Toutes les questions-santé - février

Thermocoagulation lombaire ou rhizolyse thermolésion

Question

Bonjour, je recherche où on pourrait faire ce genre de pratique, pas loin de mon domicile, ayant hernie discale sur L4 et L5, ai fait 2 infiltrations, toujours mal.


Réponse

Bonjour,

Vous cherchez des services pratiquant la thermocoagulation lombaire appelée aussi rhizolyse, dans votre région, pour traiter une hernie discale.

Nos recherches documentaires ne nous ont pas permis de localiser des services dans le département du Loiret. Cependant les sites internet des hôpitaux ou cliniques n’indiquent pas toujours les techniques utilisées par les chirurgiens. C’est pourquoi nous vous invitons à interroger votre médecin qui, connaissant les structures médicales dans votre environnement, pourra certainement vous diriger vers un établissement adéquat.

Lors de nos recherches nous avons repéré un article extrait de la revue Douleurs (Volume 20, numéro 6, pages 279-290, décembre 2019) : La chirurgie de la douleur / Alain Serrie (Service de médecine de la douleur, médecine palliative, hôpital Lariboisière, 2, rue Ambroise-Paré, 75010 Paris, France). Nous vous en proposons un extrait qui peut peut-être expliquer le manque de visibilité de cette technique :

Rhizolyse lombaire
La section du rameau médian de la branche postérieure du nerf rachidien a été proposée depuis longtemps pour traiter les lombalgies et les lombo-sciatalgies rebelles en rapport avec une arthrose interapophysaire postérieure. […]
Cette technique allait, dès lors, se développer tant aux États-Unis que dans les pays européens, mais le pourcentage de succès allait diminuer progressivement et régulièrement et ce malgré les progrès techniques et des cibles beaucoup plus précises. À l’heure actuelle, le chiffre de 50 % de bons résultats à un an est communément admis par la plupart des équipes. Ceci nous permet de faire quelques commentaires :
•les meilleurs résultats s’observent chez les patients présentant un tableau clinique et radiologique indiscutable après avoir, bien évidemment, éliminé les autres causes possibles (en particulier discales) ;
•les patients ayant déjà eu des interventions rachidiennes (laminectomie, cure de hernie, arthrodèse) sont peu sensibles à la dénervation des facettes ;
•ce geste devrait être logiquement précédé du test de Mooney et Robertson [5] qui consiste, après repérage scopique, en une injection intra-articulaire d’un soluté hypertonique qui devrait reproduire la douleur habituelle du patient. De façon logique, cette infiltration devrait être réalisée au niveau des 2 ou 3 derniers étages lombaires et ce de façon bilatérale ;
•plus simplement, le test préalable peut se résumer à l’infiltration d’une petite quantité d’anesthésiques au niveau des sites prévus de thermocoagulation et l’adjonction de corticoïdes permet parfois d’obtenir des résultats durables ;
enfin, on ne saurait trop souligner que la section ou thermocoagulation du nerf articulaire entraîne une lésion périphérique du nerf et la repousse de celui-ci entraîne automatiquement la réinnervation de l’articulaire avec de façon logique et possiblement inéluctable la réapparition des douleurs initiales.
C’est dire qu’à l’heure actuelle, la rhizolyse n’a que des indications très limitées, d’autant plus qu’elle est proposée dans le traitement de douleurs désespérément chroniques
.

https://www.em-consulte.com/article/1335485/article/la-chirurgie-de-la-douleur

Nous espérons que ces éléments d’information vous seront utiles et restons à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)



Retour à la liste des questions