Questions-santé 2020 - septembre

Implant contraceptif DIU cuivre et saignements

Question

On m'a posé un implant il y a 2 ans. Depuis j'ai saigné quasi-constamment. J'ai donc décidé de passer au DIU cuivre. Il y a 5 jours j'ai fait retirer l'implant et poser le DIU. Je saignais depuis plusieurs semaines et je saigne toujours. Au bout de combien de temps les hormones de l'implant ne font plus d'effet ? Est-ce qu'un arrêt des saignements pourrait avoir lieu grâce au DIU ? Si oui, qd ?


Réponse

Bonjour,

Vous venez de changer de contraception car vous aviez des saignements quasi constants. Vous vous demandez si le DIU en cuivre qui remplace votre implant va permettre l’arrêt des saignements, et pendant combien de temps l’action hormonale de votre implant est active.

Pour commencer, un article de la Revue médicale suisse, Expérience de la contraception par implant vous informe quant à l’efficacité contraceptive de l’implant après retrait et ses effets indésirables :

[…]
L'implant présente une bonne réversibilité avec une fertilité retrouvée dès un mois après son retrait
.4

Cette méthode contraceptive a séduit les patientes et le corps médical par sa fiabilité, sa simplicité d'usage et, surtout, l'absence de risque d'oubli. L'amélioration d'une dysménorrhée a également été observée.5,6 Cette méthode présente toutefois un certain nombre d'effets secondaires qui peuvent motiver le retrait de l'Implanon® (tableau 1). Parmi ces effets indésirables, celui qui motive le plus de retraits d'implants est le dysfonctionnement du cycle (saignements fréquents et/ou prolongés).3,5 L'école chilienne de Croxatto5 décrit dans un collectif de 635 patientes que moins de 5% des femmes ont mentionné des symptômes locaux au niveau du site d'insertion ou d'extraction sous forme de discrètes douleurs ou d'induration passagère.

https://www.revmed.ch/RMS/2002/RMS-2403/22398

Vous vous interrogez sur le délai d’arrêt des saignements avec le DIU en cuivre. Le site ChoisirSaContraception vous alerte :

Quels sont les inconvénients ?
- Le DIU au cuivre peut allonger la durée des règles. Mais si vos règles sont courtes et peu abondantes, la différence sera imperceptible.

https://www.choisirsacontraception.fr/moyens-de-contraception/le-sterilet-diu.htm

Enfin, le Dr Winckler répond à vos préoccupations plus en détails sur son blog Winckler webzine, spécialisé sur la contraception féminine :

Un inconvénient imprévisible de l’implant : l’irrégularité des menstruations
En reproduisant l’état hormonal de la grossesse, l’implant met souvent l’ovulation en sommeil. Ainsi, 18 % des utilisatrices n’ont pas de règles du tout, comme si elles étaient enceintes. D’autres (surtout pendant les premières semaines) peuvent observer un gonflement ou une tension un peu douloureuse des seins.
(Parfois, l’absence de règles et la tension des seins fait redouter une grossesse. Un test de grossesse négatif permettra de vous rassurer. Le port de l’implant ne modifie pas les tests de grossesse.)
Ces phénomènes sont sans danger. Et ils ne concernent pas toutes les utilisatrices.
La majorité des utilisatrices ont des règles moins fréquentes, et plus irrégulières qu’en l’absence de contraception.
Un certain nombre (12 % d’utilisatrices) ont des règles plus fréquentes - qui surviennent souvent de manière imprévisible - surtout pendant les 6 premiers mois.
Ces saignements ne sont pas des règles, mais un « spotting », un saignement minime provenant de l’utérus, et lié à la finesse de la paroi intérieure de l’utérus (endomètre), très aminci par l’hormone. Le « spotting » s’observe aussi chez les utilisatrices de pilule (
surtout celles qui prennent la pilule en continu) ou les porteuses de DIU (« stérilet »), au cuivre ou hormonal. IL est sans danger et n’a pas de signification particulière, mais il peut être très gênant.

Que faire quand on a un "spotting" ?


Les femmes qui ont des règles trop fréquentes, ou des saignements légers plus ou moins permanents (« spotting ») pendant les premiers mois d’utilisation de l’implant peuvent atténuer ce phénomène en prenant de l’ibuprofène (en vente libre) par cures de 2 comprimés à 200 mg, trois fois par jour, 4 jours d’affilée. Le plus souvent, cela suffit à interrompre durablement le spotting. Une autre méthode, quand les saignements sont très fréquents ou très gênants, consiste à prendre des estrogènes (qui ont tendance à ré-épaissir l’endomètre, ce qui l’empêche de saigner). Les estrogènes peuvent être pris sous la forme... d’une pilule combinée ordinaire. Elle n’est alors pas utilisée comme contraception, mais pour faire cesser le « spotting ».

http://martinwinckler.com/spip.php?article429

Nous espérons que ces pistes vous seront utiles et vous permettront d’enrichir le dialogue avec votre gynécologue que nous vous conseillons de revoir, étant le mieux à même de vous proposer une prise en charge adaptée à votre situation, connaissant votre dossier médical.

Nous nous tenons bien entendu à votre disposition pour toute nouvelle recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.
<link fr au-programme lieux-ressources cite-de-la-sante questions-sante _blank>
Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)



Retour à la liste des questions