Questions-santé 2021 - novembre

Dangerosité de l'étain

Question

Bonjour, je suis enceinte et bois régulièrement des tisanes infusées dans ma théière en étain ... Est-il possible qu'elle contienne du plomb et présente des risques de saturnisme pour mon bébé ?


Réponse

Bonjour,

Vous êtes enceinte et vous souhaitez savoir s’il n’est pas dangereux d’utiliser une théière en étain étant donné votre état.

A titre d’information générale, nous vous proposons une étude publiée par Santé publique France en décembre 2017, Imprégnation des femmes enceintes par les polluants de l’environnement en France en 2011 : Volet périnatal du programme national de biosurveillance, mis en œuvre au sein de la cohorte Elfe. Tome 2 : métaux et métalloïde

Etain
- L’imprégnation par l’étain a été mesurée par dosage urinaire chez 990 femmes enceintes.
- L’étain a été quantifié dans 91 % des échantillons d’urine analysés.
- La concentration urinaire moyenne (moyenne géométrique) en étain est égale à 0,29 µg/L (0,39 µg/g de créatinine).
- Ce niveau est proche de ceux observés en France et à l’étranger chez les femmes enceintes et chez les femmes adultes. Cette analyse doit néanmoins tenir compte du faible nombre d’études disponibles pour la comparaison avec les résultats du volet périnatal.
- Dans le volet périnatal, l’imprégnation par l’étain semble augmenter avec la consommation d’eau du robinet, ce qui pourrait s’expliquer par la présence d’étain dans certains matériaux entrant en contact avec l’eau destinée à la consommation humaine. En l’absence de mesures de concentration en étain dans l’eau du robinet chez les femmes enceintes incluses dans le volet périnatal, il n’est pas possible de porter un jugement sur la relation de causalité entre la consommation d’eau du robinet et l’imprégnation par l’étain. Aucune autre association n’a été mise en évidence dans cette étude. (p.16)
[…]
3.10 Étain (pp. 122-132)
[…]
3.10.1.2 Exposition de la population
- Les expositions alimentaires
Pour la population générale, l’exposition à l’étain se fait principalement par la voie alimentaire [2]. D’après l’étude EAT2, les aliments participant majoritairement à l’exposition des adultes à l’étain sont les compotes et les fruits cuits (33%), les fruits (20%), les légumes (12%) et les fromages (10%) [8]. Il est à noter que les pesticides à base d’étain organique étaient encore autorisés lors de l’échantillonnage de cette étude. Si la consommation de poisson, de coquillages et crustacés a pu être une source d’exposition à l’étain en raison de l’utilisation du TBT sur les coques de bateau jusqu’en 2003, les teneurs en étain mesurés dans le poisson dans le cadre de l’étude EAT 2 étaient très faibles [8; 9]. L’ingestion d’étain peut également avoir lieu lorsque des matériaux utilisés pour la conservation des denrées alimentaires contiennent de l’étain, c‘est notamment le cas des aliments en boîte de conserve [4]. L’Union Européenne (UE) a d’ailleurs fixé des teneurs maximales pour l’étain inorganique dans les aliments en conserve et les boissons en boîte qui sont respectivement de 200 mg/kg et de 100 mg/kg. À titre de précaution, l’UE a établi des teneurs maximales en étain inorganique plus faibles (50 mg/kg) dans les aliments et boissons en conserve destinés aux nourrissons et aux enfants en bas âge [10]. Enfin, l’utilisation de revêtements en étain pour les raccords en métaux cuivreux dans les canalisations de distributions des eaux destinées à la consommation humaine, est susceptible d’entraîner une exposition de la population générale via la consommation d’eau du robinet [11]. L’utilisation de soudures en étain dans les canalisations intérieures est également susceptible de contribuer à l’exposition à l’étain. Néanmoins, selon l’Anses, les risques de migration de métaux dans l’eau sont faibles pour des revêtements étamés en respectant les règles de l’art [11]. (pp.122.123)
[…]

https://www.santepubliquefrance.fr/content/download/145855/2132420

En tant que documentalistes, nous ne sommes pas en mesure d’aller plus loin dans notre réponse. Nous vous invitons à interroger votre médecin qui sera plus à même de vous apporter une réponse pertinente.

Nous espérons que ces éléments d’information vous permettront d’enrichir le dialogue avec ce professionnel de santé et restons à votre disposition pour toute recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)



Retour à la liste des questions