Questions-santé 2019 - septembre

Problème gorge bouche

Question

Bonjour, voilà je commence à me poser beaucoup de questions, cela fait plusieurs années que je traine ce problème et je ne trouve aucune solution, malgré tous les traitements de mon médecin, aucun n'a fonctionné, donc je m'adresse à vous. Donc voilà j'ai un mauvais goût dans la bouche en permanence qui me donne des vomissements si je ne mange pas un bonbon ou que je bois un coup, ce mauvais goût est plus intense lorsque je fume, il y a aussi que lorsque j'éternue, ma bouche devient extrêmement sèche, et même l'eau j'ai l'impression que ça me déshydrate plus que l'inverse, je ne sais vraiment plus quoi faire, cela me pourrit la vie à force, j'espère que vous pourrez m'aider. Merci d'avance.


Réponse

Bonjour,

Depuis plusieurs années, vous avez un mauvais goût dans la bouche et vous souhaitez savoir que faire pour y remédier.

A titre d’information générale, voici un extrait d’un article de la revue Nutrition clinique et métabolisme (Volume 25, numéro 1, pages 24-28, février 2011) : Nutrition et troubles du goût en pratique courante / Jean-Claude Desport, Pierre Jésus, Gérard Terrier, Aude Massoulard, Jean-Vincent Bourzeix, Dominique Grouille, Bertrand Sardin, Agnès Nouhant, Monique Fort, Laurence Plouvier, Bernard Devalois, Jean-Pierre Bessède. Vous y trouverez une liste des différentes causes de ces troubles :

Causes des troubles du goût
De très nombreuses situations peuvent provoquer des troubles du goût [1] :
• des situations physiologiques comme le vieillissement, la grossesse ou la ménopause. Les perturbations du goût survenant avec le vieillissement seraient fréquentes, débutant vers l’âge de 60 ans [9] et touchant jusqu’à plus de 80 % des personnes âgées de plus de 80 ans, contre moins de 10 % au dessous de 50 ans [10]. Elles sont expliquées par une réduction du nombre des bourgeons du goût, une diminution des connections, un ralentissement de la vitesse de renouvellement cellulaire, une possible diminution du flux salivaire [10, 11]. Chez la personne âgée, le goût salé serait le plus altéré, suivi par le goût amer, puis acide et enfin sucré [11]. La grossesse est souvent accompagnée d’une augmentation de la préférence aux aliments sucrés et salés [4]. Dans environ 2 à 5 % des cas, la ménopause peut être suivie dans les trois à 12 ans d’une hypogueusie ou d’une dysgueusie (souvent perception d’un goût amer ou métallique), accompagnée de sensations de brûlures de la langue, des lèvres ou du palais et d’une sécheresse de bouche [4, 6] Ces troubles sont décrits sous le nom de glossodynie ou burning mouth syndrome [4] ;
• de multiples traitements ont été incriminés, comme certains antibiotiques, opiacés, anesthésiques locaux, antihypertenseurs, antirétroviraux, antiépileptiques, antidiabétiques, antihistaminiques, analgésiques, anti-inflammatoires, hypocholestérolémiants, antidépresseurs et antiparkinsoniens [4, 10, 12, 13]. Il est nécessaire de rechercher la liaison entre apparition des troubles et mise en route du traitement. Les traitements du cancer sont également souvent en cause [3, 8, 13] :
  - radiothérapie de la tête et du cou, en fonction de la dose reçue, qui touche les cellules spécifiques et altère la production salivaire [1, 2, 4, 8],
  - chimiothérapies, en particulier utilisant cisplatine, carboplatine, cyclophosphamide, doxorubicine, 5-fluoro-uracile, vincristine, carmustine et méthotrexate [13, 14], du fait de l’atteinte des cellules spécifiques à vie brève [4, 14]. Pour Sanchez-Lara et al., ce sont les saveurs sucrées et amères qui sont principalement modifiées, avec une disparition dans 43 % des cas, une diminution dans 33 % des cas, une sensation de mauvais goût dans la bouche dans 57 % des cas [14] ;
• les traitements lors du cancer peuvent aussi générer des troubles du goût par le biais d’atteintes neuronales ou de mucites [8]. Au total, une revue récente de Hovan et al. indique que la prévalence des dysgueusies va de 56 à 76 % lors des radio- ou chimiothérapies [8] ;
• une mauvaise hygiène dentaire est souvent en cause (carie, atteinte parodontale, présence d’une prothèse dentaire) [4, 6] et une colonisation bactérienne ou fungique des pores des bourgeons du goût peut altérer la sensation [2] ;
• des carences en vitamines ou oligoéléments sont à l’origine de troubles du goût :
  - carences en vitamines : vitamine A, vitamine E, riboflavine (vitamine B2), niacine (vitamine PP),
acide pantothénique (vitamine B5), pyridoxine (vitamine B6), acide folique (vitamine B9), cobalamine (vitamine B12) [3],
   - carences en oligoéléments : zinc en particulier [3, 13], fer [3, 4] ;
• la consommation chronique d’alcool ou de tabac peut s’accompagner d’une hypogueusie [4, 6] ;
• une altération du transport des molécules signal par la salive joue un rôle lors d’un syndrome de Sjögren, d’une xérostomie [2, 4, 6, 13, 15] ;
• des troubles psychiatriques tels qu’un état dépressif ou un trouble du comportement alimentaire [4, 6] ont été associés aux troubles du goût ;
• certaines affections du système nerveux central ont été incriminées : traumatismes crâniens, sclérose en plaques, sclérose latérale amyotrophique, épilepsie, gliome du tronc, atteinte de la corde du tympan (induisant une amertume ou l’apparition d’un goût métallique), dysautonomie faciale, paralysie faciale, lésions de la base du crâne, accidents vasculaires cérébraux centro-pontins, dissection carotidienne, séquelles de chirurgie du nerf facial ou du glossopharyngien [4, 6, 13, 16] ;
• enfin, des anomalies du goût ont été également rapportées lors du diabète (à l’origine d’une hypogueusie globale) [4, 6, 13, 15], de la cirrhose (à l’origine d’une hypogueusie au salé, au sucré et à l’acide) [4, 6, 13, 15], de la maladie de Crohn, d’une insuffisance rénale chronique (induisant une altération des goûts sucrés et acides ou la présence d’un goût métallique ou amer) [2, 3, 4, 13, 15], d’une pathologie des surrénales, d’une infection virale [2, 4, 6, 13], de la syphilis, la mucoviscidose [13], l’hypothyroïdie (à l’origine d’une hypogueusie) [3, 4, 6], en présence d’un thymome [13], d’une infection des voies respiratoires supérieures [2], d’une amylose [4, 6], de la lèpre, de la spondylarthrite ankylosante [4].

https://www.em-consulte.com/article/281329/article/nutrition-et-troubles-du-gout-en-pratique-courante

En tant que documentalistes, nous ne pouvons aller plus loin. Nous espérons que ces éléments d’information permettront de trouver une solution à votre problème.

Nous restons bien entendu à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.
<link fr au-programme lieux-ressources cite-de-la-sante questions-sante _blank>Service Questions-santé

 NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)



Retour à la liste des questions