dossier médical, est votre interlocuteur privilégié. Sachez que vous pouvez aussi prendre un second avis auprès d’un autre spécialiste.

Nous restons bien entendu à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)



Retour à la liste des questions