Des gènes aux super-organismes : les réseaux de l’évolution 

Jeudi 12 janvier à 18h30 

Dans le monde biologique, les molécules comme les cellules ou les êtres vivants se font allègrement la courte échelle. Appuyés les uns sur les autres, ils innovent, interagissent et transforment la planète. Gènes emboîtés, échafaudages microbiens, partenariats entre organismes, depuis ses origines l’évolution est une affaire de réseaux, imbriqués les uns dans les autres. Des interférences entre microorganismes et notre propre biologie pourraient-elles expliquer le phénomène du vieillissement ?

Eric Bapteste, biologiste évolutionniste et philosophe, directeur de recherche au CNRS, Institut de Systématique, Evolution, Biodiversité  

 

Ecosystèmes : quelles interdépendances ?

Jeudi 19 janvier à 18h30 

La richesse des relations d’interdépendances au sein des écosystèmes font qu’humains et autres vivants ont longtemps partagé une histoire évolutive commune.
Cependant, les humains ont acquis la capacité de rechercher leur bien-être au-delà leur seule survie, aboutissant à des atteintes considérables sur la biodiversité. Est-il possible aujourd’hui de (ré)concilier activités humaines et conservation de la nature, afin de préserver tout le potentiel évolutif du vivant ?

Jane Lecomte, écologue, professeure à l'université Paris-Saclay, directrice de l’unité Écologie, systématique et évolution (UPSaclay, CNRS, AgroParisTech)

 

Animaux, environnement et humains : Une seule santé

Jeudi 26 janvier à 18h30 

Loin d’être un événement isolé imprévisible, les épidémies de Covid-19 et de monkeypox s’intègrent dans une succession d’émergences touchant les mondes végétaux, les mondes animaux et les mondes humains. Ces émergences apparaissent au sein d’un monde globalisé, caractérisé par des environnements anthropisés et dégradés, devenus « pathogènes ». 

Explorant les concepts de One Health (Une seule santé) et Eco Health (écologie de la santé), nous envisagerons une santé multispécifique : une santé écologique, relationnelle et communautaire qui s’inscrit dans la compréhension des émergences, dans la complexité et le temps long des relations entre les espèces et leurs milieux. 

Camille Besombes, médecin infectiologue et épidémiologiste, Institut Pasteur  

 

 

Avec le soutien du magazine