Questions-santé 2019 - décembre

Subutex

Question

Bonsoir, mon ami prend du Subutex environ 4 mg par jour, il ne me le dit pas mais je sais qu'il s'injecte les cachets, cela me fait peur, il a été gros consommateur d'héroïne, et parfois je me demande s'il ne fait pas les 2, héroïne et Subutex, il a attrapé des gros ulcères aux 2 jambes, qui ne guérissent pas malgré les soins, également il a les mains très très gonflées, il me fait croire que c'est la soudure, je sais plus quoi faire, il ne tient pas en place, il a des sautes d'humeur horrible, il dort mal, il transpire énormément, cela peut être le Subutex ou l'héroïne ?Il a 58 ans, dites-moi SVP que dois-je faire pour l'aider. Merci.


Réponse

Bonjour,

Votre ami est traité pour toxicomanie à l’héroïne avec du Subutex qui est un produit de substitution aux opiacés.

Au vu de son comportement et des symptômes que vous nous décrivez, vous supposez que celui-ci s’injecte du subutex voire continue à prendre de l’héroïne.
Vous êtes très inquiète de ses réactions et nous demandez quoi faire pour l’aider.

Tout d’abord, nous vous invitons à parcourir l’article d’un journal centré sur la Santé, la Réduction des Risques et les Usages de drogues SWAPS de l’association P.I.S.T.E.S et intitulé Le Subutex® : Une approche de substitution intéressante mais pas sans risque dont voici quelques extraits :

Découverte en 1973, la buprénorphine a tout d'abord été utilisée pour ses propriétés analgésiques (Temgésic®), avant d'être mise à disposition pour traiter les pharmacodépendances aux opiacés sous le nom de Subutex®. La buprénorphine haut-dosage (comprimés sublinguaux dosés à 0,4 mg, 2 mg, 8 mg) est ainsi utilisée dans les traitements de substitution depuis 1996.
La buprénorphine est un morphinomimétique de synthèse. Elle induit modérément les effets euphoriques de l’héroïne sans générer ses effets sédatifs, dysphoriques et hallucinatoires (2,8). Ces propriétés peuvent modifier le potentiel d'abus des autres drogues.
[…] Administrée par voie orale, la buprénorphine est largement inactivée lors du premier passage hépatique, moins de 20 % passe dans la circulation systémique. L'administration sublinguale permet d'éviter ce premier passage hépatique. En 8 minutes, 81 % est absorbé. […]
Les études cliniques entreprises par administration sublinguale chez l’homme ont mis en évidence un effet plafond pour ce qui est du traitement de la douleur. Ainsi, en moyenne au-delà de 8 mg de buprénorphine, les effets ne sont plus dose-dépendants (22,23). Enfin, il a été montré que la buprénorphine administrée aux doses adaptées aux patients prévient la consommation d'héroïne (11,12).
Effets indésirables
Le second facteur de risque consiste en la prise, par voie intraveineuse, de buprénorphine à très forte dose. Le broyage d'un comprimé sublingual de Subutex® 8 mg et sa dissolution dans l'eau procure, par injection, une dose de buprénorphine très supérieure à celle obtenue par voie sublinguale (19, 20, 21). A ce jour, aucune étude n'a été entreprise, aucun cas rapporté quant aux effets de la buprénorphine à des doses suprathérapeutiques par voie parentérale et notamment en bolus intraveineux. Sur 8 des 20 décès, des traces d'injections récentes ont été observées, dans 5 cas des seringues contenant des résidus de Subutex® ont été retrouvées à proximité des cadavres, posant donc la question de l’imputabilité du Subutex®. Or il est connu que l'injection intraveineuse mais aussi épi ou péridurale de cette molécule aboutit à une saturation quasi immédiate des récepteurs centraux aux opiacés, origine des dépressions respiratoires sévères (3, 5, 10).
[…]
Chez les patients " injecteurs ", il peut être indispensable de contrôler la prise sublinguale du Subutex®. Si les injections perdurent malgré cette prise en charge, une modification de la thérapie, une adaptation de la prise en charge du patient s'imposent. Il est recommandé de s'appuyer sur les réseaux constitués tant de spécialistes que de généralistes, de médecins que de pharmaciens, de centres spécialisés que de centres de soins généraux. Seule une collaboration étroite entre les différents acteurs de santé, formant une véritable équipe pluridisciplinaire, peut éviter des dérives fatales.[…]

https://www.pistes.fr/swaps/11_116.htm

Si votre proche décide de se faire aider, voici des coordonnées de structures en addictologie dans les Ardennes où l’accueil est « confidentiel, anonyme et gratuit. »
https://www.drogues-info-service.fr/Adresses-utiles/(lng)/4.726096/(lat)/49.762085/(address)/charleville/(country)/FR#map

Afin de savoir comment faire pour aider votre proche, vous pouvez aussi lire cet article de Drogues info service :

Prendre conscience qu’un proche a un problème de drogue n’est pas chose facile, mais savoir quelle aide lui apporter une fois ce constat établi ne l’est pas forcément davantage. […]

https://www.drogues-info-service.fr/Les-drogues-et-vos-proches/Aider-etre-aide/Comment-aider-un-proche#.XgHYWJdOfcs

Enfin, vous pouvez aussi poser votre question au service spécialisé Drogues info service en les contactant par téléphone, chat ou par le biais d’un service de questions/réponses en ligne :
http://www.drogues-info-service.fr/

Nous espérons que ces informations vous seront utiles et que vous trouverez conseil auprès des structures indiquées. Nous restons bien entendu à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Question-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)



Retour à la liste des questions