Questions-santé 2019 - septembre

Vie avec un seul rein

Question

Je n'ai plus qu'un seul rein depuis 3 mois. Depuis j'ai une crise de goutte tous les 10 à 12 jours. Je bois 2 litres d'eau du robinet par jour. On me dit qu'il ne faut pas boire n'importe quelle eau? Quelle eau me conseillez-vous?


Réponse

Bonjour,

Vous n’avez qu’un rein, souffrez de crises de goutte à répétition et buvez 2 litres d’eau du robinet par jour. Vous vous demandez s’il y a des contre-indications ou recommandations concernant le type d’eau à utiliser.

Au sujet de vos crises de goutte, le CHU de Toulouse vous propose une fiche qui vous indique leurs causes, les traitements et quelles mesures alimentaires prendre pour les limiter. Ne figurent pas de mention concernant le type d’eau à éviter ou privilégier :

Pourquoi a-t-on la goutte ?
Il n’y a pas de goutte sans un taux trop élevé d’acide urique dans le sang (hyper-uricémie) : c’est la condition nécessaire. Mais seules 10 % des personnes hyperuricémiques ont une goutte : ce n’est donc pas une condition suffisante. Seule, une personne sur 10 ayant trop d’acide urique dans le sang deviendra goutteuse : il faut donc une susceptibilité particulière (génétique ?) pour être goutteux.
Comment peut-on avoir trop d’acide urique dans le sang ?
L’acide urique existe normalement dans le sang, à un taux inférieur à 70 mg/litre. Cet acide urique provient de la destruction physiologique permanente des protéines soit d’origine externe (alimentation) soit d’origine interne (destruction physiologique des cellules et de leur ADN). Cet acide urique est constamment éliminé par le rein, qui fait office de filtre régulateur.
Deux grands mécanismes entraînent une hyperuricémie :
- soit une hyperproduction d’acide urique : alimentation trop riche en protéines, destruction massive de cellules (dans une leucémie par exemple).
- soit une diminution de l’élimination rénale de l’acide urique par altération du filtre rénal (causes les plus fréquentes).
[…]
Le traitement de l’hyperuricémie : les hypo-uricémiants
C’est le traitement de fond de la goutte. Si on fait revenir l’uricémie à la normale (les recommandations internationales préconisent de descendre au-dessous de 60 mg/litre), on fait disparaître les crises de goutte. On comprend donc que si ce traitement de fond est mis en œuvre au stade de goutte aiguë, le malade est guéri (au prix impératif de la prise quotidienne du médicament), mais que s’il est administré au stade de goutte chronique, la goutte n’évoluera plus mais les dégâts articulaires déjà constitués ne seront pas réversibles.
En pratique :
- on ne préconise un traitement hypouricémiant que lorsque le nombre de crises est de plus d’une par an.
- il faut toujours commencer ce traitement à distance d’une crise et sous couverture d’anti-inflammatoire ou de colchicine quelques mois (risque sinon de déclencher une nouvelle crise).
- on utilise des hypouricémiants de différents types : ceux qui diminuent la production d’acide urique (dont le classique allopurinol), ou ceux qui augmentent l’élimination rénale de l’acide urique (uricosuriques), selon le mécanisme.
- le but du traitement est de supprimer les crises, de faire baisser le taux d’acide urique au-dessous de 60 mg/litre (d’où la nécessité de contrôler ce taux périodiquement pour ajuster éventuellement les doses du médicament).
- d’un point de vue alimentaire, il faut éviter les produits qui font monter l’acide urique : aliments (abats, crustacés notamment) et boissons (vins cuits, alcools forts, bières même sans alcool et surtout sodas) et préconiser ceux qui le font baisser (lait et laitages, fruits contenant de la vitamine C : orange, pamplemousse, cerises).
-
la goutte peut être associée à d’autres pathologies : hypertension artérielle, cholestérol élevé, obésité, diabète. L’ensemble constitue « le syndrome métabolique ». Il est de bonne logique médicale de traiter alors l’ensemble de ces pathologies associées.

https://www.chu-toulouse.fr/-la-goutte-

On peut lire en revanche sur le site Esculape, site de médecine générale, dans une synthèse sur la goutte rédigée par les Drs J.P. Larbre et G. Llorca :

A- TRAITEMENT DE LA CRISE AIGUE
[…]
2° - Le régime
Il comporte une alimentation légère à base de légumes, de fruits, d'hydrates de carbone avec 2 litres d'eau minérale (EVIAN, VITTEL, CONTREXEVILLE) par jour, dont 1/2 litre d'eau de VICHY pour alcaliniser les urines, avec interdiction de l'alcool et également les tous premiers jours, interdiction des graisses et de la viande (les grandes règles du régime général de la goutte devant bien entendu être respectées durant la période).
[…]
B - TRAITEMENT DE FOND OU TRAITEMENT DE LA DIATHESE HYPERURICEMIQUE
Son but est de réduire la surcharge uratique
Ses moyens sont représentés par le régime hypopurinique, l'augmentation de la diurèse, l'utilisation d'uricoéliminateurs ou d'uricoinhibiteurs.
1° - Le régime
Il doit être associé à une vie réglée sans surmenage, mais avec une activité physique suffisante. Il consiste en :
- la suppression des aliments riches en nucléoprotéines (abats, anchois, sardines, etc...) et de l'alcool.
- la diminution de la ration calorique de base (pas plus de 2 000 calories) avec une diminution portant particulièrement sur les protéines et les lipides.
- l'augmentation des boissons (eau d'EVIAN ou de VITTEL 1 litre 1/2 par jour, de VICHY 1/2 litre par jour pour alcaliniser les urines).

http://www.esculape.com/rhumato/zz_%20goutte.htm

A titre indicatif, voici ensuite la réponse du Pr Christophe Legendre, néphrologue, à la question « Vivre avec un seul rein : quel risque ? » sur le site Allo docteurs dont les Drs Michel Cymès et Marina Carrère d’Encausse sont les responsables éditoriaux :

Si le rein est normal, on sait qu'il va durer très longtemps puisqu'on sait que les donneurs de rein peuvent vivre toute leur vie avec un seul rein. La seule chose à vérifier régulièrement, c'est la pression artérielle pour être certain que la patiente ne devienne pas hypertendue. Il faut éviter les sports de combat, très violents. Mais sinon il faut vivre tout à fait normalement.

https://www.allodocteurs.fr/maladies/prostate-reins-vessie/insuffisance-renale-dialyse/vivre-avec-un-seul-rein-quel-risque_16138.html

Nous restons bien entendu à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

<link fr au-programme lieux-ressources cite-de-la-sante questions-sante _blank>Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)



Retour à la liste des questions