Vous venez de recevoir les résultats de votre prise de sang. Une électrophorèse des protéines sanguines a été réalisée et montre la présence d’anticorps (un pic monoclonal ou polyclonal, présence d’ANA [auto-anticorps anti-nucléaires]…), et vous souhaitez avoir des explications. 

Nous vous rappelons qu’un examen biologique, quel qu’il soit, doit être interprété en tenant compte du dossier médical du patient ainsi que d’un examen clinique. 

Questions-santé, en tant que service de documentation, n’est pas en mesure de remplacer un médecin. C’est pourquoi nous vous invitons à consulter le professionnel de santé qui a prescrit l’examen.

Cependant, en attendant un rendez-vous avec un médecin, nous vous proposons des éléments d'information afin de vous aider à mieux comprendre votre situation.

Qu’est-ce qu’une électrophorèse des protéines sanguines (EPS) ?

Que sont les γ-globulines (ou gammaglobuline) ?

Qu’est-ce qu’une immunoglobuline / un anticorps ?

Que signifie la présence d’une immunoglobuline monoclonale ?

Que signifie la présence d’un pic polyclonal ?

Quelles sont les valeurs de référence ?

Que sont les auto-anticorps anti-nucléaires (AAN) ?

Que signifie la présence d’anticorps anti-nucléaires ?

Un résultat positif est-il forcement le signe d’une pathologie ?

Pour aller plus loin

Qu’est-ce qu’une électrophorèse des protéines sanguines (EPS) ?

Figure 1 Electrophorèse des protéines sanguines (p.5)
https://www.af3m.org/uploads/PDF/Guides/Livret-myelome.pdf

Une électrophorèse des protéines sanguines (EPS) est une technique permettant de séparer diverses substances en fonction de leur différence de charge électrique. L’application de cette technique aux protéines plasmatiques* permet leur séparation en fractions plus ou moins nombreuses ; par exemple en  5 fractions: albumine, α1, α2, β, et γ-globulines.

*du plasma : « Composant liquide du sang, non cellulaire […] et qui contient toutes les protéines solubles du sang […] » in Dictionnaire de l’Académie de médecine.
Sources :
-   Fiche électrophorèse des protéines. Institut de biologie clinique de l’Université Libre de Bruxelles : http://www.ulb-ibc.be/electrophorese-des-proteines/
·   « Immunoglobuline monoclonale » in Larousse médical http://www.larousse.fr/encyclopedie/medical/immunoglobuline_monoclonale/13819

 

Que sont les γ-globulines (ou gammaglobulines) ?

Ce sont des protéines du plasma*, dont les principales sont les immunoglobulines (Ig).

*Composant liquide du sang, non cellulaire […] et qui contient toutes les protéines solubles du sang […] 

 in Dictionnaire de l’Académie de médecine.

 Sources :
-
«Gammaglobuline» in Dictionnaire de l’Académie de médecine.
http://dictionnaire.academie-medecine.fr/index.php?q=gammaglobuline  - --    
-
« Gammaglobuline» in Larousse médical. https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/gammaglobuline/36011

Qu'est-ce qu'une immunoglobuline/un anticorps ?

Anticorps. Wikipedia, l’encyclopédie libre.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Anticorps

Les anticorps ou immunoglobulines (Ig) sont des « armes » envoyées par les lymphocytes B [cellules du système immunitaire] pour défendre le corps.
Les anticorps sont donc produits par notre corps en réaction à un pathogène (virus, bactérie, champignon, etc.), appelé aussi antigène, détecté comme dangereux par notre système immunitaire.
Lors d’une réaction immunitaire contre un antigène plusieurs types de lymphocytes B sont activés. Ils produiront ainsi différents types d’anticorps (appelés anticorps polyclonaux)  pour nous défendre.

Une immunoglobuline ou anticorps est constituée de 4 chaînes, deux chaînes dites légères et deux dites lourdes. Pour chaque immunoglobuline, les 2 chaînes lourdes sont identiques l'une à l'autre, de même que les 2 chaînes légères.
La structure des chaînes lourdes définit cinq types d'immunoglobulines : IgG, IgA, IgM, IgD, et IgE.
- Les IgA jouent un rôle important dans la lutte contre les bactéries et virus dans les muqueuses (voies respiratoires ou digestives par exemple). Leur durée de vie est courte mais, comme elles sont rapidement remplacées, ce sont les IgA qui sont le plus synthétisées par l’organisme.
- Les IgD interviennent dans la maturation des lymphocytes.
- Les IgE ont un rôle clé dans la défense contre les parasites et le mécanisme de l’allergie. Elles sont secrétées contre les allergènes et entrainent dans l’organisme la libération d’histamine, substance responsable de l’apparition des symptômes de l’allergie (l’asthme par exemple).
-
Les IgG sont produites lors d'un contact avec un antigène qui se prolonge ou lors d'un second contact de l'organisme avec un antigène.
- Les IgM sont des immunoglobulines secrétées lors du premier contact de l’organisme avec un antigène. […]
Les chaines légères des immunoglobulines peuvent être quant à elles de 2 types, appelés « kappa » ou « lambda ».

Exemple : Ainsi une IgG lambda est une immunoglobuline ayant une chaîne lourde de type G et une chaîne légère de type lambda.

Figure 1 Immunoglobuline.
http://www.jle.com/fr/revues/age/e-docs/conduite_a_tenir_devant_la_decouverte_dun_pic_monoclonal_a_lelectrophorese_des_proteines_284575/article.phtml?tab=images

 

Sources :
- Ton étonnant système immunitaire. Comment il protège ton corps (2010). Société Japonaise d’Immunologie (JSI), traduction : Fédération Européenne des Sociétés d’Immunologie (EFIS).
https://www.yumpu.com/fr/document/read/17250434/ton-etonnant-systeme-immunitaire-association-des-enseignants-d-
- «Immunoglobuline» in Larousse médical. http://www.larousse.fr/encyclopedie/medical/immunoglobuline/13818
- Immunologie
. Lucienne Chatenoud, Jean-François Bach. 6ème édition. Lavoisier, 2012.

Que signifie la présence d'une immunoglobuline monoclonale ?

Les immunoglobulines monoclonales sont mises en évidence par électrophorèse (voir Qu’est-ce qu’une électrophorèse des protéines sanguines (EPS) ?).
Un pic d’immunoglobulines monoclonales, correspond à la présence d’anticorps issus d'une seule lignée de cellules ou clone (monoclonale), et non plusieurs lignées de cellules (polyclonale). L’homogénéité de ces immunoglobulines (toutes les molécules sécrétées sont identiques), mise en évidence par ce pic, ne signifie pas obligatoirement malignité.

Electrophorèse des protéines sanguines montrant un pic monoclonal (p.5)
https://www.af3m.org/uploads/PDF/Guides/Livret-myelome.pdf

Les immunoglobulines monoclonales sont retrouvées au cours du myélome multiple [« Prolifération maligne des plasmocytes [type de lymphocyte B] dans la moelle osseuse » in Larousse médical], de la maladie de Waldenström, des hémopathies lymphoïdes, des maladies des chaînes lourdes, et elles contribuent à établir le diagnostic de ces pathologies.
Elles peuvent accompagner un état infectieux (hépatite virale), ou une maladie auto-immune (lupus érythémateux disséminé) : on parle alors d'immunoglobulines monoclonales bénignes.
Elles sont également présentes de façon isolée, en particulier chez le sujet âgé témoignant d'une gammapathie monoclonale d'origine indéterminée (la cause n’est pas identifiée). Cette maladie sans symptôme requiert seulement une surveillance régulière car, si elle peut rester stable ou même disparaître, elle peut aussi précéder de plusieurs années l'apparition d'un myélome multiple.
Sources :
·  «Immunoglobuline monoclonale» in Larousse médical http://www.larousse.fr/encyclopedie/medical/immunoglobuline_monoclonale/13819
· Immunologie. Lucienne Chatenoud, Jean-François Bach. 6ème édition.Lavoisier, 2012.

Que signifie la présence d'un pic polyclonal ?

Les causes d’augmentation polyclonale des immunoglobulines sont nombreuses: infections, affections hépatiques, maladies à composante auto-immunitaire,… . Toutefois l’analyse des différentes classes d’immuno-globulines permet d’obtenir de précieuses informations.
– L’augmentation des IgM indique généralement une immunisation débutante.
– L’élévation des IgA peut être mise en rapport avec une infection des muqueuses au sens large ou avec une polyarthrite rhumatoïde.
– L’augmentation des IgG et IgA, dans l’évolution d’une hépatite est un signe d’un éventuel passage à la chronicité. […] 

Source :
Fiche IgA. Institut de biologie clinique de l’Université Libre de Bruxelles. http://www.ulb-ibc.be/iga/

Quelles sont les valeurs de référence ?

Nous vous indiquons, à titre informatif, les valeurs de référence proposées par l’Institut de Biologie Clinique, de l’Université Libre de Bruxelles.
http://www.ulb-ibc.be/analyses-i/

Les valeurs de référence sont des normes de résultats, variant selon les techniques de dosage utilisées, le sexe et l’âge. Généralement, elles figurent dans la partie droite du document.
Si vos résultats n’entrent pas dans ces normes, faites-en part à votre médecin, qui vous fournira des explications. Sachez qu’un chiffre supérieur ou inférieur aux limites fixées n’est pas systématiquement révélateur d’une maladie. 
Les valeurs de référence citées ci-dessous ne représentent donc que des valeurs indicatives. Elles peuvent être différentes suivant les laboratoires.
Attention, les unités ne sont pas forcément similaires à celles de vos résultats.

Immunoglobulines
IgA
[…] supérieur à 12 ans : 0.40 – 3.50 g/L
http://www.ulb-ibc.be/iga/

IgE totales
– Si inférieur à  20 KUI/L : origine atopique (i.e. asthme bronchique, rhinite allergique, urticaire atopique, syndrome digestif : allergie alimentaire) peu probable.
– Si supérieur à 120 KUI/L : origine atopique probable (si infection parasitaire exclue).
http://www.ulb-ibc.be/ige-specifiques-2/

IgE spécifiques inférieur à 0.35 KUI/L
http://www.ulb-ibc.be/ige-specifiques/

IgG supérieur à 6 ans : 6.5 – 16.0 g/L
http://www.ulb-ibc.be/igg/

IgM supérieur à 12 ans : 0.50 – 3.00 g/L
http://www.ulb-ibc.be/igm/

Que sont les auto-anticorps anti-nucléaires (AAN)  ?

[…] Ces auto-anticorps sont produits par le système immunitaire de l'organisme – c’est-à-dire le système de défense de l'organisme contre l'invasion par des corps étrangers tels que les virus et les bactéries ou contre le soi modifié. L’auto-immunité est la rupture des mécanismes de tolérance conduisant à l’action pathogène du système immunitaire vis-à-vis de constituants naturels de l’organisme et à l’apparition d’une maladie dite auto-immune.

http://www.labtestsonline.fr/tests/anticorps-anti-nucl-aires.html?tab=2

Que signifie la présence d’anticorps anti-nucléaires ?

Il est important de comprendre que des résultats positifs peuvent être trouvés chez des personnes en bonne santé sans maladie auto-immune, en particulier les personnes âgées et les femmes enceintes. Par conséquent, les résultats positifs des AAN chez les personnes âgées et les femmes enceintes doivent être interprétés avec prudence en utilisant toutes les informations cliniques concernant le patient. Des résultats AAN positifs peuvent également être observés dans certaines infections virales ou conditions inflammatoires qui ne sont pas des maladies auto-immunes, il est donc important que les résultats des tests soient interprétés avec prudence. Toutefois, des tests plus spécifiques peuvent être effectués pour aider à interpréter les résultats positifs des AAN (voir ci-dessous).

Un résultat positif accompagné de symptômes cliniques spécifiques suggère la présence d'une maladie auto-immune et le médecin procédera alors à d'autres tests plus spécifiques (par exemple, les tests d'anticorps à l'ENA et à l'ADN) et examinera l'histoire clinique du patient pour aider à établir un diagnostic final. Les résultats positifs des tests AAN peuvent apparaître des mois ou des années avant l'apparition des signes de la maladie, ce qui constitue une raison supplémentaire pour interpréter précisément tous les résultats positifs des tests AAN.

Environ 95% des patients atteints de LED [ [lupus érythémateux systémique] ont un résultat positif au test AAN. Si un patient présente des symptômes de LED, tels que l'arthrite, une éruption cutanée et une thrombocytopénie auto-immune (un faible nombre de cellules sanguines spécialisées appelées plaquettes), il peut alors être atteint de LED. Dans de tels cas, un résultat positif à l'AAN peut être utile pour étayer le diagnostic de LED. Si nécessaire, des tests supplémentaires hautement spécifiques, des anticorps anti-ADNnatif et des anticorps anti-SM, peuvent aider à montrer avec plus de certitude que l'affection est un LED.

Un test AAN positif peut également signifier que le patient est atteint d'un syndrome de type LED induit par un médicament. Cette affection est associée au développement d'anticorps dirigés contre des parties de l' ADN appelées histones. Un test de recherche des d'anticorps anti-histones peut être utilisé pour appuyer le diagnostic du syndrome de type LED induit par le médicament.

Un résultat négatif pour l'ANA rend le LED peu probable. Cependant, comme les maladies auto-immunes évoluent avec le temps, il peut être utile de répéter le test ANA à l'avenir. Sauf dans de rares cas, il n'est pas nécessaire de procéder à d'autres tests d'anticorps (sous-ensemble) si un patient a un résultat négatif au test AAN.

Autres conditions dans lesquelles une recheche de AAN peut être positive incluent :
Le syndrome de Sjögren
[...]
Sclérodermie

Un résultat positif au test AAN peut également se manifester chez les patients atteints de la maladie de Raynaud, de polymyosite, d'arthrite chronique juvénile ou du syndrome des anticorps antiphospholipides, mais le médecin doit se fonder sur les symptômes cliniques et les antécédents pour poser son diagnostic.

http://www.labtestsonline.fr/tests/anticorps-anti-nucl-aires.html?tab=3

Un résultat positif est-il forcement le signe d’une pathologie ?

Un résultat AAN positif signifie que vous avez une concentration supérieure aux valeurs usuelles, cette augmentation peut être liée à une maladie auto-immune ou à une autre maladie, ce sont les critères cliniques qui aident à qualifier la maladie. Cependant, vous pouvez être en parfaite santé et avoir une concentration supérieure aux valeurs usuelles, en particulier quand on avance en âge ou lors d’une infection. Même chez les personnes atteintes de lupus, ces résultats peuvent varier considérablement en fonction des individus - pour une concentration donnée d’AAN, une personne peut ne présenter aucun symptôme, tandis qu'une autre peut avoir des signes cliniques très sévères. Votre médecin peut avoir besoin de suivre au cours du temps vos résultats d’AAN et l’évolution de la gravité de vos symptômes afin de faire un diagnostic correct. Ce délai supplémentaire peut également permettre à votre médecin d'éliminer d'autres étiologies possibles de vos symptômes. Dans chaque cas, le contrôle d’un résultat positif en AAN est obligatoire, le diagnostic de maladie auto-immune, rarement immédiat, se fait après un suivi qui peut durer plusieurs années. 

http://www.labtestsonline.fr/tests/anticorps-anti-nucl-aires.html?tab=5

Pour aller plus loin

Si vous souhaitez en savoir plus sur le système immunitaire, nous vous conseillons de lire cet ouvrage de vulgarisation Ton étonnant système immunitaire. Comment il protège ton corps (2010) réalisé par la Société Japonaise d’Immunologie (JSI) et traduit par la Fédération Européenne des Sociétés d’Immunologie (EFIS).
https://www.yumpu.com/fr/document/read/17250434/ton-etonnant-systeme-immunitaire-association-des-enseignants-d-

Rédaction : août 2018 ; Mise à jour : octobre 2020