Questions-santé 2021 - février

Buford complexe

Question

Bonjour, j'aimerais savoir ce que c'est le buford complexe, si cela est grave et comment ça ce soigne ? Merci pour vos réponses.


Réponse

Bonjour,

Vous souhaitez savoir en quoi consiste le complexe de Buford et s’il existe des traitements.

Pour commencer, voici la description de cette pathologie sur le site de l’association Radeos (dont l’objectif est de constituer une bibliothèque d'images radiologiques et de fiches de cours didactiques pour les professionnels de la santé) :
« Complexe de Buford
Absence de labrum antéro-supérieur (0-3h) et hypertrophie du ligament gléno-huméral moyen. »
https://radeos.org/maladie/fiche-complexe-de-buford_1778.html

Pour mieux comprendre cette pathologie, nous vous proposons la lecture des définitions de certains termes indiqués dans la description :
- Labrum : 

Fibrocartilage dit-arthrodial disposé en un bourrelet élastique sur la périphérie de certaines cavités articulaires dont il agrandit les dimensions.[…]

https://dictionnaire.academie-medecine.fr/index.php?q=labrum+
In Dictionnaire de l’académie de médecine

- Hypertrophie

Augmentation de volume d’un tissu, d’un organe, voire d’une partie du corps.
Ex. hypertrophie hépatique (hépatomégalie), cal hypertrophique, cicatrice hypertrophique, hypertrophie d’un membre ou d’un segment de membre.
Étym.
gr. huper : excès, trophê : nutrition

https://dictionnaire.academie-medecine.fr/index.php?q=hypertrophie
In Dictionnaire de l’Académie de médecine

 - Ligaments gléno-huméraux

Ligaments qui renforcent la capsule de l’articulation gléno-humérale.
Ils sont au nombre de trois: le ligament gléno-huméral inférieur, le ligament gléno-huméral moyen et le ligament gléno-huméral supérieur.
ligament gléno-huméral inférieur,ligament gléno-huméral moyen,ligament gléno-huméral supérieur

https://dictionnaire.academie-medecine.fr/index.php?q=ligament+gl%C3%A9no-hum%C3%A9ral+moyen
In Dictionnaire de l’Académie de médecine

Pour mieux comprendre ces termes, nous vous invitons à consulter la thèse de médecine « Récupération fonctionnelle du muscle infra épineux après une intervention de Hill Sachs remplissage arthroscopique. Analyse Isocinétique et radiologique » présentée par Julie Falguieres et notamment le chapitre « RAPPELS ANATOMIQUES ET BIOMECANIQUE DE L’EPAULE » (p.3 à 9). Vous trouverez en page 9, un schéma correspondant au complexe de Buford :
https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02089145/document (faire un copier-coller du lien)

Pour plus de précisions et des informations sur les traitements, le magazine britannique Sports Injury Bulletin vous présente un article très complet « The Buford complex » rédigé par Chris Mallac, physiothérapeute :
https://www.sportsinjurybulletin.com/the-buford-complex/

Nous vous proposons sa traduction sur la version gratuite de DeepL.com/Translator :

Est-ce un problème ?
De nombreux radiologues et chirurgiens orthopédistes pensent que le complexe de Buford est une variante rare mais "normale" de l'anatomie de l'épaule.
Cependant, d'autres affirment qu'il peut prédisposer l'épaule à des pathologies particulières. L'absence de labrum supérieur antérieur concentrerait, en théorie, les forces dans le labrum supérieur et la zone d'insertion du tendon du biceps, ce qui pourrait prédisposer le patient à une lésion SLAP et à d'autres lésions intra-articulaires.
Pour résumer quelques études qui se sont penchées sur la nature pathologique du complexe de Buford
:
[…]
Implications pour les cliniciens et les athlètesBien que la présence d'un complexe Buford soit rare - dans seulement 1,5 à 6,5 % des épaules - si elle se produit, elle peut poser un problème potentiel pour l'athlète qui pratique un sport aérien. Les ligaments de l'épaule sont essentiels pour fournir un soutien passif à l'articulation gléno-humérale lors des positions de fin de course. Comme mentionné ci-dessus, la MGHL contribue, avec la IGHL, à limiter la rotation externe à 45 et 90 degrés d'abduction.
On peut faire valoir pour l'athlète très sollicité dans un sport aérien tel que la natation, le cross fit, la gymnastique et le tennis, que la présence d'un complexe de Buford peut rendre l'épaule plus vulnérable à de légères instabilités dues à la MGHL déficiente et au labrum antéro-supérieur. Cela peut alors surcharger d'autres structures du complexe gléno-huméral telles que le tendon sus-épineux, l'ancre du biceps et le tendon du subscapularis.
C'est une condition potentielle, bien que rare, que le clinicien doit prendre en compte lorsqu'il s'agit d'épaules chez des athlètes présentant des lésions de la coiffe des rotateurs et des lésions SLAP. Le complexe de Buford peut être visualisé sur l'arthrographie par résonance magnétique (ARM) et peut être trouvé lors d'examens arthroscopiques de routine. Les recherches sur le complexe Buford et le dilemme potentiel qu'il pose aux athlètes n'ont pas été étudiées.
Comme il s'agit d'une variante de l'anatomie, la seule option de traitement possible, si elle était nécessaire, serait de corriger chirurgicalement le défaut par une augmentation du cordon comme la MGHL. Cependant, les preuves empiriques du succès d'une telle procédure sont faibles, seules quelques études de cas anecdotiques étant rapportées dans la littérature.
D'un point de vue non chirurgical, on peut également avancer l'argument anecdotique que les exercices d'isolation sélective du subscapularis peuvent augmenter activement la stabilité de l'épaule antérieure et compenser dans une certaine mesure une LHGM déficiente. Pour isoler le subscapularis, nous pouvons utiliser le foret d'activation de la position de la presse ventrale (voir figure 3)
[…]
Conclusion
Le complexe de Buford est une variante rare mais apparemment "normale" de l'anatomie de l'épaule. Cependant, certains auteurs ont suggéré que sa présence pourrait créer une surcharge pour les autres structures de l'épaule qui limitent les mouvements, comme le tendon du biceps et la coiffe des rotateurs. Sa présence doit être prise en compte chez les athlètes qui présentent des douleurs répétitives à l'épaule qui sont attribuées aux lésions de la coiffe des rotateurs et aux lésions SLAP.

Enfin, l’Institut de la main vous explique ce qu’est une SLAP à laquelle est apparenté le complexe de Buford, et évoque les traitements, notamment chirurgicaux  :
Qu’est ce qu’une « SLAP » lésion de l’épaule ?

L’épaule est la plus mobile des articulations de notre corps. Elle nous permet d’effectuer des mouvements dans tous les degrés de liberté. Cette articulation est fondamentale pour placer notre main dans l’espace.
Cette articulation très mobile doit être stabilisée ; c’est l’objet même de son architecture (une boule, la tête de l’humérus qui s’articule avec la glène de l’omoplate en regard) mais aussi des renforcements capsulo ligamentaires et des muscles périphériques.
A la périphérie de la glène de la scapula (ou omoplate) on trouve un bourrelet ou labrum, fixé sur l’os, au ras du cartilage.
La SLAP lésion est une pathologie relativement récente, car elle a été décrite pour la première fois en 1985 par Andrews. C’est une abréviation de 4 lettres SLAP pour Superior Labrum from Anterior to Posterior. Il s’agit d’une lésion localisée sur le bourrelet glénoïdien supérieur emportant l’insertion de la longue portion du biceps.Classification
En 1990, Snyder les a classé en 4 catégories.
[…]
Il existe des variantes anatomiques normales, à ne pas confondre avec une lésion SLAP :
– Le biceps labral sulcus : décollement léger du bourrelet supérieur sans arrachement.
– Le sub-labral hole, rencontré dans 11% des cas, aussi à ne pas fixer.
Le Bufford complexe, très rare, seulement dans 1.5% des cas. Il y a une absence totale du bourrelet antérieure au dessus de l’équateur avec un ligament GHM en forme de corde–like.
[…]
Quels sont les traitements possibles d’une « SLAP » lésion de l’épaule ?
Le traitement peut être médical et fonctionnel : il repose sur une prise en charge kinésithérapeutique :
Stretching capsulaire postérieur, renforcement des rotations, stabilisation de l’omoplate.
Le traitement est chirurgical en cas d’échec : il est réalisé par arthroscopie et le geste est variable en fonction du type de la lésion.
[…]
Dans le type II
Le principe est de refixer le bourrelet en situation anatomique, sur son support osseux périphérique grâce à un ancrage local.
Le site du SLAP va être préparé à l’aide d’un shaver introduit par voie antéro supérieure classique, pour nettoyer et égaliser le bord supérieur de la glène. On peut utiliser aussi des râpes ou une fraise arthroscopique.
Ensuite on va insérer l’ancre avec le bon angle et fixer le bourrelet.
En final, on doit avoir au moins une à deux fixation sur le bourrelet postéro supérieur et une autre fixation sur le bourrelet antéro supérieur.

https://www.institut-main.fr/slap-lesions-de-lepaule/

Nous espérons que ces informations vous seront utiles et nous nous tenons à votre disposition pour toutes nouvelles recherches documentaires dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)



Retour à la liste des questions