Questions-santé 2021 - juillet

Recherche sur les maladies neuromusculaires

Question

L'apnée du sommeil peut engendrer une maladie neuromusculaire et des pathologies du muscle ou de sa commande nerveuse ?


Réponse

Bonjour,

Vous vous demandez si l’apnée du sommeil peut provoquer une maladie neuromusculaire.

Ameli, site de l’Assurance maladie, liste Les conséquences à long terme d'un syndrome d'apnées obstructives du sommeil  :

À long terme, le syndrome d'apnées-hypopnées obstructives du sommeil augmente la mortalité et particulièrement celle de cause cardiovasculaire.
Le SAOS favorise la survenue :

Le syndrome d'apnées obstructives du sommeil est très souvent associé à :

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/apnee-sommeil/comprendre-apnee-sommeil

En complément, nous vous proposons de lire les explications de l’Inserm (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) au sujet du mécanisme de l’apnée du sommeil et de son impact sur la santé :

Comprendre l’apnée du sommeil
Le syndrome d’apnées du sommeil se manifeste par la fermeture répétée du conduit aérien au niveau du pharynx, pendant 10 à 30 secondes ou parfois plus, à raison d’au moins cinq événements par heure de sommeil. Certains patients connaissent plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines d’apnées au cours d’une même nuit.
Ce phénomène est dû au relâchement des muscles des parois du pharynx. Celui-ci devient mou et l’air passe difficilement, provoquant au passage des vibrations qui créent un ronflement. Si les parois s’effondrent totalement, le passage de l’air est bloqué et c’est l’apnée. Un système d’alerte se déclenche alors dans le cerveau, provoquant un micro-réveil qui permet lui-même l’activation d’un système neurologique réflexe. Ce dernier va conduire à la contraction des muscles, l’ouverture de la trachée et la restauration du passage de l’air. La respiration reprend… jusqu’à l’obstruction suivante. On parle de micro-réveils car le patient n’en a pas conscience.
[…]
Les complications cardiovasculaires fréquentes
Il est par ailleurs établi que les apnées du sommeil augmentent le risque de troubles cardiovasculaires,
comme un syndrome métabolique (associant une obésité abdominale et des troubles du métabolisme), une hypertension, des troubles du rythme cardiaque notamment la nuit, une athérosclérose (dépôts de plaques d’athérome sur la paroi des artères) ou encore un diabète de type 2. Ces différentes complications augmentent le risque d’accident cardiovasculaire de type arrêt cardiaque, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, et exposent à un risque de décès prématuré.

Les hypoxies (manques d’oxygène) associées aux apnées sont impliquées dans ce phénomène puisque leur fréquence et leur importance sont prédictives de la mortalité cardiovasculaire chez les patients. Les micro-réveils déclenchés par les hypoxies entrainent l’activation du système nerveux sympathique. [Une des parties du système nerveux autonome, responsable des activités inconscientes de l’organisme, comme le rythme cardiaque ou la contraction des muscles lisses]. Ces contrôles s’effectuent via la libération de facteurs, comme le cortisol ou l’adrénaline, qui modifient les paramètres métaboliques et cardiaques.

Il existe également une explication mécanique au lien entre apnées du sommeil et troubles cardiovasculaires : en cas d’obstruction des voies respiratoires, le sujet poursuit ses efforts respiratoires pour faire revenir l’air. Cela modifie la pression intra-thoracique et augmente le travail à fournir par le cœur.

Des mécanismes inflammatoires sont aussi montrés du doigt. Les apnées du sommeil sont en effet associées à une circulation accrue de facteurs d’inflammation et à l’augmentation du stress oxydatif [Déséquilibre entre la production par l’organisme d’agents oxydants nocifs (radicaux libres, notamment) et celle d’agents antioxydants (comme les vitamines E et C). Il entraîne une inflammation et la survenue de mutations de l’ADN], délétère pour les cellules et impliqué dans les maladies cardiovasculaires.

Enfin, les personnes souffrant d’apnées du sommeil présentent souvent une dysfonction des cellules endothéliales qui tapissent la paroi des vaisseaux sanguins. Cette anomalie est associée à une augmentation de la pression artérielle et à un risque d’athérosclérose par la suite. Récemment, une équipe de l’unité Inserm 1063 (Angers) a montré que des vésicules circulantes issues de leucocytes (des cellules du système immunitaire) étaient surreprésentées chez les patients faisant des apnées du sommeil, et qu’elles contribuent à ces dysfonctions endothéliales. 

https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/apnee-sommeil

Enfin le Réseau Morphée (réseau de santé consacré aux troubles du sommeil) dresse la liste des Maladies associés au syndrome de l’apnée du sommeil :

L’hypertension artérielle
Une tension artérielle élevée est présente dans 20 à 50 % des cas de syndrome d’apnées du sommeil. A l’inverse, on retrouve un syndrome d’apnées du sommeil dans 30% des hypertensions artérielles essentielles, et ce pourcentage augmente à 80% quand on considère les hypertensions difficiles à traiter et réfractaires aux traitements. On sait que le mécanisme des apnées du sommeil peut provoquer et entretenir une hypertension. Or l’hypertension est dangereuse pour notre cerveau car elle multiplie de quatre à six fois le risque de faire un accident vasculaire cérébral. Il a été prouvé que le traitement des apnées du sommeil permet de réduire la pression artérielle de jour et de nuit.
Maladie cardiovasculaire
Un syndrome d’apnées du sommeil est présent chez 30 à 40% des patients qui ont une maladie des coronaires, les artères du coeur. On le rerouve également chez 50 % des patients qui ont des troubles du rythme cardiaque avec une arythmie complète. Enfin 30% des patients présentant une insuffisance cardiaque  ont un syndrome d’apnées du sommeil.
Le lien entre syndrome d’apnées du sommeil et maladies cardiovasculaires est donc important. Différentes études suggèrent que le syndrome d’apnées du sommeil constitue un facteur de risque cardiovasculaire par lui-même, mais la coexistence de nombreux  facteurs de risque chez les patients (âge, poids, tabac, alcool, diabète etc… ) rend difficile d’établir avec certitude une relation de cause à effet entre apnées du sommeil et maladie cardiovasculaire.
Le diabète, l’hypothyroïdie sont souvent associés au SAS. La résistance à l’insuline présente chez les patients obèses, diabétiques ou non, est fréquemment aggravée par le syndrome d’apnées du sommeil.
L’obésité
Une obésité qui prédomine au niveau abdominal est fréquente, néanmoins 30 à 40% des apnéiques ont un poids normal. Le cou est souvent court et large : un tour de cou  de plus de 43 cm est un élément prédictif de syndrome d’apnées du sommeil chez l’homme.
Les accidents vasculaires cérébraux
60 % des personnes ayant eu un accident vasculaire cérébral (AVC) ou  un accident ischémiques transitoire (AIT) souffrent également d’apnées du sommeil avec un risque cinq fois supérieur à la population normale.
En traitant le syndrome d’apnées du sommeil on peut réduire la probabilité d’un AVC et prévenir les attaques récurrentes.
La dépression
Selon les études, la dépression et le syndrome d’apnées du sommeil sont souvent associés cliniquement, avec une prévalence qui varie de 7% à 45%. Dans le ressenti et le vécu, le syndrome d’apnées du sommeil et la dépression sont très proches :  fatigue et perte d’énergie, difficultés à faire les choses et à penser efficacement, insomnie ou somnolence diurne. Chez les patients déprimés et insomniaques, le fait d’avoir un surpoids ou une obésité, d’être un homme, et d’être plus âgé, est fortement prédictif d’un syndrome d’apnées du sommeil associé.  Enfin une somnolence importante n’est pas directement liée à la gravité d’un syndrome d’apnées mais doit faire suspecter une dimension dépressive associée. En effet, plus les apnéïques sont déprimés, plus ils sont somnolents. 

https://reseau-morphee.fr/le-sommeil-et-ses-troubles-informations/insomnies-apnees/apnees-sommeil/epidemiologie-risque

Nous espérons que ces informations vous seront utiles et nous nous tenons à votre disposition pour toute nouvelle recherche documentaire dans le domaine de la santé.

L’Equipe des documentalistes de Questions-santé,
Le service de réponses en ligne de la Cité de la santé.

Service Questions-santé

NB : Nous vous remercions d'avoir autorisé la publication de votre question. Vous pourrez la retrouver dans les pages de la Cité de la santé  (les questions-réponses sont classées par dates)



Retour à la liste des questions