Vous souhaitez avoir des informations sur les masques dans le cadre de l’épidémie de Covid-19 : le type de masque à porter, durée de vie, nettoyage, fabrication d’un masque artisanal ... Afin de répondre à votre question, nous vous proposons la lecture des rubriques suivantes.

Attention
Compte tenu de l’évolution rapide des connaissances face à l'épidémie, les informations qui vous sont données sont susceptibles d’évoluer.

Bien utiliser son masque : le tuto (2,11 mn)Santé publique France
À compter du 20 juillet 2020, toute personne de 11 ans et plus doit porter un masque grand public dans les lieux publics clos, en complément de l’application des gestes barrières.

Pourquoi  porter un masque ?

Comment un masque protège-t-il contre le virus SARS-CoV-2 ? / Laure Belot, Eric Dedier et Audrey Lagadec. ( Publié le 13 avril 2020  - Mis à jour le 14 avril 2020)

La particule virale est si petite qu’aucun tissu permettant de respirer ne peut la tamiser. Ce sont en fait des forces intermoléculaires qui parviennent à la piéger dans l’enchevêtrement de microfibres non tissées.

Les particules du virus SARS-CoV-2 restent « plusieurs dizaines de minutes en suspension dans l’air lorsqu’elles sont expulsées par un individu infecté toussant, parlant ou même respirant », explique le physicien Jean-Michel Courty. Elles sont si petites – 0,12 micromètre, 0,12 millième de millimètre – qu’il est difficile de les filtrer par effet de tamis. [...] 

« Il faudrait un masque de tissus tellement dense qu’il ne permettrait pas de respirer à travers », poursuit le professeur à Sorbonne Universités. La solution, choisie notamment pour les masques de norme FFP2, est une couche filtrante, constituée de microfibres non tissées. « Par effet des forces intermoléculaires, dites de van der Waals, lorsqu’une très petite particule telle que le SARS-CoV-2 rencontre une fibre, elle s’y colle définitivement. La multitude de fibres non tissées multiplie les chances de collision », donc l’efficacité du filtre.

https://www.lemonde.fr/sciences/article/2020/04/13/comment-un-masque-protege-t-il-contre-le-virus-sars-cov-2_6036463_1650684.html

Quand porter un masque ? Quel type de masque porter ?

Tout d’abord, nous vous invitons à consulter les préconisations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sur le port du masque (20/10/20) :

Si la COVID-19 se propage dans votre communauté, protégez-vous en prenant quelques précautions simples, comme maintenir une distance physique avec autrui, porter un masque, bien ventiler les pièces, éviter les rassemblements, vous laver les mains, et tousser dans votre coude replié ou un mouchoir. Suivez les recommandations locales là où vous vivez et travaillez. Faites tout cela !
Considérez le port du masque comme normal lorsque vous êtes avec d'autres personnes.
Voici, en quelques points essentiels, comment porter un masque :

  • Lavez-vous les mains avant de mettre votre masque, ainsi qu'avant de l’enlever et après l'avoir fait.

  • Assurez-vous qu'il couvre à la fois votre nez, votre bouche et votre menton.

Voici quelques précisions sur le type de masque à porter et quand, en fonction de l'importance de la circulation du virus là où vous vivez, où vous allez, et de qui vous êtes.

  • Portez un masque en tissu sauf si vous faites partie d'un groupe à risque. Cela est particulièrement important lorsque vous ne pouvez pas garder vos distances avec les autres, en particulier dans les lieux clos et mal ventilés où se trouvent de nombreuses personnes.

  • Portez un masque médical/chirurgical si:

    • vous avez plus de 60 ans,

    • vous êtes atteint d'une autre pathologie,

    • vous ne vous sentez pas bien, et/ou

    • vous vous occupez d'un membre de votre famille malade.

 […]

https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public/when-and-how-to-use-masks

Par ailleurs, concernant les masques, voici quelles étaient les dernières recommandations de l’Académie de médecine en France  :

- celle du 7 septembre 2020 : Du bon usage des masques

C’est pourquoi l’Académie nationale de médecine rappelle que :

  1. les  masques  en  papier,  jetables,  dits  "chirurgicaux",  doivent  être  utilisés  préférentiellement lors  des  activités  de  soins  et  de  façon  systématique  pour  les  personnes  malades  ou  en isolement ;
  2. dans  l’espace  public,  les  masques  en  tissu,  lavables,  doivent  être  préférés  aux  masques jetables pour d’évidentes raisons économiques et écologiques :
  • ils peuvent être lavés à la main ou en machine, avec un détergent, comme le linge de corps,  la  température  de  60°C  n’étant  pas  plus  justifiée  pour  le  lavage  des  masques que pour le lavage des mains ;
  • ils  doivent  être  changés  lorsqu’ils  deviennent  humides  et  ne  jamais  être  portés  plus d'une journée ;
  • ils  sont  réutilisables  après  chaque  cycle  de  lavage  -  séchage  tant  que  leurs  qualités (maillage du tissu et intégrité des brides) ne sont pas altérées.

De plus, l’Académie de médecine recommande :

  • que l’obligation du port du masque, systématiquement associée  aux mesures de distanciation, soit instaurée  dans  tous  les  lieux  publics,  clos  et  ouverts,  selon  des  règles  faciles  à  comprendre,  à appliquer et à contrôler ;  
  • qu’une information claire et simplifiée sur l’usage des masques soit largement diffusée.

http://www.academie-medecine.fr/wp-content/uploads/2020/09/20.9.7-Du-bon-usage-masques.pdf

Pour mémoire, voici les précédents communiqués de l'Académie de médecine sur les masques :

- celui du 22 avril 2020 :  Aux masques citoyens !
http://www.academie-medecine.fr/wp-content/uploads/2020/04/Aux-masques-citoyens-.pdf?utm_source=phplist951&utm_medium=email&utm_content=HTML&utm_campaign=Covid-19+%3A+la+lettre+du+CRES+n%C2%B0+26+-+23+avril+2020

- celui du 2 avril 2020 : Pandémie de Covid-19 : mesures barrières renforcées pendant le confinement et en phase de sortie de confinement.
http://www.academie-medecine.fr/communique-de-lacademie-pandemie-de-covid-19-mesures-barrieres-renforcees-pendant-le-confinement-et-en-phase-de-sortie-de-confinement/

Le Ministère des solidarités et de la santé préconise cependant de ne plus porter de masques grand public catégorie 2 (26/02/21) : Quels masques sont préconisés face à l’apparition des nouveaux variants ?

Au regard de la circulation des nouveaux variants et du risque de transmission plus élevé, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) a rendu un avis dans lequel il recommande de ne plus utiliser des masques « grand public » en tissu de catégorie 2 (dont la filtration est inférieure à 90%), puisque leur efficacité de filtration est nettement inférieure aux masques en tissu « grand public » de catégorie 1 et aux masques chirurgicaux.
Les masques en tissu de catégorie 1, équivalent aux masques chirurgicaux, garantissent, quant à eux, une protection suffisante. Il convient de souligner que la grande majorité des masques en tissu en circulation en France sont de catégorie 1.
Il est recommandé de se référer à l’emballage et à la notice des masques pour connaître leur catégorie et les détails de leurs spécifications.
Il convient de rappeler que le masque doit couvrir parfaitement le nez, la bouche et le menton et ce quel que soit le masque. Le port d’un masque est également complémentaire au respect des autres gestes barrières.

https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/coronavirus/tout-savoir-sur-la-covid-19/article/les-gestes-barrieres

Masques et enfants

Dès la fin du mois d’août, l’OMS préconisait le port du masques pour les enfants à partir de 6 ans sous certaines conditions : Questions-réponses sur les masques et les enfants dans le contexte de la COVID-19 (21 août 2020)

[…] L'OMS et l'UNICEF recommandent que la décision d'utiliser un masque pour les enfants âgés de 6 à 11 ans soit fondée sur les facteurs suivants :

  • Une transmission intense dans la zone où réside l'enfant

  • La capacité de l'enfant à utiliser un masque correctement et en toute sécurité.

  • L'accès aux masques, ainsi que la possibilité de les laver ou de les remplacer dans certains contextes (tels que les écoles et les services de garde d'enfants)

  • Une supervision adéquate par un adulte et des instructions données à l'enfant sur le port et le retrait des masques en toute sécurité

  • Incidences potentielles du port du masque sur l'apprentissage et le développement psychosocial, en consultation avec les enseignants, les parents/aidants et/ou les prestataires de santé

  • Les contextes spécifiques ou les interactions particulières de l'enfant avec d'autres personnes exposées à un risque élevé de développer une maladie grave, telles que les personnes âgées et celles souffrant d'autres affections préexistantes

L'OMS et l'UNICEF recommandent le port du masque aux enfants âgés de 12 ans et plus dans les mêmes conditions que les adultes, en particulier lorsqu'ils ne peuvent garantir une distance d'au moins un mètre des autres et si la transmission est généralisée dans la zone concernée. […]

https://www.who.int/fr/news-room/q-a-detail/q-a-children-and-masks-related-to-covid-19

Le gouvernement français a décidé de mettre en œuvre cette préconisation au retour des vacances de la Toussaint : Le port du masque dans les écoles et les établissements scolaires

Pour les adultes : encadrement, personnel administratif, enseignants, responsables légaux des élèves, le masque est obligatoire, quel que soit le niveau, y compris dans les espaces extérieurs de l’établissement (cour de récréation…).
Pour les élèves à partir de 6 ans (élémentaires, collégiens et lycéens) : port du masque obligatoire, y compris dans les espaces extérieurs de l’établissement.
Pour les élèves de moins de 6 ans (en écoles maternelles) : port du masque déconseillé, conformément aux recommandations de l’OMS.
Cas particuliers

  • En internat : pas de masque pour dormir. Les lits sont espacés de plus d’1 mètre ;

  • en cas de pathologie particulière et sur avis du médecin traitant, un élève peut être dispensé de port du masque ;

  • pour les familles les plus précaires : des masques ont été attribués par les services sociaux compétents. L’établissement peut également en fournir si un élève en situation de précarité n’en dispose pas.

https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/education

Porter un masque est-il dangereux pour la santé ?

Dans un dossier de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), il est précisé à ce propos :

Craintes et désinformation
Parmi les rumeurs infondées qui circulent en ligne, l’idée que les masques empêchent une bonne respiration reste tenace. Certains internautes soutiennent même que le port du masque serait associé à un manque d’apport en oxygène pour l’organisme (hypoxie) et à une absorption élevée de CO2 délétère pour la santé.
Les masques, notamment chirurgicaux, sont conçus pour être portés pendant une durée de plusieurs heures par les professionnels de santé, sans entraver leurs capacités à travailler, ni altérer leurs capacités respiratoires. Si certaines personnes peuvent se sentir gênées par le fait de porter un masque, c’est par manque d’habitude : ces protections sont développées de manière à laisser passer l’oxygène dans l’organisme. Le risque d’une intoxication au CO2 n’est aucunement avéré.
Certaines publications évoquent en outre une « suppression » du système immunitaire liée au port du masque. Aucune explication claire n’est donnée pour expliquer ce lien, et là encore, aucun argument scientifique ne vient appuyer cette hypothèse.

https://presse.inserm.fr/le-masque-inefficace-et-dangereux-vraiment/40520/

Par ailleurs l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ajoute à ce propos :

L’utilisation prolongée de masques médicaux*, dès lors qu’ils sont correctement portés, N’ENTRAÎNE PAS d’intoxication au dioxyde de carbone ni de manque d’oxygène.
L’utilisation prolongée de masques médicaux peut être inconfortable, mais elle n’entraîne ni intoxication au CO2 ni manque d’oxygène. Au moment de porter un masque médical, veillez à ce qu’il soit correctement ajusté et qu’il soit suffisamment serré pour vous permettre de respirer normalement. Ne réutilisez pas un masque à usage unique et changez-le dès qu’il s’humidifie.
* Les masques médicaux (aussi appelés masques chirurgicaux) sont plats ou plissés.  Ils se mettent en place à l’aide de sangles ou disposent de lanières qui se glissent derrière les oreilles.

https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/advice-for-public/myth-busters

Qui a droit à des masques gratuits ?

Certaines personnes peuvent bénéficier de ce service comme l’indique l’Ordre des pharmaciens :  MASQUES SANITAIRES DU STOCK DE L'OFFICINE

A épuisement du stock d'État de masques chirurgicaux dans l’officine, un dispositif de dispensation gratuite à certains patients et professionnels prend le relais.
Quelles catégories de personnes sont concernées ?

  • les personnes malades de la covid-19 ;

  • les personnes considérées comme vulnérables et présentant un risque de développer une forme grave de covid-19 conformément à l'article 2 du décret n° 2020-1098 du 29 août 2020  ou aux avis du Haut Conseil de la santé publique en date des 19 juin  et 23 juillet 2020  ;

  • les personnes ayant été identifiées comme un “cas contact” dans le traitement de la Caisse nationale de l'assurance maladie dénommé “Contact covid”.

  • les accueillants familiaux mentionnés à l'article L. 441-1 du code de l'action sociale et des familles  et les salariés de l'aide à domicile employés directement par des particuliers pour des actes essentiels de la vie.

Sources : Arrêté du 26 octobre 2020  + DGS-Urgent 2020-51 - Évolutions de la doctrine de distribution de masques issus du stock Etat

http://www.ordre.pharmacien.fr/layout/set/print/Les-pharmaciens/Champs-d-activites/Covid-19/Foire-aux-questions-Pharmaciens-d-officine#masques

Les personnes les plus précaires peuvent également bénéficier de masques gratuits :

Chapitre 14 : Dispositions relatives aux bénéficiaires de la complémentaire santé solidaire et de l'aide au paiement d'une complémentaire santé et aux bénéficiaires de l'aide médicale de l'état (Articles 35-1 à 37)
Article 35-1, Modifié par Arrêté du 5 octobre 2020 - art. 1
Pour faire face à la menace sanitaire grave liée à l'épidémie de covid-19, et dans l'intérêt de la santé publique, l'Etat assure la distribution gratuite de masques de protection sanitaire aux bénéficiaires, au 24 septembre 2020, de la complémentaire santé solidaire, de l'aide au paiement d'une complémentaire santé et de l'aide médicale de l'Etat mentionnés aux trois premiers alinéas de l'article L. 251-1 du code de l'action sociale et des familles. […]

https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000042106233/2020-11-01/

Les masques barrières en tissu sont-ils efficaces ?

[…] 2 - Quelle est l’efficacité des masques en tissu ?
Les masques en tissu peuvent être constitués de matériaux de différentes natures. Ces masques n’ont pas été soumis à l'ensemble des tests d’efficacité prescrits par les normes en vigueur. Le peu d’études scientifiques sur les performances de filtration des masques en tissu montrent une efficacité de filtration inférieure à celle des masques chirurgicaux. Une étude chez le personnel hospitalier a également montré que le risque d’infection respiratoire était plus important dans le groupe portant un masque en tissu que dans le groupe portant un masque chirurgical.

Face à la pénurie des masques, les entreprises et les laboratoires se sont mobilisés pour sélectionner les matières susceptibles de permettre la réalisation de masques alternatifs dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. La Direction générale de l'armement réalise des tests d'efficacité de filtration et de perméabilité. Les résultats des performances des tissus  sont disponibles.

La note d’information des ministères de la Santé, de l’Economie et des Finances, et du Travail du 29 mars 2020, modifiée le 28 janvier 2021 définit la catégorie « masques grand public filtration supérieure à 90 % » correspondant à la catégorie 1 dans les versions antérieures de la note Ces masques filtrent au moins 90 % des particules de 3 microns

L’usage des masques de catégorie 2 n’est plus recommandé dans le contexte de la Covid-19.

La liste des producteurs proposant des solutions alternatives et répondant aux exigences est disponible sur ce site.

Pour venir en aide aux fabricants potentiels, l’Afnor a publié le guide Afnor SPEC S76-001 « Masques barrières - Guide d'exigences minimales, de méthodes d'essais, de confection et d'usage - Fabrication en série et confection artisanale ».

Les masques alternatifs évitent la projection vers l’entourage des gouttelettes émises par celui qui porte le masque. Ils protègent également celui qui le porte contre les projections de gouttelettes émises par une personne en vis-à-vis.

Les entreprises, après mise en œuvre des mesures de protection collective et organisationnelle permettant d’assurer la santé et la sécurité de leurs salariés, devront évaluer si la mise à disposition de masques alternatifs est adaptée aux risques résiduels encourus aux postes de travail. Les personnes doivent ajuster ces masques au-dessus du nez et sous le menton et respecter les mêmes mesures d'hygiène que pour les autres masques.

En milieu de soins, le dernier avis de la SF2H (date du 14 mars 2020) recommande « de ne pas utiliser d’autres types d’écrans à la place des masques chirurgicaux (ex. masques en tissu, masques en papier, chiffons noués derrière la tête), du fait de données scientifiques concernant leur efficacité (étanchéité) très rares ». Ces recommandations sont basées sur les connaissances actuellement disponibles et sont susceptibles d’être modifiées en fonction de l’évolution des connaissances scientifiques et de l’évolution de l’épidémie actuelle Covid-19.

https://www.inrs.fr/risques/biologiques/faq-masque-protection-respiratoire.html#ee51c032-05e1-4dd5-9558-32681215e4ce

L'OMS ajoute dans son allocution du 5 juin 2020 concernant les masques en tissu:

Nos orientations actualisées contiennent de nouvelles informations sur la ‎composition des masques en tissu, basées sur des recherches ‎universitaires demandées par l’OMS. ‎

En se fondant sur ces nouvelles recherches, l’OMS recommande que les ‎masques en tissu soient constitués d’au moins trois couches de ‎matériaux différents. Les orientations précisent les matériaux que nous ‎recommandons pour chaque couche.‎

Nous expliquons aussi comment laver et entretenir un masque en tissu.‎

Et comment porter un masque en toute sécurité.

https://www.who.int/fr/dg/speeches/detail/who-director-general-s-opening-remarks-at-the-media-briefing-on-covid-19---5-june-2020

Pour connaitre les recommandations de l’OMS sur le port du masque, vous pouvez consulter leur rubrique de Questions-réponses :
https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/question-and-answers-hub/q-a-detail/q-a-on-covid-19-and-masks

La Revue Prescrire explique les bénéfices à porter un masque, dans l’article Comprendre la transmission du Sars-CoV-2 à l'origine de la maladie covid-19 (05/10/20) :

Masques : diminution du risque de transmission. Diverses données sont en faveur d'une réduction du risque de transmission du virus Sars-CoV-2 en cas de port du masque à la fois par la personne infectée et par les personnes exposées, y compris avec des masques en tissu non médicaux, mais le degré de filtration diffère selon les tissus utilisés (4,9). Plusieurs études ont montré que le port d'un masque réduit fortement le risque d'infections respiratoires dans la population où il est porté (9). Le masque réduit principalement la quantité de projections, ou réduit la distance de projection. Il est donc particulièrement utile que les personnes infectées le portent, qu'elles aient ou non des symptômes. Il réduit aussi la quantité de virus reçue. Des données suggèrent que la diminution de la quantité de virus reçue diminuerait la gravité de l'infection par le Sars-CoV-2 quand elle survient (10). La surface extérieure d'un masque qui a été utilisé peut avoir été souillée par des projections de gouttelettes : toucher le masque avec la main comporte le risque que la main soit contaminée à son tour (> ICI).

https://www.prescrire.org/Fr/203/1845/60124/0/PositionDetails.aspx
 

Pourquoi un masque n’est utilisable que 4 heures ?

Peu d’informations existent sur les raisons précises qui entrainent un changement de masque toutes les 4 heures. Un article de l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) propose une FAQ au sujet des masques et précise :

13 - Quelle est la durée d’utilisation des masques ?
Un masque chirurgical est conçu pour un usage unique. Il doit être changé dès qu’il devient humide et au moins toutes les 4 heures. […] 

https://www.inrs.fr/risques/biologiques/faq-masque-protection-respiratoire.html#becb04ac-6bc8-48a7-8bff-fb851d035605

Il semble donc que l’humidification du masque par la respiration altère les qualités du masque entraînant les recommandations ci-dessus limitant son port. 

Comment porter son masque ?

Le site du Gouvernement explique en images comment bien utiliser son masque :

Le site de l'OMS propose deux infographies mises à jour en juin 2020, relatives au port du masque : Nouveau coronavirus (2019-nCov) : conseils au grand public – Quand et comment utiliser un masque ?

Par ailleurs, un article du journal Le Monde (04/09/20) rappelle comment positionner son masque :

Comment le positionner ?
L’usage du masque, qu’il soit jetable ou réutilisable, est le même : après s’être lavé les mains au savon ou au gel hydroalcoolique, il faut le saisir par ses liens et le fixer sur son visage, soit avec des élastiques derrière les oreilles, soit en nouant des brides derrière sa tête. Il s’agit ensuite de recouvrir entièrement le bas de son visage, du nez (au-dessus des narines) au bas du menton. En effet, l’intérêt du masque est de piéger au maximum la projection de sécrétions des voies aériennes supérieures ou de salive pouvant contenir des agents infectieux transmissibles. Mal positionné, un masque perd toute son utilité.

https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/09/04/le-bon-port-du-masque-garant-de-son-efficacite_6050899_3244.html

Est-il possible de fabriquer un masque maison ?

L’AFNOR propose une plateforme dédiée pour créer

le lien entre une offre solidaire et des demandes de masques barrières.  Pour se référer au modèle, mettre à disposition ses confections, trouver des masques.

https://masques-barrieres.afnor.org/home/faire-mon-masquebarriere

Si vous souhaitez des informations plus précises sur les types de tissus à utiliser dans la confection des masques, nous vous conseillons de consulter le site de l’Institut Français du Textile et de l’Habillement :

Le Comité Stratégique de Filière Mode et Luxe, les Pôles de Compétitivité EuraMaterials et Techtera et IFTH (Centre Technique Industriel du Textile et de l’Habillement) ont répondu favorablement à la DGE pour coordonner la mobilisation des entreprises dans les choix des matières nécessaires pour la réalisation de masques  dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. […]
Nous publions et réactualisons régulièrement une base de données avec la caractérisation matière des tests réalisés par la Direction Générale de l’Armement.
Ce tableau est amené à évoluer et bien entendu à être complété au fur et à mesures des résultats de la DGA. Il donne aux entreprises des indications pour le moment, mais plus nous aurons de rapport plus nous serons en mesure d’identifier les différentes solutions et ce afin d’établir des préconisations.

https://www.ifth.org/2020/04/29/covid-19-publication-de-la-base-de-donnees-avec-caracterisation-matiere-pour-la-realisation-de-masques-de-protection/

Un masque est-il réutilisable ? Puis-je le laver ?

Concernant les masques en tissu, l’Afnor (Association française de normalisation), apporte des éléments de réponse sur leur entretien.

Laver et sécher un masque barrière
A domicile, un masque doit être lavé en machine avec une lessive classique, à 40 degrés pendant au moins 30 minutes.
Il n’est pas nécessaire de laver les masques séparément : le remplissage à demi-charge du lave-linge permet d’assurer un bon brassage.
En blanchisserie industrielle, il est recommandé un cycle de 30 minutes minimum à 60 °C.
Le séchage complet du masque barrière doit être réalisé dans un délai inférieur à deux heures après la sortie de lavage.
Voir l’Avis de l’ANSM

https://masques-barrieres.afnor.org/home/conseils-utilisation

En complément le site Stop postillons, site élaboré par des médecins, précise quant à l’entretien des masques :

Devenirs possibles de l’EAP [écrans anti-postillons] après l’utilisation

:

 

 

   




Soit je le jette à la poubelle immédiatement s’il est à usage unique (situation idéale – la “réutilisation” est une solution dégradée).

Soit je le stocke en attendant de le nettoyer : dans une boîte hermétique (lavable à l’eau de javel, à l’alcool, etc.), dans un sac plastique jetable (ou dédié uniquement à cet usage), dans un sac plastique ou une boîte hermétique (à nettoyer ensuite a l’eau de javel) si je ne peux pas le désinfecter aussitôt. Eviter de le mettre dans sa poche ou son sac (ou considérer ensuite qu’il y a potentiellement du coronavirus dedans – là encore, c’est une vision “paranoïaque”).

Soit je le désinfecte s’il est en tissu réutilisable : la “solution reine” est de le passer le laver à 60° pendant 30 minutes avec un détergent, idéalement en machine à laver (réf de l’ECDC, le virus est inactivé après 30 minutes à 56°) puis le faire sécher rapidement (dans les 2 heures idéalement pour éviter la prolifération de levures) au sèche-linge, sèche-cheveux ou à l’air loin de toute source de contamination.

Après plusieurs cycles, les fibres vont se resserrer et le masque va devenir moins respirable : il faut en changer régulièrement.

 

 

 

 

 

 

 

 



Comment faire si je n’ai pas la possibilité de lancer une machine à laver de 30 minutes à 60° tous les soirs en raison de “la vie réelle”TM ?

 

 

 



Voici ce qui “tue” le SARS-CoV-2 et les limites. Ces données sont issues de cette étude (Lancet 2020) :
 

 

 

la température : 5 minutes à 70° ou 30 minutes à 60°. Pourquoi recommander 60° et 30 minutes alors ? Parce que certains autres micro-organismes pourraient survivre à cette température et sans savon (levures, etc.). Néanmoins, ces autres germes survivent tout aussi bien sur vos tours de cou, écharpes que vous ne lavez pas pour autant tous les soirs.

– ou le savon : 15 minutes. 
– ou l’alcool à 70°, la chlorhexidine (0,05 %), la povidone iodée 7,5 % (bétadine), l’eau de javel 1 % : 5 minutes.
Toutefois, ces solutions dégradent la qualité du tissu et ne sont pas à privilégier. Elles ont un intérêt évident pour les visières ou les masques en PVC (en s’assurant d’un bon nettoyage avant d’appliquer à nouveau sur le visage, notamment pour l’eau de javel).

Donc… Si vous ne pouvez pas laver à 60° tous les jours pendant 30 minutes, les options suivantes semblent scientifiquement tout à fait acceptables : 
– four à 70° : pendant au moins 5 minutes 
– lavage à la main avec savon/détergent : pendant au moins 15 minutes (et idéalement des températures élevées, sans vous brûler…)
– casserole d’eau chaude à 70° (100° abîme le tissu) : pendant au moins 5 minutes. Attention à couvrir la casserole pour éviter une “aérosolisation” dans la cuisine des germes du masque. 

Et le jour où vous avez le temps, en lavant votre linge de maison (serviettes/torchons/draps) à 60°, mettez vos masques dans la machine (pour les autres germes qui auraient pu survivre aux autres solutions). Ne laissez pas tomber le port du masque pour des difficultés pratiques de nettoyage liées à un protocole unique inadapté à vos vies !

 

 

Autres références pour le passage au four : COVID19Ether, SAGES, Vidal Actus.
L’absence d’action mécanique (frottement) et de savon dans le four ne permettent pas l’élimination d’autres micro-organismes (levures, etc. ; cf. article de CheckNews). Mais encore une fois, ce risque de contagion par des micro-organismes est surtout théorique : par analogie, si vous portez une écharpe sur votre visage 1h par jour pendant plusieurs semaines l’hiver sans la nettoyer chaque soir, vous ne tombez pas gravement malades…  
Le lavage à de hautes températures (faire bouillir) ou utiliser des produits trop corrosifs (alcool, eau de javel…) va altérer les capacités de filtration.
Le passage au micro-ondes n’a pas d’intérêt démontré (ça fait chauffer les particules d’eau), le passage au congélateur non plus (bien au contraire, ça va conserver le virus !). Le repassage au fer à vapeur seul ne semble pas suffisant (difficulté d’assurer une température élevée et homogène pendant une durée suffisante).[...]

https://stop-postillons.fr/#comment-les-utiliser

Les nouvelles recommandations de l'Académie nationale de médecine du 7 septembre 2020, ne prescrivent plus le lavage à 60 degrés :

[...] dans l’espace public, les masques en tissu, lavables, doivent être préférés aux masques jetables pour d’évidentes raisons économiques et écologiques :

  • ils peuvent être lavés à la main ou en machine, avec un détergent, comme le linge de corps, la température de 60°C n’étant pas plus justifiée pour le lavage des masques que pour le lavage des mains ;

  • ils doivent être changés lorsqu’ils deviennent humides et ne jamais être portés plus d'une journée ;

  • ils sont réutilisables après chaque cycle de lavage - séchage tant que leurs qualités (maillage du tissu et intégrité des brides) ne sont pas altérées.

http://www.academie-medecine.fr/wp-content/uploads/2020/09/20.9.7-Du-bon-usage-masques.pdf

Vous avez encore des questions sur les masques ?

Vous pouvez consulter :

- le site du Ministère des solidarités et de la santé qui propose des FAQs sur les gestes barrières dont beaucoup portent sur les masques :
https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-infectieuses/coronavirus/tout-savoir-sur-la-covid-19/article/les-gestes-barrieres

- La FAQ réalisée par l’AFNOR à ce propos :
https://www.afnor.org/faq-masques-barrieres/

- Le site du Gouvernement sur les masques grand public :
https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus/masques-grand-public

- Le site de l’OMS :
https://www.who.int/fr/news-room/q-a-detail/q-a-on-covid-19-and-masks

- Le site Stop-postillons.fr, site crée par des médecins du nord de la France qui regroupe l'information sur les masques (utilité d'en porter, avis de scientifiques, tutoriels pour une fabrication maison...)
https://stop-postillons.fr/

Rédaction 14/04/2020. Mise à jour 27/02/2021