Questions-santé 2021 - juin

Besoin d'un conseil sur la fertilité de la femme

Question

Bonjour! J'ai fait une IVG à 1 mois et demi de grossesse il y a 2 ans par aspiration dans une clinique, suivie, un an après j'ai refait une autre IVG à 2 semaines de grossesse, c'était une injection. Ensuite j'ai été positive à la syphilis et à la chlamydia. J'ai suivi le traitement et mes tests finaux sont négatifs. Depuis 3 mois, je ne parviens pas à retomber enceinte. Ai-je un problème?


Réponse

Bonjour,

Vous avez fait plusieurs IVG puis vous avez eu une double infection syphilis et chlamydia qui a été traitée. Vos résultats pour les IST sont désormais négatifs. Vous souhaitez maintenant mener à bien une grossesse mais vous ne parvenez pas à retomber enceinte.

Si vous avez lu une de nos réponses, vous avez vu qu’en tant que documentalistes, nous ne pouvons donner d’avis médical. Nous pouvons, en revanche, vous donner des informations générales qui donc, ne s’appliquent peut-être pas à votre cas.

Concernant les conséquences d’IVG, voici ce que l’on peut lire sur le site institutionnel français dédié à cette problématique : 

Est-ce que l’IVG peut rendre stérile ou causer des difficultés pour tomber enceinte par la suite ?
Une IVG ne rend pas stérile, une grossesse peut être envisagée dès le mois qui suit.

Vous pouvez visionner la courte vidéo qui accompagne cette réponse rapide et qui évoque aussi les IST.
https://ivg.gouv.fr/decryptage-des-idees-recues-sur-l-ivg.html

Info-ist.fr, le site institutionnel français sur les infections sexuellement transmissibles donne les informations suivantes concernant les complications des IST :

- Syphilis :

Complications graves si non traitée : atteinte du cerveau, des nerfs, du cœur, des artères et des yeux, atteinte du nouveau-né si la mère est infectée

http://info-ist.fr/tout-savoir-sur-les-ist/syphilis.html

- Chlamydia

Les complications sont importantes
Il y a des risques de salpingite, de stérilité, de grossesse extra-utérine et d’atteinte du nouveau-né si la mère est infectée. Dans les pays industrialisés, l'infection à chlamydiæ trachomatis est la principale cause d’infertilités (dues à l'inflammation des trompes utérines). Les risques de complications concernent surtout les femmes, mais les hommes sont quand même également touchés et peuvent transmettre les chlamydiæ à leur partenaire...

http://info-ist.fr/tout-savoir-sur-les-ist/chlamydiose.html

On peut cependant lire dans Le livre des infections sexuellement transmissibles coordonné par Santé publique France et le Ministère de la santé français, des propos un peu plus modérés :

- sur l’infection à chlamydia (page 9) :

Complications graves si non traitée : risques de stérilité, de grossesse extra-utérine, possible atteinte du nouveau-né lors de l’accouchement si la mère est infectée

- sur la syphillis (page 17) :

Complications graves si non traitée: atteinte du cerveau, des nerfs, du cœur, des artères et des yeux, atteinte du nouveau-né si la mère est infectée.

https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/infections-sexuellement-transmissibles/vih-sida/documents/brochure/le-livre-des-infections-sexuellement-transmissibles-ist

Si avez pris un traitement et que vos tests sont désormais négatifs, nous n’êtes probablement pas concernée par ces complications, mais seul un médecin pourra vous le confirmer.

Enfin, nous nous permettons de vous rappeler les propos du Dr Winckler (spécialiste de la santé sexuelle des femmes) :

Combien de temps faut-il attendre pour être enceinte quand on l’a décidé ?
On ne « décide » pas d’être enceinte. On le désire, et ça arrive quand ça arrive. Ce n’est pas quelque chose qui obéit à la volonté. C’est un phénomène biologique complexe, qui dépend de nombreux facteurs.
Le délai dépend de beaucoup de choses.
 de la viabilité des cellules de la reproduction (il est possible qu’elle varie dans le temps)
 de la régularité des rapports sexuels (plutôt de leur nombre)
 du mode de vie (si l’un est chauffeur routier et l’autre infirmière de nuit, ça risque d’être difficile)
Par conséquent, il n’y a pas de "norme". Pour certains couples, les grossesses démarrent tout de suite. Pour d’autres, il faut attendre un peu. Pour d’autres encore, il faut attendre plusieurs mois, mais elles démarrent et se déroulent tout aussi bien.

Qu’est-ce qui empêche une grossesse de démarrer ?
NOTION N°1 : Tout peut influer sur la fécondité d’un couple, et je dis bien TOUT : l’entente du couple, les conditions et le rythme de travail, les conflits familiaux, les belles-mères qui demandent quand vous allez être enceinte, les belles-soeurs qui n’arrêtent pas d’être enceintes dès qu’elles regardent leur mari, etc ! ! !
NOTION N°2 : Chez un couple en bonne santé, en l’absence de grossesse, on peut évoquer un éventuel problème de fertilité que si ce couple a des rapports sexuels réguliers sans contraception depuis deux années consécutives (DEUX ANNEES).
NOTION N°3 : Ce n’est pas parce qu’on désire un enfant qu’il vient tout de suite ! ! !
NOTION N°4 : S’il y a problème de fertilité, il peut aussi bien venir de l’homme que de la femme ou des deux Donc, deux fois sur trois, la contraception ne devrait même pas être soupçonnée d’être responsable d’un retard à la conception ! ! ! Mais tout le monde a tendance à l’oublier, à commencer par les femmes, qui pensent qu’avoir un enfant, ça ne dépend que d’elles.
Et c’est faux : ça dépend de la femme ET de l’homme ET des deux à la fois : (33% des infertilités sont d’origine féminine, 21% d’origine masculine, 27% viennent des deux, 7% sont inexpliquées). Il y a des femmes « peu fertiles » avec certains hommes mais beaucoup avec d’autres, et inversement. Il y a des couples qui n’arrivent pas à avoir d’enfant ensemble et dont chaque membre a des enfants avec quelqu’un d’autre. (Eh oui...)
NOTION N°5 : Tous les traitements médicamenteux du système nerveux central sont susceptibles d’interférer avec l’ovulation : celle-ci peut être bloquée par les anti-dépresseurs, certains antimigraineux, les anxiolytiques, etc. Pourquoi ? Parce que l’ovulation est contrôlée par le cerveau. Si on prend un médicament qui a des effets sur le cerveau, ça peut perturber l’ovulation !
Alors, avant d’incriminer la pilule ou l’implant que vous aviez il y a six mois, posez-vous la question de savoir si le tranquillisant ou l’antidépresseur qu’on vous a donné le mois dernier n’interfère pas avec votre ovulation.
Corollaire : la meilleure chose à faire quand on attend d’avoir un enfant, c’est de ne prendre AUCUN médicament. Surtout pas des médicaments pour « tomber enceinte » ou « favoriser le cycle » ou « régulariser les règles » ! ! !
NOTION N°6 : Le tabac est un fort facteur d’infertilité féminine. La nicotine semble en effet diminuer la mobilité des cils de la trompe et donc compromettre le transport des spermatozoïdes et celui des ovocytes fécondés. C’est aussi, semble-t-il le facteur n°1 de grossesses extra-utérines (avant les infections). Des recherches récentes semblent indiquer que le tabac est AUSSI un facteur d’infertilité masculine... Alors, si vous voulez être enceinte facilement (et aussi, éviter une GEU) arrêtez de fumer. A deux, c’est encore mieux.
[…]

http://martinwinckler.com/spip.php?article642

Nous espérons que ces informations vous seront utiles et restons à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)



Retour à la liste des questions