Vous souffrez d’une hernie discale et vous souhaitez connaître les différents traitements.

A titre d'information générale, voici quelques éléments qui vous permettront de mieux comprendre cette pathologie et ses traitements.
Questions-santé en tant que service documentaire ne propose ni consultation ni diagnostic. Pour toute interrogation sur votre santé nous vous conseillons donc de contacter votre médecin traitant ou le spécialiste qui vous suit.

Qu’est-ce qu’une hernie discale lombaire ?

Quelles sont les conséquences de la hernie discale lombaire ?

Quels sont les différents traitements ?

Je me demande à quel moment l’opération devient nécessaire ?

Je souffre d’une hernie discale cervicale

Qu’est-ce qu’une hernie discale lombaire ?

Nous vous proposons des explications de l'équipe médicale et paramédicale du pôle ostéo-articulaire de l'hôpital Cochin (Assistance Publique-Hôpitaux de Paris) :

Le disque intervertébral est formé d'une coque fibreuse épaisse (appelé annulus) qui enferme un noyau central de consistance gélatineuse, du moins chez le jeune (appelé nucleus). Le disque qui joue le rôle d'amortisseur et de charnière se déforme sous l'effet des contraintes liées au poids du corps et aux mouvements du tronc mais il est incompressible.


Si la coque fibreuse périphérique (annulus) se fissure, la substance gélatineuse centrale, sous pression, s'insinue dans la fente. Si l'annulus est fendue sur toute son épaisseur, le substance gélatineux s'échappe hors du disque et forme un petit diverticule appelée "hernie".

https://www.rhumatismes.net/index.php?id_q=151

Elle ne se voit qu’au scanner ou à l’IRM. Le disque déborde par rapport à la vertèbre, mais de façon très localisé. […] On considère qu’après 50 ans une personne sur deux à une hernie discale sans douleur […]

http://public.larhumatologie.fr/grandes-maladies/mal-de-dos-lombalgie/quest-ce-quune-lombalgie-lomboradiculalgie

Quelles sont les conséquences de la hernie discale lombaire ?

Nous vous proposons les explications de la Société Française de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique (SOFCOT), dans son dossier : Hernie discale lombaire

Celle-ci [la hernie discale] peut alors venir alors comprimer ou coincer les racines nerveuses qui forment le nerf. Si c’est le premier qui est touché, la lombalgie devient une sciatique : la douleur se localise le long du trajet du nerf, sur la face postérieure de la cuisse ou de la jambe et du pied. Moins fréquemment, la hernie se localise plus haut et comprime la racine du nerf crural provoquant une douleur lombaire puis évolue de façon plus ou moins brutale pour se transformer en une douleur en avant de la cuisse, du genou et même parfois de la jambe. Il s'agit dans ce cas-là non plus d'une sciatique mais d'une cruralgie. Dans les deux cas, ces phénomènes mécaniques s'accompagnent d'une inflammation.

 

Quels sont les différents traitements ?

Traitements médicamenteux

Vous trouverez ci-dessous des explications issues de la fiche La Hernie discale lombaire, de la Société française de chirurgie rachidienne (SFCR) (mise à jour : 04/2015)

Plus de 80% des hernies discales guérissent en moins de deux mois avec le traitement médical. Celui-ci comprend des médicaments contre la douleur, parfois de la morphine. On y associe des anti-inflammatoires et des myorelaxants. L’association de ces trois médicaments est la base du traitement et est le seul qui a fait la preuve formelle de son efficacité. En dehors des cas de paralysie, on commence toujours par le traitement médical. 

 

Traitements associés
D’autres traitements sont souvent associés :
- Le repos est conseillé sans pour autant rester couché systématiquement
- Une ceinture lombaire, voire un corset, peut être utile
- La kinésithérapie lorsque la phase très douloureuse est finie
- Les infiltrations
- D’autres traitements tels l’acupuncture, la mésothérapie…n’ont pas fait la preuve de leur efficacité.

http://www.sfcr.fr/uploads/media/default/0001/02/hernie-discale-lombaire-20150507155059.pdf

Traitements percutanés

L’article « Traitements percutanés intra-discaux dans les lombosciatiques et les lombalgies » rédigé par Mathieu de Sèze, Emmanuelle Cugy et Ali Bassiri de l’unité de médecine orthopédique du CHU de Bordeaux  (Revue du Rhumatisme monographies, Vol. 80, n° 4 p. 247-251, sept. 2013) explique à ce propos :

Les techniques percutanées intra-discales ont été développées dans le but de proposer un traitement des sciatiques plus efficace que les infiltrations épidurales et moins agressif que la chirurgie. Les études ouvertes des techniques percutanées suggèrent leur capacité à apporter un soulagement durable par rapport à celui apporté par les infiltrations. Leur mode d’action semble lié à une réduction des suffusions de nucleus pulposus [noyau pulpeux du disque] au travers de l’annulus fibrosus [anneau fibreux]. Il s’agit des nucléolyses d’action physico-chimique et des nucléotomies d’action physique.

http://www.em-consulte.com/article/841913/traitements-percutanes-intra-discaux-dans-les-lomb

Les traitements chirurgicaux

La Société française de chirurgie rachidienne (SFCR) propose une fiche  d'information La Hernie discale lombaire, détaillant particulièrement les traitements chirurgicaux (mise à jour : 04.2015), dont voici un extrait :

Le but de l’opération est de décoincer le nerf à l’intérieur de la colonne en retirant la hernie discale. L’opération est appelée discectomie lombaire ou ablation de hernie discale lombaire.
Plusieurs méthodes
peuvent être proposées par votre chirurgien selon les caractéristiques de votre hernie. Elles sont réalisées pour la plupart sous anesthésie générale.
La plus classique
consiste, dans les cas simples, à faire une cicatrice d’environ 5 cm, de décoller le muscle de la vertèbre, de retirer la hernie et parfois un petit bout de disque. En aucun cas, on ne peut ni ne doit retirer tout le disque. Un drain est parfois posé. L’hospitalisation dure de 2 à quelques jours selon les cas.
Par des incisions plus petites (1 à 3 cm), en utilisant un microscope, des loupes ou un endoscope, on peut aussi réaliser cette opération en faisant les mêmes gestes. Ce sont les méthodes mini invasives.
Aucune de ces méthodes n’est supérieure à une autre pour la disparition de la douleur dans la cuisse ou la jambe à un mois après l’opération. Par contre les techniques mini invasives diminuent le plus souvent la durée d’hospitalisation (1 ou 2 jours).
Dans des cas bien particuliers votre chirurgien vous expliquera que l’on peut être amené à poser des vis et faire une greffe osseuse associée, et réaliser ainsi une arthrodèse. […]

http://www.sfcr.fr/uploads/media/default/0001/02/hernie-discale-lombaire-20150507155059.pdf

Je me demande à quel moment l’opération devient nécessaire ?

Voici les indications retrouvées sur la fiche La Hernie discale lombaire, de la Société française de chirurgie rachidienne (SFCR) (mise à jour : 04.2015) :

L’objectif de la chirurgie est de supprimer ou d’atténuer largement la douleur sciatique ou crurale qui descend dans votre jambe. Elle a habituellement un effet beaucoup moins net sur le mal de dos surtout si celui-ci était déjà présent auparavant. Elle est la méthode la plus efficace pour espérer récupérer d’une paralysie sévère.
L’indication chirurgicale repose avant tout sur la parfaite compréhension de la cause de votre douleur par le scanner et/ou l’IRM.
Les cas où il est habituel de proposer la chirurgie sont :
En urgence :
- La paralysie des muscles contrôlant la continence urinaire et anale. Elle constitue le syndrome de la queue de cheval. Il y a, associés aux paralysies, des troubles de la sensibilité au niveau du vagin ou des testicules et de l’anus. Si ces signes surviennent, une consultation le jour même est impérative. C’est une urgence absolue qui doit être opérée le plus rapidement possible.
- Les sciatiques paralysantes sévères touchant les muscles importants du pied, du genou ou de la hanche. Une paralysie des orteils isolée n’est pas une urgence chirurgicale.
- La sciatique hyperalgique : C’est une douleur insupportable résistante à tous les médicaments y compris à la morphine. C’est l’impossibilité de supporter la douleur plus longtemps qui conduit à la chirurgie.
Au-delà de 6 à 8 semaines : Après échec du traitement médical, une intervention chirurgicale peut être proposée. Elle n’est jamais obligatoire. C’est l’importance de votre douleur et la discussion avec votre chirurgien du rapport bénéfice/risque qui vous feront prendre votre décision.

http://www.sfcr.fr/uploads/media/default/0001/02/hernie-discale-lombaire-20150507155059.pdf

Je souffre d’une hernie discale cervicale

La Société française de chirurgie rachidienne (SFCR) propose une fiche d'information sur la hernie discale cervicale :
http://www.sfcr.fr/uploads/media/default/0001/02/hernie-discale-cervicale-20150507155032.pdf

 Date de rédaction : Juillet 2015 ; Mise à jour : juillet 2020