Toutes les questions-santé - mars

C'est possible "d'avorter" sans aucun motif?

Question

Ma femme vient d'avorter après 14 semaines de tomber enceinte suite aux douleurs fortes au niveau des côtes mais j'ai demandé au gynécologue ce qui a poussé cet avortement, il m'a dit qu'il ne comprend pas puisque lui il voyait l'utérus et le col sans problème. Mais ma dame est du groupe sanguin O- et c'était la première grossesse donc je voudrais savoir si ça a été la cause principale.


Réponse

Bonjour,

Votre femme vient d’avorter après 14 semaines de grossesse. Compte tenu de la description que vous faites de cet avortement nous supposons que vous voulez parler d’une fausse-couche. Vous souhaitez comprendre ce qui s’est passé et quelle a été la cause de cette fausse-couche. Vous vous interrogez sur l’impact éventuel du groupe sanguin de votre femme qui est O négatif.

A titre d’information générale, nous vous proposons deux dossiers réalisés par l’Assurance maladie française :

- Fausse-couche :

La fausse couche est une interruption spontanée de grossesse qui survient au cours des 5 premiers mois. Elle se manifeste par des saignements vaginaux accompagnés de douleurs dans la partie basse du ventre. Ces symptômes doivent conduire à consulter un médecin. Dans certains cas, un traitement est nécessaire.
[…]
Causes
Fausse-couche isolée
Le risque de fausse-couche augmente avec l'âge : à 25 ans, il est de 12% par cycle et de 50 % à 42 ans.
La cause d’une fausse couche isolée est rarement recherchée. Elle est due le plus souvent à une anomalie de développement du fœtus. Selon l’hypothèse la plus probable, l’embryon présenterait des anomalies chromosomiques qui stopperaient son développement normal et aboutiraient à son expulsion.
[…]
Les symptômes de la fausse couche
Une fausse couche se caractérise par :

  • des saignements vaginaux ou métrorragies : ceux-ci peuvent être légers ou abondants, irréguliers ou ininterrompus, de teinte brunâtre ou rouge vif ;

  • une expulsion par le vagin de tissus brunâtres ou de caillots de sang ;

  • des douleurs dans le bas du dos (sensation diffuse et constante), ou au niveau de l’abdomen, ou des crampes pelviennes ressemblant aux douleurs des règles.

[…]
« Quelles précautions prendre après une fausse couche ?
Pendant les 2 semaines qui suivent, il est conseillé de ne pas utiliser de tampons hygiéniques et d’éviter les relations sexuelles, afin de limiter le risque infectieux.
Consultez à nouveau votre médecin si vous ressentez de la fièvre, des frissons, des saignements vaginaux abondants ou des douleurs abdominales.
Par ailleurs, vous aurez peut-être besoin d’un soutien psychologique après une fausse couche : votre entourage et votre médecin peuvent vous aider.

https://www.ameli.fr/assure/sante/urgence/pathologies/fausse-couche

- Grossesse : incompatibilité RH, diabète gestationnel et hypertension artérielle gravidique

Comment l'incompatibilité rhésus se constitue-t-elle ?
Lors d’une première grossesse, le sang du bébé et celui de sa mère sont parfaitement séparés par le placenta : il n’y a aucun risque pour le bébé.
Durant l'accouchement, lors d'une IVG, d'une IMG ou encore après une grossesse extra-utérine, des globules rouges du fœtus passent dans la circulation sanguine maternelle. Les globules blancs de la mère (rhésus négatif) identifient les globules rouges du bébé (rhésus positif) comme des cellules étrangères et fabriquent des anticorps dits « agglutinines irrégulières » contre ce facteur ou rhésus.

Lors d’une grossesse suivante, si le fœtus est de rhésus positif, les anticorps dont la mère est porteuse depuis le premier accouchement traversent le placenta, passent dans la circulation sanguine du fœtus et détruisent ses globules rouges entraînant une anémie hémolytique. Les conséquences sont graves pour le fœtus ; c’est pourquoi, chez les mères de rhésus négatif, la recherche d’agglutinines irrégulières par une prise de sang est réalisée régulièrement, durant toute la grossesse.

En pratique, si vous êtes rhésus négatif

Des mesures sont indispensables :

  • vous devez recevoir une injection de sérum anti-rhésus après chaque accouchement : ce sérum neutralisera les quelques globules rouges rhésus positif qui peuvent être présents dans votre sang, pour éviter la formation d’agglutinines irrégulières et protéger vos futurs bébés ;
  • si la grossesse se termine par une fausse couche ou par une interruption de grossesse (IVG ou IMG), une injection de sérum anti-rhésus doit également être pratiquée.

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/grossesse-difficultes/diabete-hta-incompatibilite-rh

En tant que documentalistes, nous ne pouvons aller plus loin dans notre réponse. Nous conseillons à votre femme de revoir son gynécologue afin que celui-ci après l’avoir examinée, puisse lui apporter des éléments de réponse adaptés à sa situation.

Nous restons bien entendu à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)



Retour à la liste des questions