Questions-santé 2021 - mars

Demande d'une information sur la vaccination Covid-19

Question

Bonjour, Voudriez-vous svp me dire si l'immunité acquise par l'infection post-vaccinale est supérieure à l'immunité acquise par l'infection naturelle? En mars 2020, mon frère (70 ans) a contracté le virus, il a effectué un test sérologique AC COVID-19 IgG test ABOTT +9.4. Le 6 mars 2021, il a effectué un nouveau test sérologique COVID-19 (IIème génération), il a 185.5 AU/ml (depuis le 15/2 nouvelle technique, nouvelles normes et nouvelles unités). Voudriez-vous svp me dire si la vaccination va lui apporter plus d'anticorps que l'immunité acquise naturellement. Avec mes remerciements.


Réponse

Bonjour,

Vous souhaitez savoir si l’immunité acquise par la vaccination anti-covid-19 est plus efficace que l’immunité développée après avoir contracté la maladie.

Afin de vous donner des éléments de réponse, nous vous proposons la lecture d’un article du site Mesvaccins.net (plateforme d'information, de communication et d'expertise sur les vaccins et les voyages) intitulé Immunité naturelle et immunité vaccinale : il y a des différences :

C'est inévitable, l'immunité développée lors d'une infection et celle qui est induite par le vaccin correspondant ne sont pas identiques. Lors de l'infection, l'agent pathogène, virus, bactérie ou parasite, se multiplie dans l'organisme, infecte différents tissus et cellules pendant des périodes parfois longues, et il présente au système immunitaire la totalité de ses antigènes. Bien que tous ces antigènes ne soient pas identifiés par les cellules immunitaires avec la même efficacité, la réponse qui se développe est globale et aboutit généralement à l'élimination de toute trace de l'agent infectieux lors de la guérison. Les vaccins sont conçus pour ne pas provoquer de maladie, même si certains d'entre eux (vaccins "vivants") sont responsables d'une infection silencieuse qui permet l'exposition des antigènes vaccinants. Très souvent, quelle que soit la stratégie retenue, le vaccin ne comportera qu'une partie des antigènes exprimés par un agent infectieux. Lors de la conception, ces antigènes sont choisis comme les plus importants pour l'élimination de l'agent : ce sont ainsi le plus souvent des antigènes présents à la surface du microbe, directement accessibles aux anticorps qui circuleront dans l'organisme pendant des années après la vaccination. On prend soin également, lorsqu'on les a identifiés, d'éliminer du vaccin les antigènes qui pourraient devenir la cible d'une réponse immunitaire délétère, comme par exemple ceux qui ont une similitude avec des composants de l'organisme à protéger, qui pourraient déclencher des réactions d'auto-immunité. Des critères de complexité de production et de contrôle de qualité et de coût interviennent enfin pour orienter vers des vaccins à la composition la plus simple possible. 

L'étude publiée par des chercheurs allemands et guinéens sur l'efficacité comparée de l'immunité anti-virus Ebola chez des malades guéris et chez des vaccinés illustre ces différences. Le vaccin administré à des volontaires était le rVSV-ZEBOV (autorisé en Europe sous le nom Ervebo), composé d'un virus de la stomatite vésiculeuse atténué exprimant un antigène de surface du virus Ebola Zaïre, la glycoprotéine GP. Les tests de neutralisation du virus et d'activation de la réponse cellulaire effectués dans les deux groupes de personnes ont montré que, bien que présents dans le sang à des taux comparables, les anticorps anti-GP des personnes guéries de l'infection étaient plus efficaces que ceux des personnes vaccinées.

L'étude ne s'intéresse qu'à certaines composantes de l'immunité, elle ne l'évalue pas dans sa globalité. Elle concerne par ailleurs l'infection à virus Ebola, et le constat effectué ne peut être extrapolé à d'autres infections. Chacune présente des caractéristiques propres et il en est de même des vaccins correspondants. On sait en produire qui procurent une immunité plus efficace et plus durable que l'infection naturelle, qui est peu immunisante ; c'est le cas par exemple du tétanos, de la diphtérie, de l'hépatite B et des infections par les papillomavirus.

La mise au point de tout vaccin se présente ainsi comme un challenge unique, une réalité qui s'impose à toutes les étapes de leur conception et de leur validation et évidemment dans le cas de la covid 19.

https://www.mesvaccins.net/web/news/16388-immunite-naturelle-et-immunite-vaccinale-il-y-a-des-differences

Vous comprendrez, à la lecture de cet article, que des différences existent entre ces 2 types d’immunité. Cependant, elles dépendent des pathologies et des caractéristiques des vaccins utilisés.

Concernant la réponse immunitaire après l’infection, nous vous proposons la lecture d’un autre document de ce même site :

- Un article du site Mesvaccins.net intitulé « Covid 19 : de plus en plus d'arguments en faveur d'une immunité de longue durée, mais très variable selon les individus
 https://www.mesvaccins.net/web/news/16916-covid-19-de-plus-en-plus-d-arguments-en-faveur-d-une-immunite-de-longue-duree-mais-tres-variable-selon-les-individus

Concernant la vaccination des personnes ayant contracté la Covid-19, nous vous proposons la lecture de la FAQ que nous avons élaborée sur ces vaccins :
https://www.cite-sciences.fr/fr/au-programme/lieux-ressources/cite-de-la-sante/une-question-en-sante/questions-frequentes/vaccins/

Nous attirons plus particulièrement votre attention sur le paragraphe suivant : Quelle stratégie vaccinale ? Qui est prioritaire ?

[…]
Concernant les personnes ayant contracté la Covid-19, la HAS précise (11/02/21) :
[…]
‒ Les personnes immunocompétentes ayant fait une infection datée par le SARS-CoV-2 (symptomatique ou non) prouvée par une PCR ou test antigénique doivent être considérées comme protégées pendant au moins 3 mois mais plus probablement 6 mois, contre l’infection par le SARS-CoV-2 par l’immunité post-infectieuse. Il est donc recommandé de réaliser leur vaccination au-delà de ce délai de 3 mois après l’infection, de préférence avec un délai proche de 6 mois. Il apparait raisonnable que soient vaccinées en priorité les personnes à risque de forme grave, telles que définies dans la stratégie de vaccination élaborée par l’HAS (3).
‒ En cas de symptômes prolongés après Covid-19, une consultation médicale adaptée est nécessaire avant la vaccination pour juger au cas par cas de l’intérêt de celle-ci.
‒ La réalisation d’une sérologie prévaccinale n’est pas pertinente et donc non recommandée cependant, en cas de sérologie positive réalisée antérieurement, sans que l’infection ne soit datée, la période de 3 mois à 6 mois débute à la date de la sérologie.
‒ A ce stade des connaissances, la réponse immunitaire à la vaccination des personnes ayant déjà été infectées est de type anamnestique, ce qui conduit à ne proposer qu’une seule dose aux personnes immunocompétentes ayant fait une infection par le SARS-CoV-2, quelle qu’en soit son antériorité, car elles ont déjà élaboré à l’occasion de l’infection une mémoire immunitaire. La dose unique de vaccin jouera ainsi un rôle de rappel. Si la seconde dose de vaccin a déjà été administrée aux personnes ayant un antécédent d’infection par le SARS-Cov-2, les données disponibles à date ne montrent pas de différence du profil de sécurité en dehors de la survenue d’effets de réactogénicité systémique potentiellement plus fréquente.
‒ Les personnes présentant une immunodépression avérée (en particulier recevant un trai-tement immunosuppresseur) doivent, après un délai de 3 mois après le début de l’infection par le SARS-CoV-2, être vaccinées par le schéma à 2 doses. Dans les situations d’infection prolongée, un avis spécialisé est nécessaire pour la vaccination.
‒ Les personnes présentant une infection par le SARS-CoV-2 avec PCR positive après la 1ère dose de vaccin et n’ayant pas encore reçu la 2nde ne doivent pas recevoir cette 2nde dose dans les délais habituels, mais dans un délai de 6 mois et pas avant 3 mois après l’infection.
La HAS souligne que ces recommandations reflètent l’analyse de la littérature au 10 février 2021. Elles pourront donc être mises à jour en fonction de l’évolution des connaissances sur l’infection par le SARS-CoV-2, en particulier au vu des données des études explorant la réponse à la vaccination des personnes ayant déjà été infectées par le SARS-CoV-2 et des connaissances sur les variants. […]

https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2021-02/strategie_de_vaccination_contre_le_sars-cov-2___vaccination_des_personnes_ayant_un_antecedent_de_covid-19_-_synthese.pdf

Ces préconisations émanent des institutions françaises, nous vous invitons à regarder sur l’équivalent belge du site du ministère de la santé français, les recommandations prescrites.

Comme vous évoquez le taux d’anticorps de votre frère, nous vous proposons, en complément, la lecture de la réponse que nous avions apportée en février 2021 à une question portant sur les résultats de sérologie après avoir développé la Covid-19 et dans laquelle vous pourrez voir que la réponse immunitaire ne repose pas exclusivement sur la production d’anticorps.
https://www.cite-sciences.fr/fr/au-programme/lieux-ressources/cite-de-la-sante/une-question-en-sante/toutes-les-questions-sante/?tx_equestionreponse_pi1%5Bquestion%5D=23078&tx_equestionreponse_pi1%5Baction%5D=show&tx_equestionreponse_pi1%5Bcontroller%5D=Question&cHash=13317193421bcd1b55845132d92e5914

Nos recherches documentaires ne nous ont pas permis d’identifier d’articles susceptibles de répondre plus précisément à votre question. Les études sont toujours en cours pour analyser la réponse immunitaire face à la Covid-19, qu’elle soit post-vaccinale ou qu’elle fasse suite à une infection.

En tant que documentalistes, nous ne pouvons aller plus loin dans notre réponse et conseillons à votre frère de dialoguer avec son médecin. Connaissant son dossier médical, il est la personne la plus à même de lui apporter une réponse pertinente quant aux bénéfices d’une vaccination.

Nous restons bien entendu à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.
Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)

Réponse du 26/03/21



Retour à la liste des questions